lundi 18 février 2019

Speed caravan - The Kiss of Electric Sand (2009)

Un ingénieux du çon (cdd comme moi) passe en coup de vent dans ma salle de montage et me fait découvrir 25 nouveaux artistes certainement dignes d'attention en 10 minutes chrono, à grands coups de liens youtube, parmi lesquels Speed Caravan, j'espère que je n'agresse pas les gens comme ça avec mon savoir immanent, c'est fatigant de se faire élargir musicalement de façon aussi forcenée.
"Mariage incandescent de la verve griotique, de l’âpreté berbère et de l’énergie du métal" (Télérama) "Speed Caravan fait une proposition musicale radicale et ouvre un dédale de pistes sonores, croisant à l’envi langages orientaux, rock, électro" (Le Monde) "Ca dépote plus en concert que sur disque, et j'voudrais pas dire, mais j'ai trouvé leur premier album à tchourer uniquement sur israbox, comme s'il n'y avait rien de mieux que des Juifs pour pirater des Arabes, et que tout ça soit dénoncé par un Français, il y aurait beaucoup à dire, ah vraiment oui elle est belle la Patrie multicuturelle." (John Warsen)
En tout cas leur version trop géniale de Killing an Arab de Cure est, comment dire ?  Trop géniale.
Mais après ça, vous croyez que je vais diffuser le premier disque de Speed Caravan ?
dont le leader Mehdi Haddab joue de l'oud dedans ?
ou ceux de Dhafer Youssef, qui joue de l'oud aussi ? ou de Transglobal Underground, où j'ai bien cru en entendre ? Ca me revient en cliquant à droite à gauche. Ca y est, je suis en pleine crise de oud. Vite, mon lithium. Putain, plus de lithium, et la pharmacie est fermée. Vite, il faudrait organiser un Woodstock du Oud.



Sans moi.
Et pourtant, j'étais prêt à partager toute la discographie de Dhafer Youssef ou Talvin Singh, mais c'est sans fin. Talvin Singh ? ah non, lui y joue des tablas, pardon. Mais son album "OK" de 1999 était trop génial aussi, j'ai bien mis 5 ans à m'en remettre.
Et patati. Et patata. Quand j'ai ouvert ce blog il y a 10 ans, j'ai voulu partager quelques vieux disques et en retrouver quelques autres que j'avais égarés, mais plus je creuse mon sillon, plus je m'aperçois que plus je creuse et plus je m'enfonce.
Devant tant de beautés volées, je préfère faire une pause, d'une durée indéterminée.
Musicalement, ça fait un moment que je ne jouis plus. Que je consomme. Les outils m'y incitent aident. Qu'y puis-je ? fermer le robinet, ce n'est pas en mon pouvoir, mais cesser de mettre mes mains dessous, ça sera déjà un mieux.
Des questions restent en suspens, j'en ai bien conscience.


Par exemple : pourquoi la fiancée de Frankenstein, dans les Seven Soldiers of Victory imaginés par Grant Morrison que je relis rituellement tous les 10 ans dans l'espoir d'y comprendre quelque chose, est-elle remembrée des bras, une paire de chaque côté, j'ai recompté - ce qui la fait ressembler comme une goutte d'eau à Marge dans le Simpson Horror Show XXVIII ?
Je vais y réfléchir. Mais je ne suis déjà plus là, j'ai écrit ce billet hier et je suis parti en cure de désintox à La Bourboule, sans internet.
Si on se revoit pas, bonne fin à tous et à toutes.

dimanche 17 février 2019

Holden - Sidération (2013)

La vraie sidération, c'est que je l'ai trouvé en download l'autre jour, et pas moyen de retrouver le link. Tant mieux, si l'album vous plait il vous faudra l'acquérir par vos propres moyens (j'ai donné l'exemple hier).

La chronique de l'album
L'écouter sur deezer
L'acheter sur qobuz

Coda : le démon de l'ordinateur (et l'historique de mon navigateur, qu'il serait puéril de diaboliser) me soufflent qu'il existe une copie du dernier Holden en date sur la médiathèque d'un serveur russe, quelque part par là.
Et c'est une nouvelle sidération.

samedi 16 février 2019

Holden - Fantomatisme (2009)

Celui-ci, j'ai été obligé de l'acheter sur qobuz tellement je ne le trouvais nulle part, ni sur les hauts-fonds ni dans les bas-fonds, pour parachever mon ultime rétrospective avant mes seconds adieux au music-hall.
Mon premier achat sur qobuz depuis bien longtemps, en tout cas. Et 10,99€ sans support physique, sans frais de mise en rayon ni de livraison, je trouve ça un peu cher.
En plus il est livré dans des formats par défaut que mon mange-disques aura bien du mal à interpréter, du m4a, du FLAC... J'espère que mes sous iront aux artistes et qu'ils viendront me voir en prison.
Quant à l'emprunter à la médiathèque pour en faire une copie privée sans le rendre, c'est toujours la même rengaine invoquée par les chenapans du cyber :
" j'ai voulu acheter cet Ebook sur le site de la Fnac : 14,99 € !!! Un scandale pour une version numérique qui ne leur coûte pratiquement rien (pas de papier, pas d'impression, pas de transport... nada à part la rémunération de l'auteur)"
L'argument "c'est du vol" pour se convaincre du bien-fondé de s'approprier le tout-gratuit ne séduit que celui qui l'invoque pour justifier ses rapines...
Du coup je fais quelques recherches sur la rémunération des artistes sur les plate-formes de streaming, parce que c'est carrément ringard aujourd'hui de télécharger des fichiers.

https://www.francemusique.fr/emissions/le-dossier-du-jour/musique-en-streaming-un-modele-enfin-perenne-avec-yves-riesel-pdg-de-qobuz-19299

https://www.liberation.fr/checknews/2018/05/23/qu-est-ce-qui-est-le-plus-remunerateur-pour-un-artiste-acheter-son-album-en-magasin-ou-l-ecouter-sur_1655221

https://www.atlantico.fr/atlantico-light/623750/combien-gagnent-reellement-les-artistes-pour-un-cd-ou-un-fichier-mp3-vendu--l-adami-donne-les-chiffres

Donc il semble bien qu'il vaille mieux acheter des albums que du streaming.
Merci les gars.

La chronique de l'album

L'album en mp3 320
(qui me conforterait presque dans mon illusion de toute-puissance si je mangeais de ce pain-là)

vendredi 15 février 2019

Zombies VS Robots - Chris Ryall, Ashley Wood (2006-2007)

Hier j'ai livré un article sans rédactionnel; j'en ai tellement honte que je me sens obligé de finir et de publier celui-ci ce soir, veille de bouclage, mais la rédaction de ces enquêtes de fond est devenue si chronophage qu'elle me coûte désormais plusieurs semaines de recherche et de documentation, il est temps que je me retire du bizness.
En plus, j'ai failli croire que Ashley Wood était le fils pas très bien caché de Wallace Wood.
Son trait était si sûr, tout en étant négligemment jeté tout au long des xxx fascicules de la fantaisie brinquebalante de Zombies versus Robots. De la plume électrique, de la bichromie spectaculaire, des trames grossières, des aplats rugueux et pourtant si élégants, tombés du camion en veux-tu en voilà, des couvertures à la peinture acrylique avec des jolies filles dans des situations scabreuses, des zombies et puis des robots, et pour raconter quoi ? des historiettes au-delà du débile, comme un Fluide Glacial de la Belle Epoque en mode mongoloïde, à base d'apocalypses zombies, robotiques, amazoniennes (mais je n'ai pas vu Jeff Bezos, sans doute occupé à uploader lui-même ses turgescents selfies)
Graphiquement, très relâché, mais d'une précision formidable quant à l'efficacité balistique.
Quelque chose comme un Michel-Ange de la BD au service de la série Z.
Plus jeune, il a réalisé des bandes dessinées plus ambitieuses, comme Lore ou Automatic Kafka, mais je n'ai pas encore trouvé le temps de les lire, et je suis même retourné acheter des bandes dessinées en français et en papier dans une librairie tenue par des femmes, c'est vous dire si ça m'a plu, le fils maudit de Wallace Wood.
Plus vieux, il s'est rapidement retiré (lui aussi) de la BD pour caresser des projets arty à base de peinture et d'illustrations qu'il réunit dans des artbooks cochons et des ventes instagram auxquelles je ne comprends que pouic, franchement, dans quel monde vivons-nous je vous jure, si les dessinateurs de talent quittent la BD, mais bon, chacun ses choix.


Là, sur la série des Zombies et des Robots, je ne vois guère que la Lucha Libre de Jerry Frissen pour rivaliser question fantaisie débridée avec Ryall et Wood, d'ailleurs à la même période.
Ca a duré ce que ça a duré :
une poignée de fascicules publiés chez IDW, maison d'édition dont j'ignorais tout, et au vu de leur production je préfère persister dans mon ignorance, mais bon en France on a bien Bamboo Editions, qui a racheté Fluide Glacial en 2016, et les Américains ne font pas la fine bouche pour autant sur l'école franco-belge, constituée surtout de Belges, de quelques chinetoques, et d'un paquet de nègres, mais ça dans le milieu interlope de l'édition c'est normal.
Tout a été mis en ligne ici par des salopards :
https://getcomics.info/other-comics/the-zombies-vs-robots-comic-book-collection/
mais c'est le voler là où l'acheter sur amazon, et enrichir Jeff Bezos. Faudrait savoir.
Mais si vous tenez vraiment à acheter quelque chose, partez plutôt sur l'intégrale de la Lucha Libre à un prix cadeau !



A la librairie des femmes,
j'ai acheté le Malaterre de Pierre-Henri Gomon,
qui me fait penser à Christophe Blain.


le Dieu vagabond de Fabrizio Dori
qui me fait penser à Klimt


et Walter Appleduck (Erre/Fabcaro)
qui me fait penser à Jacovitti.



mercredi 13 février 2019

Holden - Pedrolira (2002)

L'art de la chronique, par les techniciens de surface de chez Chronicart

suivi de "remets les photos dans l'ordre !", le grand quizz anti-Alzheimer 





mp3 192


mardi 12 février 2019

Holden - L'Arrière Monde (1998)


"Holden a fait ses débuts sur la scène musicale française avec un premier album assez expérimental : L'arrière-monde. 
Si l'ensemble de l'album est inégal, on remarquait déjà un certain talent pour des paroles à la fois marrantes, cyniques et intelligentes mêlées à des sonorités pop rock très soignées. Au micro, Armelle Pioline, la voix douce et mélancolique. De l'album émerge le single La Machine, chanson drôle et dansante aux paroles plus ou moins engagées contre notre société de consommation et le dur monde du travail. Ca aurait pu être un succès, Holden aurait pu devenir un groupe populaire...mais il faut croire que les radios et le public avaient les oreilles bouchées à ce moment là. Le succès d'estime ne rime pas avec le succès public et L'arrière Monde passe relativement inaperçu. On retiendra des titres comme Une lueur tiède, Neo-Japanese Club ou Troubles, morceaux plus ou moins aériens laissant deviner les orientations des deux albums qui suivront."

Source

mp3 192

La sourate du tôlier :
Il est amusant que cet album ait été publié chez [Lithium Records] bien longtemps avant que je commence à savoir ce que c'était, puis à en absorber régulièrement pour éviter la Rechute Dépressive dont mon cerveau semblait avoir pris le fâcheux pli.
J'aurais peut-être mieux fait d'écouter Holden.
Je les avais vus en 98 en première partie de Morcheeba, mais le duo était un peu fantasque & foutraque, comme ce premier album.
Ca ne m'avait pas frappé.
Maintenant que ce duo pop français trace son sillon imperturbable (un album tous les quatre ou cinq ans) tandis que l’art musical chanté francophone retourne au borborygme, si.



Attention : il a déjà été fait mention de cette chanson sur ce blog.
Et il ne faudrait pas confondre "La colère des imbéciles" par Holden avec "The Idiots are winning" de James Holden.
Et encore moins avec La conjuration des imbéciles, de John Kennedy Toole.

lundi 11 février 2019

Ricet Barrier - La Mythologie (1978)





Voilà, c'est le dernier Ricet Barrier de la collection dénichée récemment sur un tracker francophone référencé dans un des articles précédents.
Renseignements pris, hors compilations, disques d'or, Saturnins et Barbapapas, et mis à part "Le cul de la patronne", album de 1987 inconnu au bataillon, c'était aussi la fin de sa période chanson française.
Allez en paix.
Dispersez-vous.

dimanche 10 février 2019

Ricet Barrier - La manigance (1977)




mp3 320

Le disque par lequel j'ai découvert Ricet Barrier à 16 ans, le disque beaucoup écouté, le disque bêtement revendu chez un soldeur quand je me suis mis à écouter du punk, le disque que j'ai rêvé de retrouver quand j'ai ouvert ce blog il y a 10 ans, le disque qui restera quand je l'aurai fermé.