mardi 7 décembre 2021

Patrick Font - L'Algérien (1974)


J'étais peinard devant un feu de bois d'arbre, une bûche d'une espèce rare, en voie d'extinction, et bien décidé à reposer mes yeux et surtout mes doigts. J'ai mis un vieux disque, glané sur un blog de curiosités. J'ai découvert "L'Algérien" de Patrick Font. Une chanson de 1974. J'ai alors compris que le problème ne datait pas d'hier. 
Bien sûr, les chansons ça sert à rien, comme le fait finement remarquer quelques années plus tard Francis Lalanne dans "J'ai de la boue au fond du coeur", qui ne résoud rien, pas plus que celle de Patrick Font, pas plus que le film Dupont Lajoie d'Yves Boisset sorti à peu près à la même heure. Parce que ni les films d'Yves Boisset ni les vidéos de Jaune Warsen ne peuvent influer le cours implacable du monde. 
Néanmoins, à la première écoute de L'Algérien, mon sang n'a fait qu'un tour. 
Adieu la sieste devant la cheminée. 
Ca n'a pas trainé, en deux heures la vidéo était bouclée. Mon premier clip anti-Zemmour, putain de sa mère. A 58 ans, il était temps de commencer à m'impliquer. J'ai un collègue monteur qui s'interdit d'avoir un logiciel de montage à la maison, je comprends pourquoi. Je pensais sincèrement ne plus m’en servir, maintenant que les enfants sont trop vieux pour que je fasse des films de famille, je me suis pas méfié, mais j'ai récemment refait un peu d'art vidéo avec des potes, et là, j'ai un nouveau projet sur lequel m’investir la nuit, quand j’en ai marre de déblogguer des mots pleins de lettres. Je réalise pour les fêtes (mais je ne pense pas être prêt avant Noël 2028) un long métrage ludique et pédagogique incluant l’ensemble des génériques des films de James Bond depuis l’Antiquité jusqu'à Pourrir peut attendre, le dernier en date, agrémenté des séquences de fiction qui précèdent souvent ces génériques, y adjuvant des sous-titres de mon cru un peu farfelus; on peut envisager ultérieurement une version en breton quand je serai sorti de prison après avoir ainsi transgressé les lois sur le copyright, évidemment, tout cela fleure bon la kolossale perte de temps, l’auto-addiction à trois balles et la crispation identitaire « ah dis donc qu’est-ce que je suis drôle » qui me pend au nez depuis longtemps, après avoir frappé de plein fouet Wes Anderson et son French Dispatch. 
Et alors ? qu’y puis-je, si je me shoote à la vacuité égotiste de la dérision ? et ça ennuie qui ? au moins je laisse dormir mes colocataires.

 [EDIT] excellent édito d'un philosophe dans l'Obs sur Zemmour. 
Tout n'est donc pas si foutu que ça.

dimanche 5 décembre 2021

David Bowie - Toy (2001)

Sur discogs il existe tout plein de pochettes différentes de l'album "Toy" de Bowie
une sorte d'album imaginaire qui ne fut pas publié après son enregistrement en 2001, qui fuita clandestinement lors des BowieLeaks en 2011 et qui vient d'avoir une "vraie" sortie en 2021, lors de la parution du coffret de 11 CD "Brilliant Adventure (1992-2001)", une rétrospective des sous-produits de la créativité débridée dont l'alien angliche fit preuve pendant cette décennie. Si la pandémie ne vous a pas déjà fait attraper la pauvreté, une occasion de s'endetter pour les fêtes, dont je puis vous prêter une copie pirate avant l'achat sans trop de re-morts car l'auteur est définitivement à l'abri du besoin et des soucis créatifs et financiers depuis fin 2016. Je ne suis pas un thuriféraire de Bowie, je suis sensible à certains aspects de sa personnalité et de son oeuvre, mais là c'est quand même l'occasion d'un petit cadeau virtuel et inédit (en principe) à destination des inconditionnels argentins désargentés.


"Brilliant Adventure (1992-2001)" : pour les fans, une tuerie. Pour leurs amis, juste une idée de cadeau.

Un rappel inopiné de l'affaire, inspiré par un journaliste du Monde passé boire un coup hier à l'improviste sur ma tombe :

Après lui, j'avais rencart avec un gars de Rolling Stone, encore plus pointu car après tout ce sont des musiciens frustrés professionnels :

celui d'un fan aigri par les privations, et moins soumis aux pressions des annonceurs :

Enfin, mes confrères de télérama, sans qui j'aurais du mal à savoir quoi télécharger pendant mes loisirs :

Petit événement de l’année, la présence dans ce coffret (avant une sortie indépendante au début de l’année prochaine) de Toy, disque enregistré en 2000 et aussitôt mis au rebut. Le projet est singulier, une relecture des chansons de jeunesse, certaines connues (London Boys), d’autres non. L’enthousiasme est palpable, un désir ardent de faire voyager les souvenirs et de leur donner une actualité. C’est parfois réussi – sur une version ralentie et lyrique de Conversation Piece, ou sur un Silly Boy Blue baroque –, parfois anecdotique et lourd. Une curiosité qui n’aurait sans doute bouleversé personne au début du millénaire. Et qui s’apprécie aujourd’hui comme une étrange pièce du puzzle.



" Religion is for people who fear hell,
spirituality is for people who have been there."
R.I.P. David Bowie
Ce que j'aime chez Bowie :

- sa prestation d'extraterrestre paumé dans "L'homme qui venait d'ailleurs", le film malade de Nicholas Roeg, dont tous les films sont malades mais ils sont bien quand même.

- l'album "Scary Monsters", avec Robert Fripp à la guitare nucléaire.

- l'album "Earthling", avec Reeves Gabrels à la guitare nucléaire.

-  l'album "Blackstar" de jazz funéraire, paru deux jours avant sa mort.

- le fait qu'il n'ait jamais cessé de se réinventer, alors qu'il semble que je tourne un peu en rond.

jeudi 2 décembre 2021

Lujipeka : Putain d'époque (2021)

C'est en parcourant par hasard le site du journal Rolling Stone que je viens de comprendre ce qu'il m'arrive en vérité ces derniers jours. C'est pas du tout des troubles de désorientation de la personne âgée cyberdépendante, comme je le craignais.
Mais je découvre que les Trans Musicales de Rennes commencent une fois de plus sans moi, qu'elles sont à une portée de biniou mais que je n'aurai pas la chance d'y aller voir, entendre, et pourquoi pas toucher, comme le fils de Marie, Lujipeka.

Lujipeka, c'est la vraie grosse découverte énorme de la matinée.
Comme lui, je mange des kebabs en exhibant mon pass sanitaire à des rebeus indifférents, comme lui J'ai payé mes impots et j'ai pris mes médocs, comme lui masqué j'attends l'retour d'la peste, on n'est qu'les cobayes d'un grand test malgré les accents un peu inquiétassionistes de cette hypothèse de travail. Bref, tout nous rapproche, hormis le fait qu'il fait deux millions de vues dès qu'il pète un coup. 
J'ai dû devenir à mon tour et à l'insu de mon plein gré le digne représentant d’une génération désenchantée, bien que j'aie du travail, un toit sur la tête et à manger dans mon gofri.

ma preuve d'achat comme quoi je mange des kebabs

mercredi 1 décembre 2021

568 disques de Pink Floyd à ne pas offrir pour Noël (2021)

Hans Zimmer : la reprise de Pink Floyd
qui pourrait ne pas vous surprendre
Et voilà. A force de s'échauffer les gonades sur Dune, entre les versions du film déjà sorties dans la Réalité Réelle Ratée et celle qui a failli, sans doute vachement mieux mais vouée à séjourner dans les Limbes jusqu'au prochain Big Crunch, à moins que Jodorowsky lui trouve un financement in extremis auprès d'un producteur bipolaire, comme Terry Gilliam pour son Don Quichotte, je finis par rêvasser de la musique que Pink Floyd aurait composée pour le film, puisqu'ils avaient été pressentis pour la version de 1976 (article précédent). 
Au lieu de quoi, mon ami Google (le dernier qu'il me reste) me propose une douloureuse resucée de "Eclipse" réalisée par Hans Zimmer pour le trailer du Dune de Villeneuve. 
Kolossale Rigolade.

Heureusement que mes vieux Métal Hurlant en train de moisir au garage hermétique, c'est vraiment la Machine à Rêver, et que je peux noyer mon chagrin déceptif dans ma nouvelle collection de vieux Rock & Folk en .pdf dans laquelle je vais sans doute découvrir une interview anthume des Pink Floyd évoquant la musique du film de Jodo dont ils allaient enregistrer les premières maquettes dès qu'ils auraient fini leur clope. 
N'oublions pas qu'on est alors en 1976, que le tabac n'est pas encore un marqueur social négatif, et que tout le monde fume, sauf Georges Pompidou, qui a dû arrêter en urgence du fait des complications infectieuses provoquées par les corticoïdes, et qui était déjà mort depuis deux ans d'une septicémie sans avoir e le temps de rêvasser sur ce disque imaginaire de la musique du Dune de Jodorowsky par Pink Floyd.

La première fois que j'ai vu un personnage de Dune dessiné par Moebius, c'était à Rennes, en 1979, lors d'une exposition à la gloire des Humanoïdes Associés. Le film était déjà mort-né, et sa légende de foetus cosmique avorté démarrait à peine, avec des storyboards, des roughs, des costumes, des peintures de Giger, en veux-tu en voilà.

ma preuve d'achat : la pochette de l’événement, un inédit de Denis Sire
Je l'ai dit ailleurs, je le redis ici parce que mon avis est resté scandaleusement inaperçu depuis avant-hier qu'il a été publié sur un blog cinéphile, alors je me chite :
Le Dune de Villeneuve, comme le Blade Runner de Ridley Scott, c'est d'abord de vrais monuments de la littérature SF Qui Séduisent des Auteurs du 7ème art mais Qui Les Contraignent à se couler dans le moule mainstream induit par les enjeux industriels de la production, enjeux colossaux puisqu'il s'agit de refaire venir les gens dans les salles de cinéma alors que certains vaccinés refusent le pass sanitaire pour embêter la dictature numérique. 
après l'expo, j'ai enfilé discrétos le costume du Sardaukar designé par Moeb
et j'ai fait un selfie avec deux ploucs du coin
Et les monuments de la littérature SF deviennent alors de proprets blockbusters, anodins et inodores. Je dis pas ça comme excuse pour les massacrer ou pour pisser contre, car certains monuments attirent irrésistiblement les chiens incontinents, et ça peut être jouissif, surtout si on a jusqu’ici vécu un peu comme on trimballe une envie de pisser le long des pissotières et qu'on ne pisse pas, pour ne pas donner corps à ses bas instincts, mais enfin, ça donne des livres un peu compliqués à ne pas trahir, même sans pisser contre ni même un peu partout pour jouir sans entraves comme l’enseignaient les soixante-huitards.

Pompidou tombe en arrêt en découvrant les revendications abracadabrantes des enfants de 68
D’ailleurs, à la limite, la bouse mortifère de Villeneuve donne moins envie de relire le roman pour comprendre là où ça a merdé que de survoler à basse altitude les avertissements incisifs de Guy Debord (Guitou est clairement l’inspirateur Bene Gesserit de Charlotte « gender fluid » Rampling qui lui rend un discret mais vibrant hommage en jouant avec un filet à « provisions » sur la tête, comme une métaphore numineuse de la marchandise/spectacle).

Projet d'affiche pour la sortie de la version de Jodo.
D'une grande sobriété, comme le reste de son oeuvre.

Comme le relate Saint Wiki dans l’almanach des marées à Perros-Guirec tels qu’ils furent enseignés par la Vieille Peau Muad’Dib, « selon Debord, le spectacle est le stade achevé du capitalisme, il est un pendant concret de l'organisation de la marchandise. Le spectacle est une idéologie économique, en ce sens que la société contemporaine légitime l’universalité d’une vision unique de la vie, en l’imposant aux sens et à la conscience de tous, via une sphère de manifestations audio-visuelles, bureaucratiques, politiques et économiques, toutes solidaires les unes des autres. Ceci, afin de maintenir la reproduction du pouvoir et de l’aliénation : la perte du vivant de la vie. »
C’est la torpeur maléfique engendrée par la contemplation morbide de cet interminable clip touristique un peu bruyant, creux et clinquant pour la Jordanie et ses naïades de piscines lyophilisées (il y a tellement peu d’eau en Jordanie qu’ils sont obligés de pisser dans les piscines avant de les reboire) qui nous fait suspecter cette perte du vivant et de la vie, la cabane sur le chien, le ratage du métrage, un peu trompeur aussi. 

La bande-son qu'on entend dans l'avion 
pendant tout le voyage sur Air Jordanie.
C'est juste un peu saoulant.
Car le film est roublard comme seuls les vrais spots de réclame savent l’être : si j'en crois le Monde Diplomatique du mois dernier, il reste en Jordanie quelques poches de rebelles à dératiser avant de pouvoir bronzer à l’ombre (mélanome oblige) des minarets d’Amman en sirotant des long drinks au bar de l’hôtel avec des guérilleros Fremen avant de regagner sa chambre pour écrire son article tranquillou. 
Avant de se confronter à l’oeuvre de Herbert, Villeneuve pouvait passer à mes yeux pour un Auteur, son Blade Runner 2049 était mortifère mais intéressant, Hans Zimmer y recopiait Vangelis sans pisser dessus, mais pour les réals, Dune c’est vraiment le test ultime, et l’écueil sur lequel les plus glorieux s'éventrèrent, s'éventrent, et s'éventreront. 
Mais ne boudons pas notre déplaisir, ni notre ennui, car le film peut ramener de nouveaux lecteurs au Livre, comme le film de Christopher Nolan Le Prestige, inutilement complexe, m’avait mené à l’oeuvre littéraire de Christopher Priest, labyrinthique et narrativement défaillante, selon les dires de l'auteur, qui n'a jamais tort.

J'avoue qu'on se retrouve assez loin de la musique des Pink Floyd, malgré le malicieux clin d'oeil que leur jette Hans Zimmer en reprenant "Eclipse" dans le trailer du Dune de Villeneuve. Pour sustenter mon besoin de rêve et me consoler de la perte irréparable de la musique du Dune de Jodorowsky par Pink Floyd avant même qu'elle ait eu sa chance d'exister, je me suis alors tourné vers l'ami internet, sur qui l'on peut toujours compter en cas de coup dur pour qu'il vous remonte le moral à grands coups de n'importe naouak. Et c'est ainsi que je dénichai quelques remixes improbables de Pink Floyd :


Résumé de ces 2 galettes : 
des malfaisants parviennent à faire croire qu'en s'emparant du nom du groupe et de quelques samples remixés avec des moufles, la Trance sera au rendez-vous. 
Ils lancent aussi la rumeur que The Orb aurait participé au Remix, ce qui donnerait tout son sens à l'édition "limitée" : y'en aura pas pour tout le monde. Pas de bol, la réinterprétation de la face cachée de la lune est d'une telle médiocrité que le fan le plus limité en QI se trouve acculé au suicide plutôt que d'écouter ça plus longtemps. Le Blasphème urinaire contre le monument trouve ici son ultime frontière.


- Il existe depuis longtemps sur le marché des versions instrumentales "country", "folk" voire "bluegrass" de ces albums, qu'on croirait réarrangées par les producteurs qui mutilent Radiohead dans les avions, les ascenseurs, chez les dentistes et au crématorium. Je n'ai pas pu remettre la main dessus, et c'est tant mieux.

- Les sorteurs d'inédits chelous et de remasters suspects, à fuir plus qu'à craindre :

- Je viens aussi de dénicher 568 disques pirates du Floyd
dont certains étaient sans doute déjà en takeaway depuis belle lurette sur ma tombe


- Les amateurs éclairés qui essayent de sonner encore plus pompier que l'original
ou qui pompiérisent des tracks qui ne leur avaient rien demandé au lieu de leur foutre le feu

- Dub Side Of The Moon, un peu rigolo mais pas trop, et on n'entend pas bien la kora, parce qu'ils ont oublié d'en mettre

- Les simulateurs de floyderies les plus redoutés sont The Australian Pink Floyd Show
Heureusement ils n'enregistrent pas de disques; et j'apprends avec joie que leur prochaine tournée vient d'être annulée, remplacée au pied levé par le Omicron Tour 2022. C'est pas pire.

Qu'on ait étouffé pendant tout le XIXeme siècle les Amérindiens sous des covers de Pink Floyd fourrées à la variole, passe encore, mais qu'on extermine des bons Chrétiens, par des contrefaçons issues des coins les plus pourris du Multivers, alors que le XXIeme est déjà bien entamé, c'est quand même des pratiques peu glorieuses.
Qui n'a plutôt rêvé de la reformation du groupe mythique de rock progressif devenu monstre de pop mainstream ?

Davic Gilzmmour l'a pourtant dit et Reditt à Roger Waters bouchés :
" pour la reformation du Floyd, c'est dead.
Si tu veux encore agrandir ta piscine, t'as qu'à sortir des Remixes pour Noël.
De toute façon, tant que Richard Wright et Syd Barrett restent morts,
tu l'auras dans la Dark Side of the Moule. "

Finalement la meilleure reprise de Pink Floyd je l'ai cherchée partout mais c'est chez moi qu'elle était cachée depuis le début :

lundi 29 novembre 2021

Une interview de Jodorowsky à propos de Dune (1976)

Emoustillante interview d'Alexandro Jodorowsky à propos de son adaptation du roman "Dune" parue dans Rock&Folk n° 112, au joli mois de mai 1976, peu avant de démarrer le tournage. D'après l'intéressé, en tout cas.
N'aie pas peur de cliquer sur les images pour les agrandir.
Le mieux, c'est de les télécharger, sinon ça pique les yeux.
Merci à JM pour les scans ! c'est épatant !



 [Hé, DITeS] 
 du 9/12/21

en complément de programme, un excellent article sur le Dune "infilmable" de Jodo, pourquoi, comment.

dimanche 28 novembre 2021

Bertrand Belin - D'entre les morts (2021)

D'entre les morts : avec un titre comme ça, si je ne mets pas cette chanson sur mon blurg tombal, où donc me la mettrai-je ? 


Les compositions de Bertrand Belin accompagnent malicieusement "Tralala", le dernier film des frères Larrieu, plaisanterie acidulée un peu nonchalante dont je croyais naïvement qu'elle allait ressembler à la dernière blague de Wes Anderson, alors que le métrage évoque plutôt les  comédies musicales de Jacques Demy, et que c'est plutôt le French Dispatch qui ressemblerait comme une goutte d'eau à une blague un peu sophistiquée des auteurs de Vingt et une nuits avec Pattie (pas Smith, une autre)
Je ne sais pas si vous suivez, moi aussi j'ai été largué dans le dernier virage.
La présence physique du chanteur, qui incarne une sorte de faux-frère au personnage interprété par Mathieu Amalric, est impressionnante. Surtout qu'Amalric, lui, passe tout le métrage à  se désengager du monde, avec cette forme d'absence détimbrée qu'il incarne toujours idéalement à l'écran, aussi rayonnant de vulnérabilité que s'il se prenait pour Bill Pullman dans la saison 4 de The Sinner, qui est presque finie de diffuser, ce dont personne ne m'avait prévenu. 
L'ombre menaçante de Philippe Katherine et de son absolue liberté créative plane aussi sur le film, sans s'incarner autrement qu'à travers une de ses chansons, reprise par Duccio Bellugi, un curé de passage à Lourdes (car le film se passe dans la ville sainte) qu'on avait déjà apprécié dans Mon curé chez les Thaïlandaises.

Les frères Larrieu, en train de ressembler aux frères Coen comme à une goutte d'eau
pour faire croire qu'ils jouent dans une bande dessinée de Daniel Goossens.
Je crois que je me suis Lourdement (lol) trompé sur Bertrand Belin, ce n'est pas du tout un postulant au trône vacant du Roi Bashung, mais une créature protéiforme en transmutation, quelque part entre dandy et crooner, entre Rodolphe Burger et Eddy Michell. D'ailleurs il chante avec les Liminanas, si ça c'est pas une preuve, je sais pas ce que c'est. Je sens que je vais être condamné à réévaluer toute son oeuvre, et ça sera bien fait pour moi.
La bande-son de Tralala-le-film est là
et elle vaut aussi son pesant de cacahouètes, surtout quand on a vu Tralala-le-filmSinon, c'est comme quand on raconte une blague au lieu d'y avoir participé, c'est quand même moins bien.

vendredi 26 novembre 2021

Acier Couinant , c'était mieux avant

Dans le premier numéro de la nouvelle mouture du riboute d'Acier Couinant, Denis Villeneuve proclame fièrement dès la page 3 : "Je suis un enfant de Acier Couinant".
Allons bon. C'était bien la peine de faire tout ce tintouin pour produire une bouse mainstream comme Dune. En plus, quand on a Charlotte Rampling au casting, on lui met pas un filet à provisions sur la tête, ça manque un peu de classe.

Après le naufrage de Dune, Charlotte Rempile pour la couve du nouveau Métal, 
mais elle a habilement négocié des lunettes de punk à la place du filet à provisions.
Et puis d'abord, moi aussi je suis un enfant de Acier Couinant, moi aussi j'ai fait des films de SF boudés par la critique mais acclamés du public (250 millions d'entrées selon alluciné, 3 selon Google Keufs Ads), et je fais chier personne avec. 
Pourtant, ma trilogie de SF post-apo a marqué les esprits, en tout cas le mien, sans doute du fait qu'elle est composée de 4 films :
sans parler de mon auto-interview exclusivement accordée à moi-même à l'époque de la non-sortie des films en question, qui a fait grand bruit dans le Landerneau des blogs hyper-secrets

Sur son blog de ouf, le dessinateur Li-An lance ce cri déchirant auquel je m'associe :
Où es-tu Acier, Acier Couinant ?
Comme je l'ai dit chez lui sous une fausse identité aussi usurpée que la ressortie de Métal Hurlant sous son vrai nom alors qu'il est mort et bien mort, cette nouvelle version du magazine de notre adolescence enfouie était obsolète avant même la parution du numéro 1, puisque le pire de la SF des années 70 (Dick, Andrevon, Brunner, Zemmour, Véran) est déjà en train de se réaliser sous nos yeux. 

Le vrai Métal Hurlant, c'était autre chose
(ça sent la couverture de Beb Deum)
De plus, ce nouvel avatar autoproclamé de la machine à rêver manque cruellement de nanas à gros seins, d'astronefs scintillants et d'extra-terrestres aussi fourbes que les Chinois, les enfants illégitimes de Corben, Druillet et Moebius étant bien en dessous de leurs géniteurs, et la cohorte de délateurs #Metoo interdisant désormais à cette génération d'artistes émasculés de dessiner le moindre nichon  en dehors des revues spécialisées qui ne pensent qu'à ça.
Et puis, le moule est cassé ; l’époque est à autre chose. Rien que d’y penser, je deviendrais moi-même décliniste, alors que ma collection d'Acier Couinant se décompose silencieusement dans une armoire du garage.

C’est la partie BD qui ne fait pas le poids, mais qui ne demande qu'à s'étoffer. Mon astuce du jour : il faut rappeler Jean-Pierre Dionnet, Phil Manoeuvre et surtout Joe Staline au comité de rédaction ! 
Où es-tu Acier, Acier Couinant ?
Tu n'es certes pas très présent dans ta pâle réplique, ce fac-similé d'un fuck simulé, mais c'est pas grave, car aujourd'hui tu es partout : dans les statistiques de la pandémie, dans la série Black Mirror, dans les comics de chez Image, dans les photos introuvables de Richard Kadrey que je n'ai d'ailleurs pas retrouvées... et puis quand on n'est pas en acier, faut pas couiner sur le passé, sinon on rouille, car la nostalgie est une fuite et le seul plombier compétent s'appelait Harry Buttle Tuttle et il a été avalé tout cru par des vieux journaux dans le Brazil de Terry Gilliam, un film encore plus Acier Couinant® que le vrai.
Comme quoi le futur d'Acier Couinant, c'est déjà du passé.

[EDIT]

Le pire de Moebius revisité
aux petits oignons (including mushrooms)
Sauf pour quelques héritiers sauvages de la pensée métallique comme 
- Aleš Kot quand il est en forme
- les aliens enfumés ayant accouché du Midnight Gospel
ou encore l'ultime fascicule du Decorum de Jonathan Hickman et Mike Huddleston, sorti hier en v.o, et qui aurait eu sa place ici, en digne héritier d'Acier Couinant, malheureusement nous n'avons plus le temps d'en causer.

jeudi 25 novembre 2021

Les Fabulous Trobadors : Duels De Tchatche Et Autres Trucs Du Folklore Toulousain (2003)

La critique est unanime :

" Quand je me souviens de mes années de scolarité dans le centre de Toulouse, à deux pas du fameux quartier Arnaud-Bernard, Claude Sicre et Ange B. ont toujours fait partie du paysage : il n'était pas rare de les trouver en train de boire un verre au Breughel, ou de déjeuner au restaurant voisin le Don Camillo. Activiste culturel, Sicre a débuté dans le sillage du mouvement punk en 1977 avec Riga-Riga, un groupe folk occitan. Au tournant des années 1990, il rencontre Ange B. pour faire une musique qui n'est ni rock, ni ragga, ni rap, ni chanson française : elle est Fabulous pour l'amour du blues (Robert Johnson en tête), et Trobadors pour la "tenson", joute poétique à deux qui fonctionne sur le mode question-réponse, tradition des troubadours issue du patrimoine occitan. "Duels de tchatche" est un disque mieux produit que les précédents, rythmé et dansant : les Trobadors s'inspirent des "embaladores", chanteurs-improvisateurs du Nordeste brésilien qui s'accompagnent avec des tambourins. Loin d'un régionalisme replié sur lui-même, l'Occitanie des Fabulous Trobadors ne se limite pas de la Gascogne à la Provence : elle est ouverte aux quatre vents. Un vent un peu anar venu de la Catalogne toute proche ("Ca c'est oui") : dans les années trente, Arnaud-Bernard était un lieu de rencontre pour les anarchistes et les républicains espagnols. Entre la Bouse et la vie, les Trobadors ont choisi : ils présentent un beau programme dans lequel "jouer au foot sur l'esplanade" et "inventer son emploi" (bonjour le Medef) sera toujours préféré au "Caca 40" (sic) ; "demain décourage aujourd'hui" est une jolie formule pour dire l'urgence de jouir de la vie, ici et maintenant. "

"Ces duels sont organisés à la manière des joutes verbales telles qu’on les pratiquait en Occitanie, avant l’acculturation des populations françaises, et à la manière des traditions toujours très vives du Nordeste brésilien ou celles d’Afrique, du nord comme du sud. L’influence du blues et du rap des États-Unis est également présente : on n’en finirait plus de trouver des références, car nos duellistes sont de très grands connaisseurs des folklores du monde."

"Imaginez des Font et Val des Midi-Pyrénées qui auraient bien tourné. Non, laissez tomber. Les libertaires seventies ne disent plus rien à personne. Pour Olivier Horner, du quotidien suisse Le Temps, Duels de tchatche et autres trucs du folklore toulousain est « un typhon verbal sans mauvais jeux de mots, un manifeste en chantier du contre-pouvoir civique. » Véronique Mortaigne, du Monde, décrit l'album comme « un antidote indispensable à la monotonie de l'économie de marché ». Ludovic Basque, journaliste chez RFI Musique, déclare que « vous retrouvez tout ce que vous aimez chez les Fabulous Trobadors : l'humour et l'esprit libertaire rythmés au son du tambourin. »

dimanche 21 novembre 2021

Les Fabulous Trobadors : Era pas de faire (1992)

De leur premier album qu'on dirait quasiment enregistré à la maison et à la main avec des vrais doigts et trois bouts de ficelle sur un Tascam 4 pistes diesel (Era pas de Faire, 1992) à leur dernier envoi en date, beaucoup plus abouti musicalement, (Duels De Tchatche Et Autres Trucs Du Folklore Toulousain, 2003), nous avons tout écouté, et tout apprécié. Je ne suis pas spécialement régionaliste, ni toulousophile, et ma femme sorcière albigeoise m’a aidé à pénétrer les arcanes des occitanismes dont les textes sont truffés, mais ces deux-là ont manifesté un enthousiasme communicatif pour l'implication dans la vie locale, où qu'on vive, plutôt que de se terrer dans le virtuel en attendant que ça passe. (ça ne passe jamais). Pour tout dire, ils manquent diablement à l'esprit du temps d'aujourd’hui. Peut-être qu’il faut mettre l’enthousiasme sous verre et le coller dans un musée, dans l’aile B, celle qui abrite les Choses Qui Ont Été. Les Fabulous sont un remède souverain au fatras d’absurdités existentielles mortifères mondialisées qui submerge actuellement le monde et l'accule à l'effondrement cher à Jared Diamond.
On ne trouve rien d’eux sur internet, pas le moindre site de fan sinon celui que leur consacre le créateur de wikipédia à ses heures perdues, juste quelques clips youtube qu’il ne faut pas aller voir, car youtube c’est le Mal Absolu. Ce qui prouve bien qu’internet c’est de la merde. Même Warsen n’a pas osé uploader un de leurs disques, tellement c’est sacré. Il faut les emprunter à la médiathèque de ton quartier (comme ça tu jouiras des paroles dans les pochettes pour les passages difficiles à décrypter) et ne jamais les rendre.

jeudi 11 novembre 2021

John_Weak & Annie Hole Project (2021)

Hier matin je suis allé me faire vacciner contre la grippe. J'aurais mieux fait de demander au docteur s'il n'avait rien contre John_Weak & Annie Hole, un virus musical de pop infectieuse que je n'ai pas vu venir, et maintenant c'est trop tard. 
Je suis contaminé, et pas qu'un peu. 
Que les choses soient claires dès le début : 
John_Weak & Annie Hole ne sont pas les pseudonymes de deux de mes sous-personnalités, mais des personnes bien réelles (peut-être un peu imaginaires sur les bords, mais ce n'est pas incompatible) croisées sur internet, et qui font de la musique ensemble. Tant que je ne les ai pas rencontrées en vrai, je ne puis prouver qu'ils/elles existent, et c'est sans doute réciproque, mais j'apprécie leurs travaux soniques, seuls artefacts à me parvenir en provenance de la Réalité alternative dans laquelle ils prétendent se mouvoir, et c'est pourquoi j'ai décidé de leur offrir une petite tribune. 
Quel dommage que malgré tous mes efforts pour me hisser vers le mainstream des blogs busters, je sois resté underground et confidentiel. 
J'aimerais leur donner un petit coup de pouce. Mais après avoir procédé sans crainte à un inventaire personnel de mon potentiel de nuisance rédactionnelle, le meilleur service que je puisse leur rendre, c'est de fermer ma bouche, de débrancher mon clavier et les laisser jouer et chanter.
Voici donc, mesdames et messieurs, rien que pour vous ce soir, en avant-première mondiale, le duo de pop infectieuse John_Weak & Annie Hole.
On les applaudit bien fort, mais d'abord on écoute leur playlist.


Depuis qu'ils m'ont autorisé à présenter leurs maquettes ici, je les asticote pour qu'ils prennent contact avec un petit label musical indépendant comme la souterraine, à laquelle on accède par l'escalier de la cave. Ils y seront mieux mis en valeur que sur ma tombe, et leurs fleurs seront changées plus souvent qu'à la Toussaint.
Même si John et Annie sont très très timides, comme ce surinvestissement du virtuel pourrait le laisser penser, par rapport à la voie naturelle et royale qui consiste à aller faire le pied de grue dans le froid avec son book bourré de cassettes audio au ferrochrome enregistrées sur un Tascam 4 pistes et des engelures devant les portes obstinément closes de Barclay et EMI, comme ce pauvre Winslow_Leach au début de Phantom of the Paradise.

le MK_43 de fabrication hongroise 
qui a eu l'honneur de finaliser le premier EP 4 titres

J'espère au contraire les avoir encouragés à prendre confiance en eux et à promouvoir leur créativité, avant qu'ils/elles plongent dans le grand bain des albums studio enregistrés à la chaîne et à toute berzingue par des producteurs stakhanovistes et cocaïnés, albums souvent suivis de tournées de promotion tout aussi frénétiques, ces rafales de soirées de gala qui en ont laminé plus d'un, si j'en crois de mémoire ma collection de vieux Rock&Folk perdue à jamais. 

Ma collection de vieux Rock&Folk telle que je l'ai vue pour la dernière fois
avant que ma mère range ma chambre et fiche tout en l'air.

Vous pouvez vous aussi les encourager ce soir, en écoutant leur musique et en leur laissant des commentaires inspirés. Si l'inspiration ne vient pas, vous pouvez simuler, mais soyez sympas, faites que ça ne se voie pas trop.
Dans l'attente que s'effondrent leurs vains rêves de gloire, je les ai harcelés pour qu'ils me transmettent des éléments biographiques afin de nourrir le dossier de presse, comme si je me prenais pour leur mécène de la Renaissance, et j'ai fini par obtenir une interview exclusive.

---------------------

J.W : - Pourquoi faites-vous de la musique ?
John_Weak : Pour faire quelque chose qui nous dépasse, je veux dire : qui dépasse la simple sphère du quotidien. Ça paraît assez évident dit comme ça mais bizarrement, puisque c’est également notre matériau, on fait aussi de la musique pour parler et revenir au quotidien, d’une autre manière.
Annie Hole : C'est aussi à cause d'une certaine fascination pour le frisson de l'écoute et pour tenter d'en percer le mystère.

J.W : - Comment collaborez-vous ?
Annie Hole : On avait une envie partagée de créer quelque chose musicalement.
John_Weak : En fait, l’idée d’Annie H (qui est chanteuse et compositrice) était de mettre en valeur des textes que j’avais écrits. Elle me l’a proposé et, sans y participer, j’ai trouvé le résultat vraiment bien. Donc sur cette base, je me suis mis à écrire des textes et on a travaillé vraiment à deux : une mélodie simple, un battement, piano occasionnel pour voir ce qui émerge. De fil en aiguille, on a appris à utiliser les logiciels de son et cela a donné les morceaux disponibles à l’écoute.

J.W : - Quelles sont vos sources d’inspiration ? 
John_Weak : Il y a sans doute des airs de famille mais... je préfère ne pas y penser. Disons qu’il y a des choses qu’il vaut mieux laisser inconscientes quand on crée. Par contre il y a un album de Houellebecq qui s’appelle Présence Humaine et que je garde en tête. J’en recommande chaudement l’écoute, même si cela n’a pas grand chose à voir avec ce qu’on a fait en termes de résultat.
Annie Hole : Je dirais qu'on entend un peu dans ces morceaux des influences qui vont du côté de la dream pop mais ils sont aussi redevables de musiciens francophones, ça va de l'electropop (Mansfield TYA) à la chanson dans un sens plus traditionnel (Katerine)

J.W : - Tout a une fin. Dans ce cas, à quoi bon commencer ?
John_Weak : Je ne sais pas... les choses commencent de toute façon. Autant y être pour quelque chose dans ce cas, non ? D’ailleurs, commencer dans la musique, c'est commencer dans une chose qui a déjà commencé bien avant nous, continuera ensuite. La question serait donc : si tout a déjà commencé, dans ce cas, à quoi bon commencer ? Peut-être que nous nous sommes arrangés pour oublier qu’on commençait.
Annie Hole : On n'en finit jamais de commencer.

J.W : - Vous chantez en français ? En anglais ?
John_Weak et Annie Hole : Oui en fait, on a commencé à écrire les chansons en anglais, et on ne pensait pas du tout pouvoir écrire en français au début, car c'était une langue réservée (pour l'écriture poétique). Et puis d'une manière ou d'une autre, on s'y est mis. On a pris le français comme une contrainte supplémentaire, et on s'y est amusé. La pression extérieure n'y est sans doute pas étrangère : on attend de chanteu.rs.ses français qu'ils chantent en français. Mais pour nous, on continue à se dire qu'il y a des choses qu'on ne peut exprimer qu'en anglais, et on ne veut se priver d'aucun médium.