lundi 17 décembre 2018

Dan Romer - Maniac Soundtrack (2018)

J'ai bien aimé la minisérie "Maniac", avec Jonah Hill et Emma Stone, que je ne connaissais pas. Elle est très délirante par certains côtés, et très sage par d'autres, disant des choses assez simples sur la souffrance et sur le deuil, sous des dehors farfelus et/ou confus et/ou sophistiqués.
Quand son personnage fait des bouffées délirantes schizophréniques, Jonah Hill imite Rami Malek dans Mister Robot de façon très convaincante.
Et la musique est pas mal.

http://download-soundtracks.com/television-soundtracks/maniac-soundtrack-by-dan-romer/

dimanche 16 décembre 2018

Soulsavers - Broken (2009)

Après It's Not How Far You Fall, It's The Way You Land avec Mark Lanegan, le duo d'electronica anglais adjoint à l'équipe Dave Gahan, qui éclipsera progressivement Lanegan en prenant tout le lit chez les Soulsavers comme Di Caprio éclipse De Niro chez Scorcese, ou comme la lune éclipse le soleil chez Hergé, surtout dans Tintin et la Secte du Temple Solaire de la Lune.

http://decouvronsungroupe.blogspot.com/2016/03/episode-64-soulsavers.html

https://jesuisunetombe.blogspot.com/2018/06/soulsavers-its-not-how-far-you-fall-its.html


https://www.mediafire.com/file/rl7tytr6snt8j5i/S_B.zip/file


samedi 15 décembre 2018

Steven Wilson - To the Bone (2018)

Je suis en train d'écouter la playlist de Tom Waits "le meilleur de moi-même" sur Spotify tout en téléchargeant un vieux Dire Straits et en préparant une session sur iTunes avec tous les derniers albums que j'ai chopés sur exystence dans le même temps où je lis des chroniques délétères à propos du dernier disque de Steven Wilson.
Est-ce que ça me rend plus heureux ?
Les couleurs de son album me rappellent un vieux Richard Corben, dont le proverbial sens des nuances chromatiques n'est plus à prouver, alors que Wilson s'est érigé au cours des siècles en gardien de phare du rock progressif millésimé mid-70's. Ce coup-ci, il dit avoir été inspiré par des disques de pop progressive qu'il a aimés dans sa jeunesse : Peter Gabriel’s So, Kate Bush’s Hounds of Love, Talk Talk’s Colour of Spring and Tears for Fears’ Seeds of Love. C'est sans doute pour ça que je n'accroche pas.

Steven s'en est encore pris une grosse.
Heureusement, son chien bipolaire veille.

Un commentateur avisé me dit que ce dernier alboum, il n'est pas terrible
un autre me dit qu'il est quand même pas mal
je suis bien embêté
heureusement un troisième est plus nuancé
c'est vrai qu'entre tous ses sides-projects, les remixes de Yes et Crimson, son groupe Blackfield, je suis un peu paumé.

La dernière fois que j'ai entendu parler de lui, c'était par un couple d'anglais en ex-Yougoslavie, qui arboraient un T-shirt "Lark's Tongues in Aspic" du plus bel effet dans la forêt slovène qui m'avait irrésistiblement attiré vers eux.
Tout ça ne me dit pas si j'irai le voir en Janvier, bien qu'ils me l'aient fortement suggéré.
Et au fait, l'album, il est comment ?
http://stevenwilsonhq.com/sw/recordings/to-the-bone/

vendredi 14 décembre 2018

Tom Waits - Big Time (1987)

Chaque fois que j'écoute ce live de Tom Waits, c'est à dire le moins souvent possible, cette prestation publique qui le voit massacrer ses propres succès jusqu'à enfoncer les bornes de l'autoparodie, j'ai l'impression d'être non-voyant.
Il doit me manquer l'aspect visuel du spectacle pour apprécier pleinement ses éructations de prédicateur priapique qui tournerait autour d'une fillette de 13 ans en pleine ovulation, ça en devient même assez insupportable et affreusement douloureux pour les cordes vocales de l'auditeur, qui porte machinalement les mains à sa gorge par empathie mal placée. Pour moi, on est ici à la limite du harsch noise. Et pourtant j'ai bac + 12 en fanatorium de Tom Waits.

Caché dans ton guichet
contreplaqué aggloméré linoleum
(dessiné par Beb Deum)
Deux titres surnagent : Cold Cold Ground, pas trop amoché et Falling down, enregistré en studio. On pourrait faire des transcriptions littérales des chansons de Tom Waits et bien se fendre la gueule à les interpréter, on n'y comprend que dalle mais ça fait rigoler tous les buveurs fatigués en sortant du boulot et même si on se fout de lui, on lui paie une tournée pour qu'il raconte encore et encore l'histoire du loup dans la bergerie celle du missionnaire ébloui.
Tout plutôt qu'il nous rechante le répertoire de Big Time...

https://www.mediafire.com/file/1gtgej47wctgdm5/TW-BT.zip/file

jeudi 13 décembre 2018

Be loved, or die trying ! volume 1 (2018)

"Une vie humaine n’est pas non plus une performance, mais quelque chose qui grandit et cherche à atteindre la perfection. Et ce qui est parfait n’accomplit pas de performance : ce qui est parfait œuvre en état de repos. "
Stig Dagerman, "Notre besoin de consolation est impossible à rassasier (1952)"

- Oui d'accord mais une petite compile de Noël, c'est quand même sympa pour les nécessiteux.
John, ou Arsène.



- Franchement, aussi loin que je puisse me souvenir mon but ultime a toujours été de trouver l’amour, l’âme sœur et de plaire.
une AAnonyme

- Plaire ?
ou être aimée ?
c’est pas la même.
Rêver de prince pour les filles et de princesse pour les garçons est un rêve archétypal, pas besoin de lire Jung pour s’apercevoir de l’universalité du truc.
La Nature semble avoir implanté ce signal dans notre tête comme si le bonheur était le « rendez-vous » assigné à l’espèce humaine.
Force est de constater, comme disent les journalistes, que bien peu l’atteignent.
Nostrawarsen

"Nous nous percevons comme des réservoirs vides ne demandant qu’à être comblés, et l’autre devient alors cette source à laquelle nous aimerions nous abreuver. Qu’il s’agisse d’une rencontre avec un maître spirituel ou avec une maîtresse ou un amant, nous devons réaliser que cette manière de rencontrer l’autre comme s’il était source de notre plénitude est une erreur fondamentale.
Je ne dis pas que les relations doivent être évitées mais qu’elles doivent être vues pour ce qu’elles sont : des lieux possibles d’expression de l’amour mais pas des échoppes où l’on viendrait s’achalander. »
https://johnwarsen.blogspot.com/2015/12/la-course-contre-la-honte-44.html


et la deuxième couche, quand la première sera sèche :

"C’est très simple d’ouvrir le cœur, pas besoin du kamasutra. Il suffit de regarder l’autre comme une fin en soi, et non comme un moyen (pour reprendre l’expression de Kant). De le voir comme un individu, comme une totalité, au lieu de le voir comme le moyen d’obtenir quelque chose pour soi (de la reconnaissance, des sous, du plaisir…). C’est d’ailleurs pour cette raison que les nanas sont frustrées. Elle sont là comme des huîtres et c’est les mecs qui doivent les ouvrir. Dès ce moment, le mec est considéré comme un moyen (le couteau qui va ouvrir l’huître), donc ça ne risque pas de marcher. D’où la frustration. On a juste pété le bord de la coquille, mais l’huître est toujours fermée. Si l’huître pouvait voir qu’elle a en face d’elle un individu, un vrai, ça irait beaucoup mieux. Et vice-versa. Si les mecs arrêtaient de voir les nanas comme des poubelles où déverser leur frustration, ça irait mieux aussi.
Les centres énergétiques s’ouvriraient naturellement si on arrêtait de les fermer et de les verrouiller comme les coffres-forts de la Banque de France. (...) Si on regarde bien, on voit bien que tout le jeu social consiste à faire croire à l’autre qu’on est plus heureux que lui, et qu’en réalité tout le monde est très malheureux. Et pourquoi ne peut-on voir cela ? Parce qu’on ne peut regarder à la fois le monde et son nombril. Sans compter que le fait d’être l’unique anormal au monde, ou encore l’homme le plus malheureux de la terre, fait vraiment de nous quelqu’un d’exceptionnel."
La Schtroumpfette à lunettes

"Soyez aimés, ou mourez en essayant" :
Plusieurs dizaines de disques ont été audités et normalisés avec un logiciel idoine pour servir de base à cette sélection dont le volume 1 vous est ici présenté en exclusivité mondiale dans l'espoir que vous en soyez dignes. Conceptuellement, nous sommes face à la face (!) lumineuse, solaire, radieuse de la compile : "Soyez aimés". Il ne nous faudra guère plus de 76 minutes pour aborder la phase "ou mourez en essayant", sans doute plus ludique.  


mercredi 12 décembre 2018

Ricet Barrier - La servante du château (1958)


Ricet Barrier est né trop vieux pour devenir libertaire, mais sinon ça lui aurait tout à fait convenu. Encore que sur sa fin de carrière, il commençait à se lâcher grave. Mon grand-père me chantait déjà ses chansons, donc ça ne date pas d'hier, mais si les diamants sont éternels, certaines chansons vantant la classe paysanne disparue le sont aussi.
Et changement d'herbage réjouit les veaux, nom de diousse !

http://www.mediafire.com/file/75fd10dxw7cejgc/1958-RB_LSDC.zip






mardi 11 décembre 2018

The The - Infected - The videos (1986)

En 1986, Matt Johnson et ses plus proches collaborateurs enregistrent le meilleur album de rock du monde, pour toujours et à jamais. 
Il s'appelle Infected. Ca parle de l'effondrement probable de l'Angleterre, d'amours toxiques, de pornographie du désespoir et d'invasion de l'Irak.
Matt décide alors de promouvoir l'album en faisant réaliser un clip pour chacun des titres qui le composent.
En effet, la promotion par CBS du 45 Tours "Sucré oiseau de Vérité" qui évoque sans détours l’implication militaire américaine dans la politique au Moyen-Orient a été quelque peu contrariée par la campagne de bombardement US sur la Libye
Johnson et son manager persuadent alors CBS Records d’avancer 350 000 £ pour la réalisation des vidéos, somme inouïe pour un groupe si peu connu. C'est alors que Johnson et le réalisateur Christopherson prennent l'avion pour l'Amérique du Sud afin de filmer les vidéos de "Infected" et "Mercy Beat" que les événements commencent à devenir incontrôlables. Tournant dans la jungle péruvienne à Iquitos, Johnson a recours aux services d’une tribu indienne locale. Les Indiens l’initient, lui qui est déjà un passionné de drogues, aux préparations hallucinogènes utilisées dans leurs rituels tribaux. La vidéo de "Mercy Beat" montre une scène où, pendant le tournage, l’équipe est attaquée par un rassemblement de combattants rebelles communistes, en colère contre l’apparition de ce qu’ils considéraient comme des intrus occidentaux. Johnson confirme que la scène était authentique et impromptue et admit qu’à l’époque il était "si haut", rappelant la folie qui s’était ensuivie : "Quelqu'un a sorti un serpent avec lequel je me débattais, et je déteste les serpents. Un singe me mordit. Et puis moi et ce gars, que je venais juste de rencontrer, nous nous sommes coupés et nous sommes devenus des frères de sang, nous frottant le sang sur le visage l'un sur l'autre, des trucs comme ça. "
La scène d’ouverture de « Infected » montre Johnson rivé à une chaise à bord d'un bateau naviguant sur une rivière dans la jungle : Johnson a déclaré qu'il souhaitait que le clip commence comme le Fitzcarraldo de Klaus Kinski. (de Werner Herzog, NDLR)



Le jeune John Warsen, alors tout juste sorti de l'académie militaire, tombe sur ces vidéos. Il ne s'en relèvera jamais. 32 ans plus tard, s'apercevant que leur présence sur le Darknet semble s'estomper, il procède à un ingrat et courageux travail de restauration des archives mpeg1 et remet tout le bazar en ligne sur un serveur taïwanais dédié. Tout de suite c'est la panique, les bourses plongent, les gilets jaunissent, le vieux monde vacille.
N'écoutez pas ceux qui prétendent que Matt Johnson serait devenu bouddhiste et vegan. 
Il est éternellement empalé sur sa chaise percée dans Infected, le clip, pour toujours et à jamais.

https://www.mediafire.com/file/cacck9h68kwtb9b/The_the_Infected_videos.zip/file

La réincarnation la plus récente de The The nous fait craindre le pire.
Marie, remettez le disque, et méditons sur l'impermanence.


lundi 10 décembre 2018

Deux doigts dans la reprise (3)




Ode to Billie Joe - Bobbie Gentry (BBC Live 1968)

J'ignore tout de la période à laquelle Bobbie est entrée en phase de gentrification, mais j'ai pris la honte à regarder le Wiki de cette chanson en v.o., car il est remarquablement rédigé, avec une grande sobriété stylistique, bourré de liens affriolants, tout ça gratuit alors que j'ai même pas envoyé 10 euros à Wiki cette année tellement ils m'ont gonflé avec leur campagne de soutien, et ça me couperait presque toute envie de procrastiner, de sombrer dans l'indifference and unshared grief comme dans la chanson.

Quelques années plus tard, Joe Dassin en fait un remake particulièrement inspiré avec "Marie-Jeanne" puisqu'il n'ajoute rien à l'original, à part la nécessaire transposition géographique du Mississippi rural vers le Lot-et-Garonne en se livrant à de subtiles substitutions :
Tallahatchie Bridge -> Pont de la Garonne
Choctaw Ridge -> Bourg-les-Essonnes
Brother Taylor -> Marcel Dubrignoulet
Billie Joe McAllister -> Troy McClure
et à un détail près : It tells exactly the same story nearly word for word, but the lead characters are reversed. The narrator is one of the sons of the household, and the character who committed suicide is a girl named Marie-Jeanne Guillaume.

Un spécialiste mondial du chanteur de charme mort qui louche a fait de cette reprise une analyse textuelle pénétrante à plus d'un titre :

http://www.joedassin.info/fr/af-show1599.html



Mais là encore, ce maudit Wiki dame le pion à toute tentative de surenchère exégétique, qui passerait dès lors pour une supercherie :

Inexplicablement, quand Joe adaptera "The City of New Orleans" de Steve Goodman, ça donnera "Salut les amoureux", chanson favorite des dépressifs bipolaires qui n'a pas grand chose à voir avec la choucroute originale.
Choucroute que Schmoll arborera néanmoins ostensiblement sur la tête lors de sa reprise de la reprise de Joe.
Sacré Eddy.



Beau joueur, Joe Dassin saura s'éclipser d'une discrète crise cardiaque quelques années plus tard.
Sa tombe humble et anonyme reste fleurie, été comme hiver, pas d'autres anonymes encore plus anonymes, si c'est humainement concevable.



dimanche 9 décembre 2018

Yves Got, René Pétillon - Le Baron Noir (2010)

Le Baron Noir est un rapace, un prédateur qui se nourrit de moutons. C'est dans sa nature.
Des fois, les moutons se révoltent, mettent des gilets jaunes, organisent des manifs, suscitent l'émergence de Mélenchons laineux, se plaignent de leur condition aux agents de police rhinocéros, croient conclure des alliances protectrices avec les crocodiles...
Peine perdue, impossible d'échapper à leur position dans la chaine alimentaire de cette société animale qui reflète l'état du monde politique de la fin des années 70, période où la BD a été écrite.
On y croise aussi des charognards existentialistes, des tatous propriétaires, des intellectuels qui causent beaucoup et ne font rien, bref comme les meilleures fables de La Fontaine, le Baron noir n'a pas pris une ride.
La cadeau idéal pour les fêtes.








samedi 8 décembre 2018

Devo en concert au Théâtre de l'Empire à Paris (1978)

J'ai pleuré hier soir en regardant la prestation de Devo à l'émission Chorus. Ca s'arrange pas. C'était en effet aussi grave que dans mon souvenir, à part le fait que mon inconscient avait eu quarante ans pour y surajouter des guitares dont la caisse avait été tronçonnée.
Il a dû mélanger ça avec des vieilles bédés de Marc Caro. Si la prestation de Dire Straits il y a quelques jours à Chorus était en dessous du disque, celle de Devo était incomparablement au-dessus de leur premier album "Are we Not Men ?" qui nous avait tant fait danser en buvant de la Valstar (la bière des stars achetée au Prisunic de Lannion) sur la De-Evolution.
Sic transit gloria mundi.


Et puis j'ai eu une révélation. Je ne ferme pas beaucoup l'oeil de la nuit, ça aide.
Pendant le concert, les membres du groupe sèment un chaos pounque sur la très sage scène du théatre de l'Empire, certains moments tournent au malaise comme si c'était les Residents - et ils se font déchiqueter leurs gilets jaunes par les fans massés au bord de la scène - gilets qui ressemblent plus à des cirés de marins qu'à des gilets de sécurité routière, mais voyons voir Saint Wiki :

Le groupe se construit délibérément une image « pseudo-scientifique » (geeky) qui leur permettait aussi de faire des commentaires souvent provocateurs sur l'état de la société américaine. Et, comme Frank Zappa, sous l'extérieur clownesque, il y avait une musicalité sérieuse et un contenu socio-politique. Devo étaient probablement aussi connus pour leur image que pour leur musique, mettant des uniformes qui plagiaient la culture industrielle et le consumérisme pop, tels les costumes de protection chimique jaunes durant la période Q: Are We Not Men?, l'assortiment de coiffes de plastique, de masques et des caractéristiques chapeaux « pots de fleurs » (domes d'énergie) pour Freedom of choice...


Aujourd'hui, fête nationale de la voiture brûlée en France, ce qui fait marcher les assurances et stimule l'industrie automobile, rendons hommage à ce groupe de visionnaires.



D'autre grands précurseurs des gilets jaunes, travaillant sous couverture à petits carreaux



Marty s'est fait un beau costume de fan de Devo
mais il n'a pas trouvé sa place dans l'article.
Aide-le à traverser la rue pour rentrer chez lui,
dans une vieille bédé de Francis Masse.
la copie du concert de Devo en meilleur état que celle de Tontube