samedi 29 novembre 2014

Moebius - Inside Moebius Intégrale (2000- 2010)

Le testament de Moebius, faute de mieux, pourrait se résumer ainsi : "Brûlez tout !"
C'est en effet à une forme de suicide artistique délectable ou navrante (selon le point de vue du lecteur) qu'il se livre à travers les 700 pages de cet Inside Moebius. 
J'ai adoré le Moebius des années 70 : Le bandard fou, La déviation, Arzach, le garage hermétique...
Période qui culmine tout en déclinant avec L'incal de John Difool, (du fait que Jodorowski scénariste tire déjà un peu à la ligne) mais c'est quand même extraordinaire ce que Giraud/Moebius a pu apporter au médium BD...
Après, il semble qu'il se soit lassé.
Moi aussi.
Dans ce journal intime dessiné au style très relâché, au lettrage j'm'enfoutiste, il nous donne à voir le processus créatif à l'oeuvre, ou plutôt en panne :
après avoir renoncé à fumer de l'herbe, Moebius-le-Vieux se retrouve à sec d'inspiration, et sommé de rendre des comptes à son propre avatar Moebius-le-Jeune, puis le désert-B, cet espace intérieur dans lequel il cultive des cailloux, est envahi par tous les personnages qui ont jalonné son oeuvre, et qui sont en pétard (sic) après lui, ils sont tous là, à se disputer les faveurs de l'auteur et du lecteur, dans l'attente de la manne céleste : le scénario qui va donner un sens à leur vie...
Mais ça coince.
Quand t'es dans le désert B depuis trop longtemps, tu t'demandes à quoi ça sert, que les non-dupes errent pendant trop longtemps. Les non-dupes errent, c'est une vieille blague de Lacan, qui faisait passer ses gros mensonges avec des petites vérités, là c'est un peu pareil, le temps s'étire et l'espace s'étiole, on pense à "En attendant Godot" (en attendant Jodo ?), il y a du Crumb dans l'auto-dérision moebiusienne, un sens de l'absurde qui emprunte aussi à "Dans la peau de John Malkovitch", quelques reflets de la splendeur passée, le lettrage redevient lisible à partir du tome 4, mais la vanité de se refuser toute fuite fictionnelle pèse comme un couvercle sur l'entreprise de destruction systématique du mythe.
Poiler : et à la fin, il meurt dans une débauche onirique qui m'a fait penser à la séquence finale de 2001.
Pour amateurs avertis qui ne boudent pas devant l'autoscopie autophage.  

http://uptobox.com/sndtasr0jdxh




5 commentaires:

  1. Mille mercis pour ce superbe cadeau !!!!
    J'adore ton blog, je commente peu (c'est grave docteur) mais j'y viens souvent. Résolution 2015 : plus laisser de traces ici. En tout cas, félicitation pour ton excellent repaire. J'adooooooooore tes posts BD/dessin.
    A +

    RépondreSupprimer
  2. Pas acheté. Pas très intéressant par rapport à ce qu’il a fait par ailleurs.

    RépondreSupprimer
  3. Ouais, faut pas vieillir, comme disait ma grand-mère juste avant qu'on l'abatte.

    RépondreSupprimer
  4. moi je l'ai acheté....je le lis par petite touches...et je me dis que ça vaudra peut être un peut de pognon dans quelques années...

    RépondreSupprimer
  5. Je croyais la même chose en thésaurisant tout Métal Hurlant dans mon garage.
    T'as pas remarqué que tous les libraires d'occasion BD tombent comme des mouches ? Internet m'a tuer, disent-ils d'un air entendu.

    RépondreSupprimer