dimanche 21 mai 2017

Jeff Russo - Fargo Saison 2 Original Soundtrack (2015)


Une lumière extraordinaire baigne le Minnesota de cette saison 2.
Ce qui est d'autant plus surprenant qu'elle a été tournée dans l'Alberta. Ha ha ! Il y a de bons personnages et des acteurs corrects, mais sans la profondeur du script de la saison 1. Peut-être qu'en 1979, année où se déroulent les évènements de la S2, les personnages ne pouvaient pas être aussi pervers et tordus qu'en 2006, dans la S1, parce qu’ils n’avaient pas internet ? Peut-être que Noah Hawley était accaparé par la préparation de Légion et qu'il a sous-traité la série à des tâcherons coréens sous-payés ? on ne le saura jamais. La saison 2 se clôt pour moi avec une impression de "unfinished business", bien que la plupart des méchants aient claboté et que la plupart des gentils soient à peu près hors de danger. Ce n'est pas le sens moral qui faisait le charme de la saison 1. Il y avait à la fois moins de clichés et plus de surréalisme. Bien qu'on ait droit dans la S2 à une rencontre du troisième sale type, qui semble avoir une fonction purement décorative. J'ai repéré aussi quelques citations flagrantes et poignantes à Arizona Junior, mais la mayonnaise est moins consistante pour moi.
Au niveau formel, un peu déçu aussi : il y avait de constantes et inattendues trouvailles dans la saison 1 (prises de vues, montage, son) et tout cela est remplacé par un splitscreen "pour faire 70's" aussi récurrent que banalement exploité.
La musique de Jeff Russo est parfaite, elle.

http://newalbumreleases.net/84743/jeff-russo-fargo-year-2-2016/#more-84743

dimanche 14 mai 2017

Carbon Based Lifeforms - Twentythree (2011)


Alors c'est deux suédois qui font une ambient music à base de carbone, mais avec pas mal de coeur aussi... vous la connaissez, non ?
parce que si Chirac n'a pas le monopole du coeur, Steve Roach n'a pas celui de l'ambient.
Très réussi, as far as I'm concerned.

https://carbonbasedlifeforms.bandcamp.com/album/twentythree

samedi 13 mai 2017

[Exhumation] Steve Earle – I’ll Never Get Out Of This World Alive (2011)


7/04/2014

Voici ma nouvelle idole des vieux.
Repéré sur la B.O.de Trous détectives, évidemment.
Et puis en trois clicks, bon sang mais c'est bien sûr !
C'est lui qui jouait Harley Wyatt dans Treme !
Et Walon dans The Wire ! Vu la vie agitée qui fut la sienne, c'est des rôles de re-composition.
"Je ne sortirai pas de ce monde vivant" : avec un titre comme ça, il ne pouvait que finir sur ma tombe, celui-là. Très bon album d'americana, parmi une discographie déjà bien encombrée de pépites que je n'ai pas écoutées, des fois la vie est trop courte pour tout télécharger.
On attend avec impatience l'album suivant : "Snif, je me manque déjà".
En plus il a été produit par T-Bone Burnett, alors takavouar.


https://steveearle.bandcamp.com/album/ill-never-get-out-of-this-world-alive

 [Edit du 13/05/2017] 

Les liens Soundcloud étaient mourus, et personne ne me disait rien.
Et comme j'ai l'air parti à redécouvrir des musiques sympa en regardant des séries télé, allons-y :
2 titres enchainés pour le prix de O !






vendredi 12 mai 2017

Fargo Saison 1 (Music heard in the FX Original Series) (2014)


Y'a pas que les musiques de Jeff Russo dans les séries de Noah Hawley, dans la vie. 
Voici donc maintenant sans autre forme de procès les musiques qu'on entend dans la Saison 1 de Fargo et qui ne sont pas de Jeff Russo.

Merci Tunefind.
Merci Youbute.
Merci 4K Youbute to MP3.

Du coup, ça ressemble à la B.O. d'un film des frères Coen.
J'aimerais qu'on m'explique.

https://www.mediafire.com/?uffo64k76op0nja


"Jésus est dans l'hostie comme les frères Coen sont dans ce pâté"
(allégorie)


jeudi 11 mai 2017

Jeff Russo - Fargo Saison 1 Original Soundtrack (2014)


Hé ben Jeff Russo, avant de faire la musique de Légion, hé ben il a fait la musique de Fargo. Et avant il était musicien de rock, mais là on s'en fout, y'a pas marqué wiki.
Hé ben Fargo  la série je voulais pas la regarder, mais après avoir vu Légion, j'ai eu le sentiment de tomber sur un vrai auteur alors j'ai vu que Noah Hawley avait fait Fargo, hé ben j'ai regardé Fargo, en tout cas je suis dans la saison 1 et j'ai très beau temps malgré quelques tempêtes de neige, et c'est beaucoup moins éprouvant que ce que je croyais et qui faisait que je voulais pas le voir.


Et pourquoi je voulais pas voir Fargo la série ?
hé ben je ne voulais pas me retrouver avec le film des Frère Coen déployé sur 10 fois 45 minutes, pardi, minute papillon, hé ben finalement pas du tout.
Je n'aime pas les Frère Coen quand ils s'acharnent pas du tout thérapeutiquement, avec une cruauté et sans doute la jubilation concomitante de démiurges vengeurs sur des personnages minables qui ne leur ont même pas rien fait, à part que c'est des gens chez qui y'a rien à sauver, j'ai alors l'impression d'être acculé à me sentir moralement supérieur et à ricaner faute de mieux, je préfère de beaucoup adopter cette posture quand j'y suis contraint à l'insu de mon plein gré par des nécessités internes, hé ben dans Fargo la série ce n'est pas du tout le cas, alors que dans Fargo le film j'aurais eu envie de tous les enfermer dans un camp d'extermination nazi histoire de les mettre hors d'état de nuire, sauf la fliquette encloque, merci bien pour ce chaleureux moment de cinéma humaniste en diable.
Alors bien sûr dans Fargo la série, il y a des personnages folkloriques et accablés, de pures constructions médiocratiques, mais il y a aussi un Méchant Absolu autour duquel l'univers vient gentiment s'aligner comme de la limaille de fer autour d'un aimant, un Saint laïc qui fait partie des "voisins vigilants" et délivre de précieuses paraboles, des séquences de pur Blasphème sonorisées avec du Requiem de Fauré en veux-tu en voilà, des trouvailles constantes de mise en scène, et la musique de Jeff Russo, très cinématographique et manifestement inspirée de Carter Burwell, le monsieur qui signe les musiques des frères Coen... tout cela est quand même très bien conté, et très bien fait.
Pour eux.
Oups.

https://www.mediafire.com/?3birlofww6ci9kf


Fargo, le making off : 
"Concomitant procedures in aortic valve replacement"
by Courtesy of Cthsurgery.com

mercredi 10 mai 2017

Feist - Comfort Me (2011)

Chansons pas connues qui mériteraient de l'être #7



Apparemment tout le monde connait Feist, sauf moi.
C'est à force de regarder les séries télé réalisées par Noah Hawley.
Y'en a un paquet.
On peut même dire qu'elles sont Légion.

lundi 8 mai 2017

Jeff Russo - Legion Original Soundtrack (2017)


Je n'attendais rien de la série télé Légion, et elle en a profité pour me retourner le cerveau.
Ce qui s'annonçait comme un divertissement luxueux à base d'un univers de mutants affligés de pouvoirs psychiques de l'écurie Marvel (que je ne kiffe pas du tout) s'est révélé être pour moi une méta-série. Quoi que ce mot désigne.
Je pensai ingénument durant quelques épisodes que Légion était un long clip de promotion pour telle ou telle maladie mentale imaginaire et typiquement américaine (ici, une schizophrénie paranoïde, dans le film Split un trouble de dissociation de la personnalité à 23 fragments) financé en sous-main par les lobbys pharmaceutiques, pour fourguer leurs produits et rendre attractives des affections peu rigolotes par essence.
Si Mélenchon s'était placé au deuxième tour, j'aurais jamais regardé Légion jusqu'à l'épisode 5.
Je m’y étais vraiment mis pour oublier.
Et puis à l’épisode 5, y’a un basculement qui s’opère, dont je ne suis jamais vraiment redescendu. Me voici coincé dedans,  un peu comme le mec qui chante "The Lunatic is in my head" à la fin de Dark Side of The Moon des Pink Floyd. D'ailleurs j'ai l'impression de naviguer dans une série pop comme jamais série pop il n'y eut. Je vais être obligé de la re-regarder, pour comprendre ce que j'ai vu, ce qui ne m'arrive jamais avec une série. Ca m'a remué plein de trucs à l'intérieur de mes organes perceptifs, j'y vois aussi une averse de métaphores existentielles avec lesquelles je ne vais pas vous saouler, c'est très intime, trop sans doute.


https://lakeshorerecords.bandcamp.com/album/legion-original-television-series-soundtrack

mardi 25 avril 2017

Robert Plant - Band of Joy (2010)

Entre les deux tours de Minas Morgul et de Cirith Ungol, il arrive fréquemment que Rober Plant sa tante au beau milieu d'une discussion futile sur l'utilité du vote utile.
Surtout quand il pense au retour de Joy en première division blindée, et qui sera présente au second tour, la bougresse.
Trauma de vieillard géranium camé Baisers Tranxène coagulés sur miroir Hygiaphone T.V. lunettes noires pyjama rayé Wo ist das Blut ? Ich habe Durst... 
il fait un temps à réécouter les vieux Thiéfaine, mais Rober, c'est pas bon pour ce qu'il a et encore moins pour ce qu'il n'a pas.
Alors Rober il pose un acte fort, il regarde Légion, que c'est son nom, pour oublier.


Pourtant, son nom c'est pas Légion, c'est Rober. Rober U.
Rober n'aime pas trop l'univers Marvel dont est tirée la série qui s'est chopée 3 T dans Télédrama.
Mais c'est pour oublier, alors qu'importe naouak le flacon. 
De toute façon au point où il en est rendu, il est pas loin de se retirer de la vie bloguitique, alors pourquoi pas un suicide intellectuel par série télé américaine interposée. 
Alors Rober il se lance à cerveau perdu dans le Marvel, même si ça doit lui créer des lésions étrangères, même si le Légion il est plein de mutants pourris pleins de super-pouvoirs à la con qui n'ont même pas permis à Mélenchon d'arriver au deuxième tour. Les mutants, c'est rien que des branleurs. Le Marvel, il est réussi surtout plastiquement, c'est dire si c'est pas du toc et qu'il n'y a pas beaucoup d'explosions comme dans les Marvels que Rober y boycotte d'habitude. 
Dans l'épisode 3 de la saison 1 de son nom est Légion pour oublier les 2 tours, il reconnait "Monkey", un titre de Low.

Rober U a peut-être moins bien réussi que ses frêres Super et Hyper, sans doute un peu mutants sur les bords vu qu'ils ont les super-pouvoirs de la Réduc U, mais il sait reconnaitre une bonne chanson quand il l'entend passer dans le poste.
Plus tard, dans le secret de l'isoloir, il consulte les secrets du soundtrack de Légion grâce à tunefind.
Il découvre que c'est une reprise par Robert Plant.
Sur un album qui s'appelle Band of Joy.
Ainsi donc, Robert Plant n'était pas mort ?
S'il avait encore du lithium, il en mettrait dans son sex à piles et il banderait de Joy.
Ou pour Joy, à a ce stade d'intoxication marvelous légionellose, y sait pubien. 
D'ailleurs Rober se fait vieux, il commence à avoir des poils blancs sur les couilles, et il se demande si il verra le Grand Soir de son vivant, et s'il ne ferait pas mieux de voter pour Joy au deuxième tour, comme beaucoup de ses camarades parmi The Disappointed Melenchonists, ce nouveau groupe de metal lourd au profil bas qui fait pas vraiment dans le Band of Joy mais qui promet de taper fort et qui préfèrent hâter une apocalypse qu’ils n’ont pas choisie plutôt que de valider un crépuscule mou, et après nous le démiurge, et qui se disent carrément, comme la tante que Robert Plant, « s’il faut passer par une catastrophe pour y arriver... un jour... allons-y ».
C'est tellement inattendu et blasphématoire que même Emmanuel Todd y ferme sa gueule en ce moment, c'est si rare, profitons-en. 



Heureusement que tandis que les gens commencent à s'impatienter devant l'isoloir et toquent d'un index recourbé au rideau comme s'il s'agissait des Territoires Occupés quand Nethanyaou fait sa grosse commission, alors que Robert y se mord le fond dedans pour savoir qu'est-ce qu'y va voter, y se rappelle que sur le Robert Plant du Legion qui est pas mal du tout y'a aussi "Satan Your Kingdom Must Come Down", un peu plus mobilisateur que Joy Division blindée.
Et comme en France tout finit par des chansons, ouf on a eu chaud, mais qu'est-ce qu'on fera en 2022 ?



http://www61.zippyshare.com/v/zwGgatpv/file.html

 [Edit]

Une fois de plus, Xavier Gorce résume cela dans Le Monde de ce matin bien mieux que je ne saurais le faire.


lundi 24 avril 2017

Holden - La machine (2000)



extrait de l'album "L'arrière monde"

En principe on commence en bas 
En grattant comme un forçat 
En espérant qu'un jour la machine s'arrête 
Je transpire et je marche au pas 
J'entends des cris derrière moi 
Il faudra bien qu'un jour la machine s'arrête 
J'en ai bien soupé, j'ai perdu ma fierté 
J'ai tout donnépour suivre ceux qui me devancent 
J'en sais pas plus que toi,j'y crois pas plus que ça,
Mais rien n'y fait, rien ne perturbe la cadence. 

J'ai appris toutes les ficelles 
Tous les coups de manivelle 
Pour éviter qu'un jour la machine s'arrête.
Je ne me pose plus de questions 
J'ai pris des resolutions 
Pour éviter qu'un jour elle ne s'arrête. 
Je m'occupe en expert 
De ses grands bras de fer 
Et ça me prend jusqu'à mes journées de vacances 
J'en sais pas plus que toi,j'y crois pas plus que ça, 
Mais rien n'y fait, rien ne perturbe la cadence. 

Ça me met un coup au moral 
De voir ces gens qui se battent 
Pour obtenir qu'un jour la machine s'arrête. 
On ne sait pas très bien où ça va 
Les espoirs de ce type-là 
Ça sème le doute au fin fond de nos têtes.
J'en ai bien soupé, j'ai perdu ma fierté 
J'ai tout donnépour suivre ceux qui me devancent
J'en sais pas plus que toi,j'y crois pas plus que ça,
Mais rien n'y fait, rien ne perturbe la cadence.

A la surprise générale des commentateurs sauf moi, c’est le candidat de La Machine qui a été élu. Bienvenue dans le monde de Macronator 2.0

samedi 22 avril 2017

Holden - La Colère des Imbéciles (1998)



j'ai couru des jours entiers
pour lui échapper
mais on ne peut pas fuir
la colère des imbéciles
j'ai bu à en perdre la tête
j'ai abusé des somnifères
la colère des imbéciles
m'empêche de dormir

elle enflamme les campagnes
elle a gagné les montagnes
elle se répand dans les villes
la colère des imbéciles
qui s'exhibent sur la place publique
en ce jour de printemps

elle empoisonne mes rêves
je sais qu'elle me guette
car je suis la prochaine cible
de la colère des imbéciles


Une veille d'élection, il faut bien ça.


jeudi 20 avril 2017

Steve Roach & Mark Seelig - Nightbloom (2010)

Quand plus rien de rythmiquement articulé n'est audible à mes chastes oreilles qui en ont bien trop vu, je me remets le Bloodmoon Rising de Steve Roach, pour aller voir sur la face cachée de la lune si Mélenchon n'y est pas. Ou encore le Nightbloom par Steve Roach & Mark Seelig, avec ses choeurs synthétiques en peaux de faux moines.
Les pochettes sont affreuses, encore pires que le nouveau template de mon blog, les machines sonores imitent laborieueueusement l'évolution des phénomènes naturels dans le temps, mais ça se passe un peu comme dans la chanson de Brassens « Le faussaire » :

« Fausse vierge, fausse pudeur, 

Fausse fièvre, simulateurs, 

Ces anges artificiels 

Venus d'un faux septième ciel.
(…) Ce serait sans doute mentir 

Par omission de ne pas dire 

Que je leur dois quand même une heure 

Authentique de vrai bonheur. »


Comme il est dit sur le site de Seelig, à qui on pardonnera beaucoup parce qu’on croit souvent qu’il fait la gueule alors que pas du tout, c’est parce qu’il est allemand, Mark's music and work is offered hoping to make a small contribution to raising consciousness: May we all learn to face our shadows, honor our skills, and live in harmony with each other and the universe. 



Le décor pour le shoot photo de la promotion de Bloodmoon Rising 
a été gentiment prêté par l'équipe de Twin Peaks, 
qui n'en avait pas l'utilité entre les saisons 1 et 2.

mercredi 5 avril 2017

Un post pour rien


Après une cyber-orgie graphique d'une semaine et demie de test d'un nouveau thème Blogger responsive rose et noir, je reviens à une interface classique, voire vieillotte.
Je ne suis pas convaincu par l'expérience du site web adaptatif, et je suis globalement opposé à l'idée que mes lecteurs puissent en éprouver un quelconque confort supplémentaire de lecture sur leurs téléphones portables.
D'ailleurs, je doute qu'ils en aient.
Et vous verriez la gueule du mien, vous comprendriez.
J'ai bien insisté auprès de la vendeuse pour avoir un portable qui ne soit pas un smartphone, et le Hapi 50  (modèle exclusif de chez Orange® fabriqué en Albanie par des Chinois sous-nutris) qu'elle m'a vendu sur son lit de mort m'a déçu au delà de mes espérances.
Je défie quiconque de faire autre chose que téléphoner avec.
A part se le mettre quelque part, mais même pour ça, il n'est guère adapté au format des orifices modernes.
Bon, on s'en fout, c'est pas ça qui va empêcher Bachar de gazer les Syriens ni Macron d'être élu.
Ce qui me déplaisait dans mon interface Blogger, c'est que je n'arrivais pas à agencer textes et illustrations au sein d'une harmonie qui d'un seul coup d'oeil aurait fait éclater mon génie artistique autant que littéraire.
C'était fromage ou dessert.
Et puis ils sont un peu buggés, les templates Blogger. Y'a des trucs pas nets qui se baladent dedans. Il faudrait se farcir des tonnes de tutos pour comprendre, apprendre à causer css et html. Pas le temps, et pas envie non plus.



Je dépose aussi ici mes anciens bandeaux pour mémoire, là où je vais je n'en ai plus besoin.
(je vais pas loin, je vais ranger mon bureau, à environ 50 cm de ce clavier)

 [Edit]

(si je parviens à lâcher la souris)


J'ai pris cette photo dans les Landes en 2008, mais elle est indémodable. 



au départ, c'est la tombe de Luis Mariano.

mardi 4 avril 2017

Frank Zappa - Chicago '78 (2016)

Frank Zappa a terriblement mal vieilli depuis qu'il est mort, ou alors c'est moi.
Alors que je redécouvre sa Discographie à Travers les Ages, et surtout les 18 versions de The Torture Never Stops publiées de son vivant, je me dis que ce qui a le moins bien traversé le temps dans son oeuvre c'est le côté Gotlib gauchiste, dont je n'ai jamais été un grand fan, principalement parce que 90% des références socioculturelles m'échappaient.
Mais sans doute que la société américaine ne faisait rien qu'à prêter le flanc à ces hénaurmes parodies, orchestrées comme des comédies musicales, avec une affreuse virtuosité jazz-rock seventies.
Et qu'elle a engendré Zappa pour atteindre sa propre rédemption, mais que quelque part en chemin ça a foiré grave comme dans un roman de Dick, personne ne l'a écouté sinon les Zappaïens déjà acquis à la Cause, et ils ont eu Trump en châtiment de leurs excès.
Essayez de convaincre un Zappaïen d'écouter autre chose que Zappa.
Essayez de faire écouter Zappa à quelqu'un qui n'est pas Zappaïen.
Bon courage.
En intro parlée sur l'un des morceaux joués lors de cette prestation à Chicago en 1978, on entend Zappa dire "I want to make this show as different as possible from the last one", et ça résume tout son travail. C'est quelqu'un qui avait sa période rose, elle durait un quart d'heure, puis soudain sa période verte, puis bleue, et au bout de la semaine il avait un album. Avec des trouvailles incroyables dedans. 
Si j'avais été sa femme, ça m'aurait énervé, parce que j'ai cru remarquer que les femmes apprécient une certaine constance dans ce qu'on affirme en tant que leur mec. Ca les défrise pas trop que souvent femme varie, bien fol qui sale s'y fie, mais qu'on se risque à varier dans nos valeurs auto-proclamées, et bonjour les sushis à la grimace.
Zappa n'a cessé de chercher, de bricoler, de muter, jusqu'à la fin, en studio et sur scène, comme une publicité vivante pour l'impermanence des phénomènes dont nous bassinent les bouddhistes.
Ca servirait à rien de faire une biographie pipeautée, la vraie est encore plus incroyable.

Vu à la FNAC.
Emprunté sur le NET.
Ecouté au BUREAU.

http://uploaded.net/file/ig518jov

Chicago '78 est le Official Release #108 de son abondante discographie.
Tu m’étonnes qu’il y ait de quoi se noyer.
Surtout si on n’a jamais appris à nager.
Mais il ne faudrait pas laisser Zappa aux thuriféraires de son oeuvre, c’est tous des frangins du fils à pénible.

lundi 3 avril 2017

Nino Ferrer - Ma vie pour rien (1965)



Palme d'or de la chanson dépressive, toutes périodes confondues.
Nominée au festival de la Ritournelle Nihiliste au festival du Burn-out de Villeneuve-la Vieille, et coiffée au poteau par l'intégrale de Gérard Manchié.
C'est trop la chance à pas d'bol.
Mes parents m'ont offert le disque de Nino quand j'avais 5 ans, je ne m'en suis toujours pas remis.
Aux dernières nouvelles, lui non plus.


En 1965, Nino Ferrer invente le 45 Tours à guillotine.
Le principe est simple : tu mets ta queue dans le trou central,
et tu refermes violemment le mange-disques.
Des heures de rire aux urgences en perspective.


samedi 1 avril 2017

Standard Fare - Philadelphia (2010)

Chansons pas connues qui mériteraient de l'être #6



"Etre jeune, pour toujours et à jamais."
Telles sont les promesses soniques de ces outsiders du premier tour.
Evidemment, au second ils se désisteront en faveur de Macron, celui qui n'a besoin de rien promettre pour être vieux, pour toujours et à jamais.
Fuck le 1er avril.

vendredi 31 mars 2017

Sharon Van Etten - Love More (2010)


Chansons pas connues qui mériteraient de l'être #5



Des tas de gens savent des tas de choses sur Sharon Van Etten.
Moi-même, d'un simple clic, je pourrais vous bluffer par mon érudition.
Ou m'interroger sur les paroles, plus qu'équivoques :

"Chained to the wall of our room
Yeah you chained me like a dog in our room
I thought that's how it was
I thought that we were fine
Then the day was night
You were high you were high when I was doomed
And dying for with no light with no light"

On s'en fout.
Remets le disque.

mercredi 29 mars 2017

Matthew Collings et Dag Rosenqvist - Hello Darkness (2017)

Faut se lever tôt pour trouver une image de Matthew Collings sur Internet, parce qu'on le confond souvent avec Matthew Collings.
Mais ce serait mal connaitre Matthew Collings que de réduire son travail (textural, melodic and often sonically overwhelming) à celui de Matthew Collings, le critique d'art.
Qui s'essaye parfois à la peinture.
Il parait que si on écoute les disques de Matthew Collings en s'absorbant dans la contemplation des peintures de Matthew Collings, on peut avoir des visions de Thögal, mais je pense que c'est abusé.



Je découvre en même temps que vous le dernier Matthew Collings, et c'est en direct et en couleurs, messieurs dames.
Son processus créatif est bien explicationné sur la page bandcamp de l'album.
De Matthew Collings j'avais apprécié Guilt Soundtrack, mais j'ignore si j'aurais apprécié le film.
Là, c'est pareil, si c'était la musique d'un film, j'hésiterais avant de le voir.
Mais comme je me le fais dans ma tête, ça va.
L'enfer, c'est les films des autres.
Ca fait juste stresser mon nouveau chat alangui sur le bureau, qui n'aime pas les sons saturés, et qui se casse en courant.
So long, Migou.

mardi 28 mars 2017

Hurray For The Riff Raff - Jealous Guy (2013)



Faut qu'j'arrête la drogue.
Ou le lithium.
Ou le tabac, le porno, la tisane, ou le blog.
Ou tout ça à la fois, et que j'aille vivre dans une grotte wififree et que je médite trois minutes par jour jusqu'à ce que mes esprits me reviennent.
La première fois que j'ai entendu cette reprise de Jealous Guy par Hurray For The Riff Raff, j'ai cru me souvenir que c'était de Bowie.
Puis j'ai cru que c'était un vieux Bryan Ferry.
Ma mémoire aurait-elle été à moitié effacée par des aliens transgenres issus d'un vieux grimoire de Phil Dick ?
Enculés de bâtards d'extraterrestres.
Je vais voter FN dès le premier tour, tiens.
Entre la mémorisation névrotique de centaines de titres issus de milliers d'albums et le "ah oué c'est pas mal ton truc", il y a un juste milieu.
Comme de se rappeler que John Lennon a écrit de bonnes chansons.
Qu'on ne peut plus écrire aujourd'hui, puisque c'est déjà fait.
A chaque fois que quelqu'un écrit une bonne chanson, elle sort à jamais du multivers des possibles pour finir sur l'étal des évènements advenus et des bouchers, qui en feront d'ignobles covers, et un jour ou l'autre on la retrouve au rayon surgelés du Super U, qui la passe en sourdine pour te rappeler que même si t'as la carte du magasin, t'es resté un rebelle.
Bref.
Ce n'est qu'en préparant l'avant-première mondiale de cet album de reprises vieux de 4 ans sur mon blog que le corbeau honteuzéconfu jura mais un pétard qu'on ne l'y prendrait plus.
Mais bon, qu'est-ce qu'on s'en fout de ne plus se rappeler que Jealous Guy c'est une reprise de John Lennon, à partir du moment où l'émotion musicale nous fait pénétrer dans un instant vrai ? 
Un de ces moments de perception directe non contaminé par le mental ?




C'est peut-être à cause du violon qu'Alynda Segarra (Hurray For The Riff Raff) me fait penser au personnage ô combien émouvant d'Annie dans la série Tremé de David Simon.
Ou parce qu'elle vit à La Nouvelle Orléans.
Certainement pas parce que ses producteurs l'ont habillé en prostituée de luxe (un luxe tout relatif, mais pour qui a pataugé pendant des mois dans la boue déversée par Katrina, des trottoirs à peu près propres et des vêtements blancs peuvent sembler d'une sophistication incroyable) pour promouvoir son dernier album.
Moi-même, comment ferais-je pour paraitre ridicule sans directeur artistique ?




Si j'avais une vie équilibrée, je passerais des journées entières dans la contemplation de la nature. Je sens bien que c'est une pratique nécessaire (et non suffisante) pour parvenir à la maturation de l'âme humaine.
Mais je ne prends pas ce temps. 
Ecouter de la musique est un piètre succédané de la contemplation, mais c'est toujours mieux que rien.

samedi 25 mars 2017

Léo Ferré - Merde à Vauban (1960)

J’avais commencé à écrire dans ma tête un billet bien décalqué avec des vannes au 14ème degré, issues de ma correspondance privée et des conneries que je raconte sur un forum de cinéphiles invertis hyper-secret. On se serait bien marrés. 
Surtout moi.
Y’avait Roger Gicquel évoquant l’envoûtante musique de la mélancolie (« ce désespoir qui n’a pas les moyens », selon sa femme qui l'appelait dans l'intimité « Rhôô, j’ai gicqlé »), le dernier Murakami, des observations d’une grande finesse psychologique sur la façon dont mon père m’a fait découvrir la chanson de Léo Ferré, Claude Nougaro, des vieux messieurs en pyjama qui ne rajeuniront plus, sans oublier que souvent, ma prison n'a qu'un seul barreau, et que je tourne autour. Et comme me le rappelait mon fils quand il avait 7 ans, "mais papa, si ta prison elle a qu'un seul barreau, tu peux t'évader !"

Du coup, l’envie d’écrire s’est évanouie. 
Reste la chanson.

Merde à Vauban.




mardi 21 mars 2017

[Exhumation] Billy Sherwood - Return To The Dark Side Of The Moon (2006)

J'étais persuadé d'avoir déjà posté et reposté cette somptueuse quoiqu'un peu pompière cover de Pink Floyd aux environs d'autour les abords de la parution de cet article.
Apparemment non, mais l'article susdit, je l'ai posté au moins deux fois, une fois.
(Je glisse ça en guise de salut amical et masqué à mon petit neveu Grégory Warsen de Mollenbeck, dont le nom a été sérieusement anonymisé des fois que des cyber-terroristes islamistes se baladeraient sur mon blog en quête de nouvelles cibles faciles pour faire valider leur stage de pulsion de mort).

Et l'album, me direz-vous ?
Ben, que du beau linge, et c'est pas trop la cata question musique.
En tout cas, c'est vachement moins grave que la canicule extrême qui a frappé l’Afrique australe, l’Afrique du Nord et l’Asie l’été dernier, avec par exemple 54 °C en juillet à Mitribat (Koweit).
Beaucoup moins grave aussi que le durcissement des règles publicitaires de Google en réponse à la polémique sur YouTube.
On se demande un peu ce que Malcolm McDowell vient branler là, il a dû penser que c'était la tournée "Age tendre et tête de bois" du rock prog des seventies, et il s'est introduit nuitamment dans le camion de singes qui partaient en tournée mondiale.


*Assurez-vous que le téléchargement de ces fichiers ne contrevienne pas à la législation en vigueur.

 [Edit]
Putains de moines copistes, y’avait un détail avec les McDowell qui me chiffonnait, c’est pas ma femme qui m’aurait mis la puce à l’oreille ni l’alarme à l’oeil, bien sûr que je l’ai déjà posté cet album, avec les mêmes commentaires mais pas tout à fait pareils.

samedi 18 mars 2017

Peter J. Tomasi, Ian Bertram - House of Penance (2017)

Sarah Winchester est folle à lier. Depuis la mort de son mari et de sa fille, cette riche héritière de l’empire Winchester passe son temps et sa fortune à faire construire une villa gigantesque et délirante en Californie.
"Délirante" dans le mauvais sens du terme : portes ouvrant sur le vide, escaliers ne menant nulle part. 
Sarah est hantée par les fantômes des victimes des carabines à répétition Winchester, qu’elle pense tenir à distance en poursuivant la construction de sa villa à jamais inachevée.
Un mystérieux étranger arrive... et il pourrait bien rendre les démons de Sarah trop réels.

Au départ, il y a une histoire vraie : 
Sarah L. Winchester, née en 1839 et morte en 1922, fut bien l'épouse de William Wirt Winchester. 
Elle hérita de ses biens et de 50 % des parts de la Winchester Repeating Arms Company quand celui-ci meurt de la tuberculose en 1881. 
Convaincue que des esprits allaient la tuer si la construction de sa maison en Californie était terminée, Sarah Winchester utilisa sa fortune pour poursuivre la construction de la maison 24 heures sur 24 pendant 38 ans.

Je ne l'ai su qu'après, et ça ne m'a pas gêné.
A partir de ce destin tragique et fou comme seuls les Etats-Unis peuvent en produire, les auteurs nous plongent dans une recréation hallucinée, tordue et cauchemardesque de l'histoire de cette femme rongée par la folie. Le scénario s'effiloche sérieusement, gravement contaminé par des embardées oniriques réservées aux amateurs de tripes à la mode de Caen et de boissons énergisantes à base de cassoulet et d'ayahuesca.
Graphiquement, ça me fait beaucoup penser au Joann Sfar de la période Donjon Crépuscule, au Manara première période, à du Moebius underground.
Et j'imagine bien Tim Burton ou Jan Kounen en faire un film avec Eva Porée Green.
Vous pouvez l'emprunter à la médiathèque ici et ne jamais le rendre, ou l'acheter sur Mamazone
Ca sortira peut-être un jour en français, j'en sais foutre rien, et alors des milliers de bloggueurs sortiront de l'ombre pour rédiger de petits articles inspirés du mien, en me reversant des droits d'auteur faramineux.
Ou pas.








mercredi 15 mars 2017

Wye Oak - Civilian (2011)

Chansons pas connues qui mériteraient de l'être #4

Y'a la version studio (ma préférée)



Y'a la version concert à la maison (ma préférée)



Y'a la version concert à la radio (ma préférée)

dimanche 12 mars 2017

Massive Attack - Paradise Circus (2010)


MASSIVE ATTACK - PARADISE CIRCUS from Toby Dye on Vimeo.
WARNING - VIDEO CONTAINS VERY ADULT MATERIAL...IF YOU'RE EASILY OFFENDED PLEASE LOOK AWAY NOW.

Moi, Jeannette Warsen, quand j'étais jeune et belle, j'ai fait quelques galipettes dans des films un peu ollé-ollé.
Rien de bien méchant.
Bien sûr, y’a des tas de gars qui en ont conclu que j’étais une fille facile, y’en a même qui sont tombés amoureux de moi.
L'amour ça n'est pas s'impliquer, c'est un sentiment plus élevé.
Pour moi, aimer les gens, c'est faire ressortir le meilleur en eux, qu'en général ils ne perçoivent pas.
Pas m'emmêler dans une série télé en 15 saisons.

PS : il existe plein d'autres versions de ce morceau déjà chroniqué ici.

mercredi 8 mars 2017

samedi 4 mars 2017

Elbow - The Loneliness of a Tower Crane Driver (2008)

Chansons pas connues qui mériteraient de l'être #3



taken from the album "The Seldom Seen Kid" (2008)

Certes, la ritournelle est entêtante. Et le chanteur a la voix de Peter Gabriel en 1973.
C'est troublant, mais ça ne nous ramènera ni Peter Gabriel, ni en 1973.
Sinon, j'ai aussi la version qui donne envie d'envahir la Pologne, avec le the BBC Concert Orchestra.
Mais trop de lyrisme tue le lyrisme.



Peut-être que la meilleure version de "La solitude d'un conducteur de grue" a été jouée sur une guitare désaccordée dans les toilettes d'un bar de Denver (Colorado).
A ce stade, j'ai peu de chances de le savoir.
Je n'ai même pas le téléphone de la barmaid.
Si vous avez des infos, n'hésitez pas.




vendredi 3 mars 2017

Les Fatals Picards - mon pére etait tellement de gauche (2006)



Les fatals picards ont eu un moment de gloire et surtout de génie, en 2006, avec l'album Pamplemousse mécanique.
Je repense à "mon pére etait tellement de gauche", extraite de l'album, qui finit comme ceci :
"Mon père était tellement de gauche, que lorsqu'il est parti
La gauche est partie avec lui."
J'y pense avec une fin alternative, inspirée par les faits alternatifs de ces jours-ci, en me disant que si j'étais un des enfants Fillon, je pourrais la chanter comme ceci :
"Mon père était tellement de droite, que lorsqu'il est parti
La droite est partie avec lui."
Voilà.
C'est tout.
Vous pouvez reprendre le travail.
Enfin, vous faites comme vous voulez, mais moi c'est ce que je vais faire.

mardi 28 février 2017

Bry Webb - Undertaker (2011)

Chansons pas connues qui mériteraient de l'être #2



From the album "Provider" (2011)

I love this town Like hunter Was in this town
I'm the undertaker I am known by everyone
Whether debutante Or bone shaker
Husband, wife Or heart breaker I am known by everyone
I will be standin' by I will be standin' by

lundi 27 février 2017

Aidan Baker - I Wish Too, To Be Absorbed (2017)

Aidan Baker n'est jamais là où on l'attend.
Des fois ici, des fois , et d'autres fois encore ailleurs, voire nulle part.
On se demande si des fois il n'aurait pas compris de traviole mon article sur les tribulations quantiques de John Scofield contre le principe d'indétermination d'Heisenberg.
Ainsi, le principe d'incertitude, qui voulait que Scofield soit là où l'on ne l'attend pas et que l'on ne puisse mesurer ni sa masse, ni sa vitesse, est ici pleinement réaffirmé dans sa radicale altérité.
Ce qui fait que Aidan Baker, comme Scofield, plus personne ne l'attend, et pourtant il continue à venir.

samedi 25 février 2017

Blue Hawaii - Try To Be (2013)

Chansons pas connues qui mériteraient de l'être #1
Pop.



from the album "Untogether" out March 4/5th 2013

dimanche 19 février 2017

The Doors - The End (1966)

Amis déclinistes & âmes déclinantes, bonsoir.
Le saviez-vous ? Quand il a écrit « The End », Jim Morrison cherchait juste un morceau pour mettre au bout de son premier 33 tours.
Il se disait qu’avec un titre comme ça, les gens comprendraient que le disque, il était fini.
C’était un gars pratique.
Son groupe s’appelait « les Portes » parce qu’il avait croisé Aldous Huxley au Bricodépot de Santa Fe et qu’ils avaient eu une conversation lumineuse sur les portes de douche pivotantes en 77/81 cm.
Huxley considérait qu’il vaut mieux les laisser fermées quand on a pris de la mescaline, pour concilier le légitime besoin de transcendance de l'être humain et son tout aussi légitime besoin d’intimité quand il prend une douche.
Morrison quant à lui les préférait ouvertes, et surtout nettoyées au Javel, pour ne pas tripper involontairement sur les taches de moisissure en les prenant par mégarde pour des aliens télépathes, et au risque de s'enrhumer les génitoires.


Jim mime l'ouverture en 77/81 cm
devant Aldous, médusé.

Quand il écrit «The End», Jim Morrison n’est qu’au tout début de sa carrière courte mais brève, mais comme il a été formé à l’école du Chamanisme iakoute du Dieu Poney, et qu'il a eu des expériences mystiques depuis tout petit dans les marges de ses cahiers, il bénéficie déjà d’un accès simultané à toutes les strates temporelles de son existence, et peut aussi bien évoquer le goûter à base de doughnuts et de beurre de cacahouète qu’il a pris dans l’après-midi du 5 avril 1952 dans un jardin d’Albuquerque, qu'anticiper par l’esprit son futur trépas dans une baignoire parisienne dans la nuit du 2 au 3 juillet 1971 (ce qui fut une façon assez élégante de résoudre in fine le dilemme des Portes de douche pivotantes en 77/81 cm).
A l'époque il a encore toute sa tête, et il se dit que sa fin prochaine fera un meilleur sujet de chanson que le goûter de ses 11 ans.
Il n’a pas tort. L’histoire du rock, Philippe Manoeuvre et Francis Ford Coppola lui donneront raison.



Malgré son titre prometteur, la chanson «The End» des Doors n'est pas vraiment l'hymne des déclinistes, qui lui préfèrent «Les Vieux» de Jacques Brel. 
Ou encore «Tiens, voilà du boudin», la revigorante marche officielle de la Légion étrangère en France. 
«Nos anciens ont su mourir / Pour la gloire de la Légion / Nous saurons bien tous périr / Suivant la tradition.»
Là, on aspire à sa propre fin, par les deux bouts du boudin, c'est clair.
C'est du pur déclinisme, sous ses oripeaux boudinesques charcutiers.
Mais cadencée à 88 pas par minute, la ritournelle satisfait peu aux exigences psychédéliques de Jim Morrison, qui réclament une scansion plus chaloupée. 
Et puis, «Tiens, voilà du boudin», c'est des vers à 5 ou 7 pieds.
Va essayer de boire de l’ayahuesca dans des vers à 7 pieds : rien que pour les porter à tes lèvres, tu vas en mettre partout sur la nappe.


La nappe.
Il est déconseillé de la laver à 90°.

C'est pourquoi Morrison se détourne assez rapidement de son idée première, qui est d'adapter «Tiens, voilà du boudin» en amerloque pour accélérer l'enrôlement des hippies pour le Vietnam, car ceux-ci renaclent devant la conscription. 
Ca l'arrangerait bien que la vermine gauchiste s'envole pour Hanoï, car il vient de quitter sa Floride natale et cherche un appartement sympa à San Francisco, de préférence un T3 + sdb dans le quartier Haight-Ashbury, mais on est en plein Flower Power, et pas moyen de trouver une piaule pour lui et sa copine.
Tant de contrariétés domestiques et immobilières le ramènent à ses démons, le grignotage de drogues douces, dites au lait, par opposition aux drogues dures (à croquer).


Un jour qu'il se promène sur la plage de Venice Beach, à peine légèrement bourré sous acide, le chanteur improvise l'histoire d'un assassin qui traverse une maison puis parvient à la porte d'une salle où se trouvent ses parents.
Il se laisse porter par son flow oedipien :
"The killer awoke before dawn, he put his boots on
He took a face from the ancient gallery
And he walked on down the hall
He went into the room where his sister lived, and, then he
Paid a visit to his brother, and then he...
He walked on down the hall, and...
And he came to a door, and he looked inside
Father?  Yes son ? I want to kill you
Mother, I want to..."
On le voit, c'est non seulement assez chamanique, mais même carrément chamanique ta mère, comme chanson.


Bien des années après la disparition de ce zélé propagateur du mythe freudien, le misérable Frank Zappa se livrera à une pitoyable parodie des complications oedipiennes de ce pauvre Jim.
Dans Tiny Sick Tears, on l'entendra déclamer :
"You take a mask from the ancient hallway
Make it down to your father's room
And you walk in
And your father, your tiny sick father
Is beating his meat to a playboy magazine
He's got it rolled into a tube
And he's got his tiny sick pud stuffed in the middle of it
Right flat up against the centerfold
There he is, your father, with a tiny sick erection
And you walk in and you say:
"Father I want to kill you"
And he says: "Not now, son, not now"



Ces gens-là n'ont rien de sacré.

_______

Dans le cadre de notre politique de transparence vis-à-vis des faits alternatifs évoqués dans cet article,  voici la liste des sources qui ont été torturées jusqu'à ce qu'elles avouent des choses qu'elles n'avaient pas commises :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jim_Morrison
https://fr.wikipedia.org/wiki/The_End_(chanson_des_Doors)
http://www.songfacts.com/detail.php?id=231
https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Boudin_(marche_de_la_Légion)
http://wiki.killuglyradio.com/wiki/Tiny_Sick_Tears
http://www.lesinrocks.com/2017/02/08/actualite/drogue-plaisir-exactement-11911339/

Ah non, le dernier je n'ai pas réussi à le caser.
Ni l’attentat que Donald Trump vient d’inventer en Suède.
Je manque encore un peu d’entrainement.
Mais ça viendra.
Ou pas.

samedi 18 février 2017

Bill Laswell - Means of Deliverance (2012)

Nouvelle tentative pour continuer d'effondrer les statistiques de mon blog.
On n'attend pas Bill Laswell sur le terrain de la basse acoustique.
Ca fait des années qu'il est involved (je trouve pas de meilleur mot en français, y'a "impliqué" mais ça sonne moins bien, surtout quand comme lui on a épousé Ejigayehu Shibabaw) dans des centaines de disques with many collaborators from all over the world. Laswell's music draws upon many different genres, most notably funk, various world music, jazz, dub and ambient styles. He has also played or produced music from the noisier, more aggressive end of the rock spectrum, such as hardcore punk and metal.
According to music critic Chris Brazier, "Laswell's pet concept is 'collision music' which involves bringing together musicians from wildly divergent but complementary spheres and seeing what comes out." The credo of one record label run by Laswell, and which typifies much of his work, is "Nothing Is True, Everything Is Permitted." (wiki)

De la basse acoustique, vous dis-je.
Tout seul chez lui sur un tabouret de bar.
Reste à expliquer pourquoi, sur la pochette, "Les Moyens de la Délivrance" est gravé en caractères gothiques.
Ca me trouble plus que je ne saurais l'admettre.


https://www.mediafire.com/?to460x5s265p39d

vendredi 17 février 2017

Lawrence English - Cruel Optimism (2017)



"Cruel Optimism, is an obliquely political album, based upon the presence or absence of power as evoked in the work of theorist Lauren Berlant. This transposition results in an album of staggering sonic heft and a listening experience akin to being drenched in dolorous fog with only temporary moments of visibility. But it’s invigorating and profound, mapping a sonic current which traverses moments of gently unfolding beauty (The Quietest Shore) and even brassy grandiosity (particularly on the widescreen projections of Exquisite Human Microphone). (...) The album excels in transmitting the human condition through impressionist saturations of tone and texture, turning minimalism into maxamilism, cruelty into optimism."
Et toc.


http://exystence.net/blog/2017/02/16/lawrence-english-cruel-optimism-2017/



Le Cruel Optimism(e) du titre vient rappeler qu'il y a de fortes chances pour que demain tombe un samedi.
En attendant, qu'est-ce que j'en ai marre d'être vendredi !
Faut dire que je suis en train de monter un film promotionnel sur des pierres tombales inusables fabriquées à partir de déchets composites recyclés.
On n'arrête pas le progrès.
Idéalement déprimant pour un vendredi.
A part les divinités courroucées tibétaines qui viennent parfois agrémenter les plages de ce disque court et percutant, pour de l'ambiant sépulcral.


jeudi 16 février 2017

Steve Roach - The Passing (2017)



La Genèse de "The Passing", racontée par Steve Roach :

The thematic essence contained in this new 60 min soundworld has haunted me since the late-90s, when I created a short piece centered on the main harmonic chord cycle for a compilation. Through the passage of time, the evanescent nature of this atmosphere only grew more poignant and deeper in emotional resonance. As life continues to be fully lived, blooming outwards and simultaneously mirrored with the passing of family, friends and animal companions, these emotions aligned and called on me. In a five day period leading up to my birthday February 16 2017, I fully immersed in the feeling this time echo delivered, realizing this long-form piece in totality.

paru le 16 février 2017 1929

Massacre de la Saint-Valentin (Chicago)

Le massacre de la Saint-Valentin (Saint Valentine's Day massacre) est le nom donné à l'assassinat de sept personnes qui s'est produit le 14 février 1929 entre les deux puissantes mafias criminelles de la ville de Chicago (Illinois) : celle de South Side (à prédominance italienne), dirigée par Al Capone et celle de North Side (à prédominance irlandaise) menée par Bugs Moran. Se déroulant dans le cadre historique de la Prohibition, cet événement est considéré comme le dernier épisode de la guerre des gangs qui a ensanglanté Chicago dans les années 1920.

C'est ballot, à deux jours près, ils auraient reçu le dernier Steve Roach dans leur boite mail, et un drame sanglant aurait pu être évité.

Plusieurs autres tueries ou massacres ont eu lieu le jour de la Saint-Valentin et portent le même nom de Massacre de la Saint-Valentin. 
Méfiez-vous des contrefaçons.
Massacre de la Saint-Valentin (Strasbourg) en 1349 : un pogrom contre les Juifs de la ville pendant lequel environ 900 Juifs périrent sur un bûcher.
Massacre de la Saint-Valentin (Guadeloupe) en 1952 : les forces de l'ordre tirent sur la foule au Moule en Guadeloupe : 4 morts, 14 blessés.

Eux, ils avaient reçu une maquette non finalisée du disque. 
Ca les a rendus un peu grognons.
Interrogé sur ces étranges coincidences temporelles, Rorschach d'Infidèle a immédiatement démarré la production d'une vidéo YouTeubé de 235 minutes qui révèlerait tout, et auprès de laquelle Apocalypse Now (version Redux) ressemblerait à un film de vacances tourné avec le camescope Hi 8 prêté par mon beau-frère.

« Coïncidence : Tu ne faisais pas attention à l’autre moitié de l’événement. »
Chad C. Mulligan, Lexique de la Déliquescence,

cité par John Brunner dans Tous à Zanzibar

mardi 14 février 2017

Richard Pinhas - East / West (1980)

Quand j'étais petit, un jour je suis resté collé sur un disque de Richard Pinhas sur lequel on entendait Gilles Deleuze psalmodier du Nietzsche.
C'était "Le voyageur", sur Electronique Guerilla.
"Qui est par­venu, ne serait ce que dans une cer­taine mesure, à la liberté de la raison, ne peut rien se sentir d’autre sur terre que voya­geur. Pour un voyage tou­te­fois qui ne tende pas vers un but der­nier, car il n’y en a pas. Mais enfin, il regar­dera les yeux ouverts à tout ce qui se passe en vérité dans le monde. Aussi ne devra-t-il pas atta­cher trop for­te­ment son cœur à rien de par­ti­cu­lier..."
Ah ça, pour écouter du rock progressif en fumant de la tisane, on était là.
Beaucoup plus tard, j'ai appris que Maurice G. Dantec était vraisemblablement devenu fou en écoutant le même morceau, qui lui avait fait découvrir Nietzsche.
En fait, je l'ai lu sur Internet tout à l'heure.
Il ne faut pas croire tout ce qu'on lit sur Internet.
Sinon on devient fou.
Salvador Dali disait "la différence entre un fou et moi, c'est que je ne suis pas fou" en frétillant des moustaches et en roulant les r.
Mais c'était Salvador Dali.
Il n'avait pas besoin de découvrir Nietzsche, puisqu'il était Salvador Dali.
Et qu'il n'était pas fou.
Il y a des gens, il ne faudrait pas qu'ils découvrent Nietzsche.
Même psalmodié par Deleuze sur un disque de Pinhas.
Ni le Necronomicon de Proust.
C'est pas bon pour ce qu'ils ont.
J'ai jamais vraiment trippé sur Nietzsche.
Mais je découvre sur Internet, au péril de ma raison, que Maurice G. Dantec a fusionné avec le Grand Tout l'été dernier.
On peut donc le considérer comme définitivement guéri des noeuds qu'il s'était faits dans le cerveau depuis "Les racines du mal", honorable roman cyber-punk qui précéda d'insondables âneries cyber-connes.
Dans les années 2000, Dantec avait enregistré quelques monologues issus de ses ouvrages avec Richard Pinhas, avant de "sombrer dans la parano" (dixit Pinhas).
Il n'avait pas fumé que de la tisane.
25 ans plus tôt, le sticker de la rondelle centrale du disque de Heldon comportait une coquille.
Nietzsche était mal orthographié.
C'est peut-être ça qui avait rendu dingue Dantec, comme Frantico avec la faute à chausson au pomme à la boulangerie.
Mais à l'époque je ne m'en suis pas rendu compte.
J'étais trop occupé à m'auto-intoxiquer avec la voix hypnotique de Deleuze psalmodiant du Nietzsche.
Je ne connaissais ni l'un ni l'autre, et m'en fichais pas mal.
J'ignorais qu'un jour Internet me rendrait fou, comme les autres.
Ce qui comptait, c'était le monologue aux accents prophétiques.
Ca manquait déjà de prophètes, à l'époque.
La faute de frappe, je l'ai découverte hier en observant la rondelle du vinyle d'origine sur Internet.
Internet, l'endroit rêvé pour mater des rondelles de vieux 33 tours.
Quelle misère.
N'empêche qu'avec Internet, on en apprend tous les jours.
L'information monte au cerveau, et se prend pour de la Connaissance.
Le tout, c'est de ne pas devenir fou.
Quand j'étais grand, un jour où j'étais intoxiqué par un logiciel de génération de paysages en 3D, j'ai pris les psalmodies de Deleuze par Nietzsche et j'en ai fait un court métrage.



Un autre jour, quand j'étais presque vieux, je me suis aperçu que Richard Pinhas était encore vivant et enregistrait même parfois des disques.
J'ai écouté le dernier, mais j'ai trouvé ça un peu trop expérimental pour mes chastes oreilles.
Il s'appelle "Reverse", et il est encensé par les Inrocks comme "une session où se croisent Bowie, Pynchon et Nietzsche."
Ca me donne l'idée de lire le dernier Pynchon, il a l'air bien.
Mais pour ça, faudrait que j'aille moins sur Internet, c'est chronophage.
Quoique en cherchant bien, on doit le trouver sur Internet, le dernier Pynchon.
Et à part ça, ils racontent n'importe quoi, les Inrocks, "Reverse "ça ressemble plus à du Bill Laswell qu'autre chose.
Ils sont fous, ces Inrocks.
Ils vont trop sur Internet.
N'est pas Salvador Dali qui veut.
D'ailleurs, en illustration de leur article, ils mettent une vidéo Youtube d'un morceau de Richard Pinhas tiré de East / West qui date d'avant Internet.
Mathusalem not dead ! Houellebecq Aqbar !
Pinhas il a été pote avec Deleuze, enfin au départ c'était son prof à la fac, il a interviewé Philip K. Dick pour le magazine Actuel première formule (faudra que je regarde au garage si je les ai encore), ensuite il est devenu pote avec Norman Spinrad, ils ont fumé de la tisane avec Dantec et après ils ont enregistré un disque. Il faut avoir entendu une fois dans sa vie Norman Spinrad chanter sur un tapis de Frippertronics; enfin comme c’est du Pinhas on devrait dire des pine-ass tronics, mais ça sonne moins bien.



Sinon, j'ai trouvé un podcast de Pinhas sur France-Culture, le type est d'une humilité et d'une simplicité confondantes.
https://www.franceculture.fr/emissions/latelier-du-son/richard-pinhas
Tout à l'heure, je l'ai écouté en faisant la sieste au bureau, et j'ai eu une sainte trouille, parce que quand il fait une longue improvisation à la guitare (il prétend qu'il essaye d'imiter le rayonnement cosmique) j'étais presque endormi, d'un seul coup il s'arrête de jouer et dit "c'est magique, hein ?" et j'ai flippé ma race parce que je n'étais ni éveillé ni endormi, j'ai cru que c'était le patronat qui rentrait de tournage.
Richard Pinhas est devenu fou en écoutant les disques de Fripp et Eno, parce que c'était la seule façon de se défoncer avant Internet, c'est bien connu et ça s'entend.
Bon, j'ai largement de quoi écrire un article pour les Inrocks.
J'ai failli ressortir mon vinyle de East / West (1980) pour le ripper, et puis je me suis rappelé de l'existence d'Internet.
J'étais quasiment certain de pouvoir l'y trouver.
La preuve.
Ah ! Les pochettes de Druillet des années 80 !
On s'y croirait.
D'ailleurs on y était.
Avec tout ça j'ai pas parlé du disque.
Ben y'a qu'à l'écouter.