mercredi 22 novembre 2017

Manna - 5:1 (1998)


"Mr. Echo, go to hell.
This is Manna from heaven."

(in ze wonderfoul mouvie Robinson Crusoe On Mars, que je vous recommande)
Manna
Sérieux ?
comme la Manne Céleste ?
Celle Qui Tombe Quand On Ne l’Attend Plus ?
Sérieux ?
Pas comme dans "Je ne m'attendais à rien et je suis quand même déçu" ?
Sérieux ?

Enfourchons donc notre mobylette quantique pour aller y voir de plus près.

« The Sheffield-based duo Manna consists of Jonathan Quarmby and Kevin Bacon. »


Kevin Bacon ?
LE Kevin Bacon ? 
Sérieux ? 

En tout cas, on trouve très peu de traces d'eux sur Internet.
Et plutôt anciennes. Bientôt fossilisées.
" Coming from diverse musical backgrounds, Jonathan and Kevin have credits as producers, writers and musicians on records released on Elektra, Polydor, Wau! Mr. Modo, BMG and Island, (...) It is when working together on their own music however, that they can indulge their personal idiosyncratic tastes (...) Strange combinations of samples and Oberheim and Prophet 5 sounds are mixed with old noisy boxes such as the Synthi HiFli, routed through forgotten hi-fi processors of the seventies. Recorded totally without multitrack tape, the tracks were mixed as they were being written — no going back.
For live performances Manna are helped out with the addition of E-bow guitar player Clive Dutch, the Synthi HiFli used to the full and a range computer and video graphics. Visitors of the Ambient Weekend in 1995 at De Melkweg in Amsterdam who saw the band's debut live performance, will vouch for their amazing potential." 

Crottalors. 
Ma mobylette quantique n'a pas assez d'essence pour atteindre 1995 et aller voutcher à Amsterdam, mais c'est pas faute d'essayer.

Si je fais traduire le paragraphe par les petits pakistanais sous-nutris que Google a dissimulés dans mon ordi, ça donne à peu près ça :
Frais émoulus de l'école de Leftfield, avec encore leurs petits cartables sur le dos, bourrés à rats morts de breakbits et d’oranges à mère, les jeunes surdoués se lancent dans un downtempo bipolaire, alternant les trucs assez énervés avec les morceaux plus contemplatifs, à base de beurre au sel doux.
Malheureusement, tout le monde ne peut connaitre le succès de Massive Attack, il faut qu'il y ait des vainqueurs et des vaincus, l'Histoire ne repasse pas les plats et la place est déjà prise, laissez un CV, on vous maigrira, je ne vous raccompagne pas, vous connaissez le chemin.

Manna a sorti un album très confidentiel en 1995, trois exemplaires vendus dont un par la mère du batteur, puis celui que vous tenez entre les yeux en ce moment en 1998, et puis bonsoir Clara.
Ils se terrent depuis dans le Réel, sous les pseudonymes soigneusement anonymisés de Kevin Bacon et Jonathan Quarmby (ils ont échangé leurs identités, même si leurs gonzesses ont un peu râlé au début, au bout de 19 ans ça se passe mieux, on fait des compromis pour sauver le couple et ne pas se retrouver dans la galère de la garde alternée)


La seule photo d'eux que j'ai trouvée sur le Net.
Le mec chauve du milieu semble implorer, tourné vers le Ciel :
"Maman, tu veux pas m'en acheter un autre ?" 


Et pourquoi ça n'a pas marché pour Manna ?
Ils avaient tout pour plaire : la noirceur, la profondeur, une certaine suavité, et une chronique dans les Inrocks qui n'était pas signée Phil Manoeuvre, et qui m'a contraint à acquérir le disque.
Pour éclaircir le mystère, nous nous sommes rendus sur Amazon en caméra cachée, où nous avons recueilli ce commentaire lamentable d'un internaute éclairé, mais pas au point de savoir que ça filmait :
"This album surprised me. It's an eclectic mix of Lounge, Rock, and new age."
Un autre nous a déclaré tout aussi benoitement :
« It reminds me of Massive Attack's Protection in some ways, with some Vangelis thrown in here and there ».
et un petit dernier, pour la route : 
"If you're in a mellow mood, I highly recommend this album. Get a glass of wine (or whisky on the rocks) in a darkened room, relax, and enjoy the mix."
Et voilà pourquoi autant d'audiophiles pourtant chevronnés se retrouvent 20 ans plus tard à faire la queue aux Alcooliques Anonymes.
Le pauvre garçon ne fait même pas mention d’un climat changeant tout au long de l'album, tantôt emprunté à Twin Peaks, tantôt à la voisine d'en face, parce qu'elle nous avait emprunté le beurre doux la semaine dernière, on se rend des petits services, on essaye de maintenir un semblant de vie sociale.
Tout cela m'évoque cet ethnomusicologue parti dans des contrées lointaines accomplir une quête mystérieuse de chercheur financée en sous-main par le CNRS sur des comptes rémunérés à 230 % aux Iles Crocodiles, qui avait fait écouter la cinquième de Beethoven à des Papous qui n'avaient jamais vu un magnétophone de leur vie, et qui lui avaient dit après écoute "ben on n'entend que le tambour, et en plus le gars ne joue pas terrible". 
Ce qui prouve combien notre perception est conditionnée par notre culture.


Poursuivons notre exploration des insondables trous noirs du marché du disque, dont certains sont imberbes et pour tout dire flirtent dangereusement avec l'âge légal du harcèlement.
L'insuccès de Manna est très bien disséqué par Dan Merkur (un des 99 noms d'emprunt de Phil Manoeuvre) dans "The Mystery of Manna : The Psychedelic Sacrament of the Bible" :
Pour réussir dans ce métier, il faut coucher. 
Avec Dieu si possible, et sans tripoter ses Saints, ils prennent 10 % de commission, partent en s'essuyant dans les rideaux, et ne font pas du tout avancer votre dossier. 
Mais si la Rencontre a lieu, au-delà de la barrière de l'égo, au-delà de la réification du Tout Autre et en accomplissant sa réintégration intime en tant que Sujet Désirant, on peut décrocher le super-bingo au Top 50.
Je demande à voir, car tant d'hypothèses hasardeuses ont fleuri dans des ouvrages pourtant rédigés par de fins lettrés, qui furent balayés comme foetus de papaye par l'avènement  de Dan Simmons Brown et d'Internet, que je demande à voir.






A moins que nos deux comparses, après avoir légèrement abusé de la Manne Céleste, dont les vertus psychotropes ne sont plus à démontrer, se soient perdus dans le Triangle Des Bermudas chanté par Jules Etienne, dans lequel il ne fait pas bon se promener sans un short de rechange.

« Il vaut mieux que ça sorte par le chakra du haut que par celui du bas, croyez-en ma vieille expérience »

Kevin Spicy dans une saison non diffusable de House of Crades.



Quand à moi, j'ai beau réécouter le 5:1 de Manna, que j'alterne avec le Triangle Des Bermudas à donf' en passant l'aspiro à trois heures du matin, en espérant un signe autre que ce mot d'adieu rageusement griffonné à la bombe fluo sur la commode du salon, rien. 
Le désert.

J'ai plus qu'à attendre la nuit à l'ombre de l'usine, 
en feuilletant ma vie comme un vieux Magazine
comme disait Jean-Patrick.




la pochette du disque
















le disque


https://www.mediafire.com/file/octbidgopbnwhg7/5_1.zip


l'affiche de Robinson Crusoe On Mars, en mieux.



mardi 21 novembre 2017

Magazine - Real Life (1978)

Quand le premier punk s'exclama "No Future", il s'aperçut au bout d'un quart d'heure qu'il venait de se parjurer, parce qu'il avait dit ça il y a un bon quart d'heure sans être instantanément foudroyé par la miséricorde divine, comme si le Verbe n'était pas un Acte, et qu'il avait donc pénétré à l'insu de son plein gré dans son propre avenir depuis 15 minutes alors qu'il avait sentencieusement proféré qu'il n'en avait pas, et il ne put donc pas ne pas s'apercevoir non plus, et il s'aperçut donc pas plus tard que tout de suite maintenant du jour d'aujourd'hui de l'époque, qu'aujourd'hui étant le hier de demain, la date de péremption de son slogan était d'ores et déjà dépassée, et ça n'allait pas aller en s'arrangeant dans les Siècles des Siècles, ce qui ne fit qu'augmenter son désarroi cérébro-Spinal Tap et sa crainte devant des lendemains qui chantent "no future", pour toujours et à jamais, dans une épouvantable spirale de causes et d'effets auto-contradictoires dignes d'une très mauvaise Blague Cosmique.

Il se bourra donc copieusement la gueule à la Valstar, la bière des stars, et résolut de passer à autre chose, pour ne pas vivre dans une absurdité dont il serait l'auteur.
Y'en avait, là-dedans.
Et il s'en alla acheter le premier album de Magazine, d'anciens punks qui eux aussi étaient montés dans le train du changement, tu sais, celui qui passe devant chez toi tous les matins mais qui ne te transporte que si tu montes dedans.




"The music was propulsive and grand, abrasive yet polished, Devoto's lyrics were macabre and preoccupied with death, madness, paranoia and altered states of unease.
(...) The synthesizers and guitars interlock and overlap: Shot By Both Sides was re-recorded and has a more immediate and apocalyptic impact with Devoto sounding aggressive and subversive; Motorcade alludes perhaps to the Kennedy assassination (can anyone hear that word without thinking of it?); The Great Beautician in the Sky opens with a demented fairground sound; and McGeogh's saxophone squirts and irritates in the manner of Andy MacKay in Roxy Music.
In fact Real Life is closer to Roxy Music's early albums than much else in punk and post-punk at the time. But a Roxy Music pumped up on punk energy and fronted by a misanthrope."


Bon, d'accord, mais, heu, et alors ?
Que sont-ils devenus ?

- Après une carrière fulgurante de confidentialité, McGeogh s'en fut rejoindre Siouxsie et les Tampixes.

- Barry Adamson rompit son fémur dans l'escalier de la Cave qui menait chez Nick, que celui-ci avait copieusement enduit de cire dépilatoire, parce que c'était punk. Et puis Barry l'avait pris comme un escalier pour descendre, alors que c'était un escalier pour monter.
Quand même, t'es salaud, Nick.

- Dave Formula loua ses services à un laboratoire cosmétique pour mettre au point de nouvelles lotions anti-acné sans huile de palme et enrichies en Oméga-3. 
Il y végète toujours, il n'a pas sorti une nouvelle molécule depuis trente-cinq ans, mais le week-end, dans son garage, il tente de mettre au point une machine à démonter le temps, afin de rejoindre Robert Fripp en 1973, qui semble y avoir établi un campement désormais stabilisé, malgré les rigueurs du climat et les moeurs controversées des autochtones. 
Dave risque néanmoins de déchanter quand il aura vu la saison 3 de Rick & Morty.

- ExVoto, la groupie du pianiste et demi-soeur d'Howard Devoto, fut inculpée d'outrage aux bonnes moeurs après une interprétation un peu olé-ollé de "Permafrost" sans chemise, sans pantalon, sur le réseau de Ted Turner, et passa 15 ans au pénitencier de Sing Song dans l’Harryzona. Elle se racheta une conduite intérieure noire avec moumoute sur le volant, mais son heure était passée et la messe était dite.

- Trente ans plus tard, Devoto a reformé son groupe, mais Howard ressemble maintenant à Charlélie Couture, pour qui ça le fait très moyen ces temps-ci.
D'ailleurs, on ne les voit plus beaucoup à la radio, et y'en a pas un pour racheter l'autre.
Mais au fond, qu'importe, puisqu'en France tout finit toujours par des chansons, et  qu'ils nous ont laissé "Real Life" et ses mélopées lancinantes en héritage.

Puissions-Nous en être Dignes.


Pour une chronique de l'album un peu moins "Georges et Louis racontent",
voyez avec mes collègues :




En super-bonus, j'ai rippé au péril de mon temps de travail repos une émission de Chorus spécial Rock Anglais, du regretté Antoine de Caunes, dont les droits sont détenus par l'Ina, que j'encule humblement à cette occasion tant qu'ils n'alertent pas le Ministère  du Blasphème et du Download pour faire  retirer la vidéo de mon compte Vimeo, pour  ajouter mon petit gravillon sur le tumulus morbihannais qui abrite désormais, pour toujours et à jamais, les très saintes reliques du punk et de la new wave réunies.

J'ai fait ça avec mon superbe AV-3670CE flambant neuf, commandé il y a 45 ans et reçu ce matin par La Redoute.








lundi 20 novembre 2017

Magazine - Secondhand Daylight (1979)






Quand j’étais petit, Howard Devoto chantait dans un groupe nommé les Couilles Vrombissantes (Buzzcocks). 
Ca me faisait sourire, mais en même temps je voyais très bien ce qu’il voulait dire, à l’âge où les filles sont si belles qu’elles affolent quiconque est doté d’un système nerveux, comme la miséricordieusement voilée Joelle van Dyne dans l’Infinie comédie de David Foster Wallace :


« ceux qui m’ont vue une fois ne peuvent plus penser à autre chose, ne veulent plus regarder autre chose, oublient leurs responsabilités quotidiennes et s’imaginent que, s’ils peuvent m’avoir à leurs côtés éternellement, tout ira bien. Tout. Comme si j’étais la solution à leur profond désir aliénant d’être joue contre joue avec la perfection. »

La méditation attentive et sincère de ce paragraphe aux implications nettement dévrombissantes m'aurait peut-être évité bien des tourments futurs, mais nous sommes alors en 1976, et Wallace étant né la même année que moi, il n'est guère en état de la rédiger, peut-être occupé à la vivre d'une façon moins misérable que la mienne.

Il était malaisé pour moi d’écouter la musique des Couilles Vrombissantes, qui ne passaient pas à la télé, ni à la radio, et encore moins chez le disquaire de Lannion. Avec un nom pareil, ça devait être assez hargneux, mais à l'époque la hargne était la figure obligée du punk dans la catégorie politesse du désespoir.

Plus tard, dès que le punk a été « post », Howard Devoto a fondé Magazine*. Rock & Folk disait grand bien de leur premier album, et à l'époque Rock & Folk c'était parole d'évangile, comme Télérama maintenant, sauf quand Philippe Manoeuvre y disait du mal de King Crimson.(plus tard, Philou se couvrira de ridicule en passant à la télé en présentant les Enfants du Rock, avant de devenir scénariste de bandes dessinées aussi outrancières que ses chroniques rock de jadis sous le malicieux pseudonyme de Warren Ellis)

Et donc, Devoto, avec son nom de manga japonais à deux balles, Devoto avec sa tête de veau mi-Brian Eno de dos par temps de brouillard, mi-Adrian Belew qui aurait pris feu quand il était petit et qu'on aurait sans précautions éteint à coups de pelle, Devoto et sa voix de Johnny Rotten scorbuté. 
Devoto et son étrange orchestre à la Bertold Brecht, qui annonce sans le savoir les juifs ashkénazes de Minimal Compact et leur cold wave existentialiste, Devoto comme un étrange écho perçu avant le son d'origine de Tuxedomoon, autres grands expérimentateurs San Franciscains, Devoto dont le premier album "Real Life" me transporte alors dans un au-delà chatoyant, lyrique et acidulé par rapport à toutes les merdes hargneuses des sous-doués du punk que je me tapais surtout pour faire chier mes parents, dans la nuit j'écris ton nom Devoto.

En 1979, comme Rock & Folk massacre le deuxième album de Magazine en disant que c'est une resucée du premier en moins bien, je passe mon chemin, mon pouvoir d'achat est moins grand que ma curiosité mais mon désir de consommer et d'investir sur des valeurs sûres se recentre sur d'autres galettes, à l'époque c'est pas les nouvelles vagues musicales qui manquent, c'est marée haute tous les jours dans la baie de Perros-Guirec. 
Et j'attends une bonne trentaine d'années pour braver l'anathème jeté sur Devoto et les siens. Quel dommage : sans atteindre les cimes du premier ralboum, elle est très audible, cette "Lumière du jour D'occasion". Y'a quelques morceaux vraiment spectaculaires. Les claviers rutilants de Dave Formula, la basse fretless de Barry Adamson et les guitares frippiennes de John McGeoch assurent une belle tenue aux compositions du groupe.
Je ne capte pas tout aux paroles, mais tiens, "Permafrost" par exemple :
"As the day stops dead
At the place where we're lost
I will drug you and fuck you
On the permafrost"
Aujourd'hui on ne pourrait plus écrire de chansons comme ça, la brigade anti-Weinstein nous sauterait dessus comme la vérole sur le bas-clergé breton, et Philippe Sollers aurait beau s'indigner sur France-Inter en bon crypto-gauchiste libidineux, on l'aurait dans le baba pour passer dans la Nouvelle Star, même présentée par Philippe "orchestral" Manœuvre in ze dark.



Hymne hargneux et distordu à la désorientation post-pubertaire et à la violence auto-sacrificielle qui en est l'insatisfaisante issue, Permafrost laisse un goût métallique dans la bouche, et sonne tel le mélodieux glas la fin d'un astre agonisant qui nous éclaire encore faiblement de sa lumière d'occasion pour me rappeler insidieusement que je viens d'oublier que c'était hier l'anniversaire de la mort de ma mère.
Reviens, maman, je ne te violerai pas sous le permafrost, c'était pour rire.

Bon, je voulais parler de mes couilles dans l'article, mais y'a plus la place.
Peut-être plus tard, sur mon blog secret, j'irai voir si elles sont vrombissantes, à moins que ce soit mes acouphènes qui récidivent, mais pas ici, pas à l'heure où les enfants regardent, Dieu me tripote.



"Effectively straddling the line between post-punk and new wave, Secondhand Daylight's synth-saturated, downcast but upbeat sound is, at times, reminiscent of a punk-er take on Low-era Bowie. And that should be all you need to know."

http://opiumhum.blogspot.fr/2014/05/magazine-secondhand-daylight-1979.html

* Devoto quit the Buzzcocks before their Spiral Scratch EP came out but was still writing with Shelley and "managing" the band. The split had been amicable and basically "Howard was at college," Shelley said later, "and he'd been told that if he didn't complete the work he'd be throwing the last three years away".

samedi 11 novembre 2017

King Crimsomne, Soldes d'automne (1969 - 2017)

Bonjour à touffes et à troutes.
Mon nom ne vous dirait rien, et pourtant je m’appelle Robert Fripp.
Je suis le seul membre permanent de King Crimson depuis 1969.
C'est comme ça et pas autrement.
Je suis le seul vrai binoclard à lunettes de l’histoire du rock. Elvis Costello n’est qu’un fake.
Mes collaborateurs me décrivent comme un mélange de Gandhi, de Staline et du Marquis* de Sade.
J'ai toujours eu cet air coincé, constipé, limite sadique-anal, mais mon jeu de guitare décalé, dissonant, distordu, m’a rendu célèbre parmi les pénibles.
Tous les 5 ou 6 ans, je fais comme Warsen avec son blog : je dissous King Crimson, puis je le refonde avec de nouveaux membres.
Et puis Warsen, il n'a qu'un membre, alors c'est vite fait de se reformer, alors que les contrats aidés se bousculent devant ma porte, faut les trier, et pis après faut les former,  à chaque fois ça prend des lustres.
La dernière fois, ma femme m’a dit « tu as l’air heureux pour la première fois de ta vie, ça cache quelque chose, fous-moi le camp faut que je fasse la poussière » et je suis reparti en tournée avec une bande de zicosses qui avaient rêvé de jouer dans mon groupe quand ils étaient petits.
Cette fois-ci, j'ai réussi mon coup : j'ai enfin réuni la formation idéale pour ré-interpréter les grands succès disco de King Crimson (1973/77). De vous à moi, mon projet est sans ambiguïté : retourner en 1973, y établir un campement provisoire, puis une colonie pénitentiaire de peuplement.
Mais qui ça intéresse d'écouter une 315ème version live de Lark's Tongues in Aspic ?
Qui ça intéresse d'être de retour en 1973, pour toujours et à jamais, à part Warsen ?
Même lui commence à se lasser, et pourtant c'est un inconditionnel de mes revirements les plus incongrus et de mes arpèges les moins mélodieux.

Est-ce que j'incarne vraiment l'esprit de Crimson ?
Et pourquoi John Wetton, bassiste et chanteur incandescent du groupe entre 1973 et 1975, ne l'incarnerait pas plus que moi ?
3 réponses possibles :
1) Parce qu'il est mort
2) Parce qu'il n'a jamais retrouvé une puissance de feu et une ardeur créative aussi telluriques après son départ du groupe
3) Parce qu'il est mort
Et pourquoi pas Jamie Muir, percussionniste de génie qui quitte KC en 74 pour se faire moine ?
Et est-ce que Andy Summers, qui a enregistré deux disques remarquables avec moi au début des années 80, éprouve le besoin compulsif de rejouer à l'infini les morceaux de cette période ?
Pas du tout, il sucre les fraises dans un au-delà musical aussi peu mélodieux que besogneux.
Je suis un gros bosseur. Toute ma vie, j'ai enfilé des gammes improbables (j'ai été contraint de les créer moi-même) sur mon manche jusqu'à' ce qu'il fume.
Et alors ?
C'est quand même pas Adrian Belew, que j'ai viré du groupe comme un malpropre, qui va incarner l'esprit de Crimson. Et pourtant il est encore plus laid que moi et Bill Bruford réunis.

Allez, ferme ta gueule, papy, c'est bon, on a compris, passe les disques.



Frippounet : "je n'ai jamais fait ma risette, 
c'est pas aujourd'hui que je vais m'y mettre."


King Crimson – The Elements: 2017 Tour Box (2017)

notre avis : 
bien joué : impossible de reconnaitre spontanément à l'oreille nue si tel morceau est enregistré en 74 ou en 2015. Réservé aux aficionados accompagnés de leurs grands-parents.


King Crimson - Heroes (Live in Europe 2016) - EP (2017) http://www92.zippyshare.com/v/lYGwCP9e/file.html 

notre avis : 
bien joué : une reprise de Bowie qui sonne comme une reprise de Bowie.

John Wetton : Raised in Captivity (2011)

notre avis : 
bien joué : en 2011, John Wetton s'égare dans du rock FM gras et lourd, prouvant qu'il n'était pas très doué pour incarner l'esprit de KC, malgré son extraordinaire contribution aux grands succès disco de King Crimson (1973/77)


Adrian Belew : Flux (2015)

notre avis : 
bien joué : putain, il est où, le lien pour télécharger l'album ?

David Cross and Robert Fripp : Starless Starlight (2015)
https://davidcross.bandcamp.com/track/starless-starlight-loops-radio-edit

notre avis :
bien joué : le mythique violoniste de KC canal historique croise l'archet avec l'indéboulonnable Obersturmführer du 7ème Reich pour une passe d'armes au cours de laquelle 8 versions de Starless sont froidement exécutées d'un comprimé de Xanax dans la nuxque.
Idéal pour signaler l'heure du coucher en maison de retraite.

King Crimson – Rehearsals & Blows : May-November 1983 (2016)
http://exystence.net/blog/2016/04/16/king-crimson-rehearsals-blows-may-november-1983-2016/

notre avis : 
bien joué : des brouillons instrumentaux inédits du troisième album de la 8ème période (Three of a perfect pair), qui auraient gagné à le rester. 
Sources :




*Bicarbonoute

vendredi 10 novembre 2017

Kronos Quartet - Folk Songs (2016)

Quand j'étais petit, on n'avait que les livres pour geeker.
C'était avant l'invention du VHS.
Et d'Internet.
Alors, je lisais.
Comme une brute.
Plus tard, ça m'a passé.
Avec l'invention du VHS.
Et d'Internet.
Suite à mon arrêt brutal d’internénette, ça m’a libéré du temps de cerveau disponible, et je me suis rué avec enthousiasme vers une overdose raisonnée de séries, à raison d'un ou deux épisodes par soir.
J’en télécharge toujours plus que je n’en regarde, je pourrais sans doute écrire un petit précis de psychopathologie du téléchargement illégal, mais ça ressemble à pas mal d'autres addictions, et puis j’ai tout aussi brutalement arrêté d’écrire.
Et pourquoi je me fais suer le burnous à engranger et mater des films et des séries en bravant la loi, au  mépris du droit du travail et des cotisations retraite des artistes, au lieu de me payer un abonnement Netflix à 9,99 € ?
Ben déjà je suis à la campagne, j'ai pas assez de mégas pour recevoir la télé par la box.
Et je crois que si l'abondance rassasie, la surabondance de Netflix m'écoeurerait.
En plus j'aurais l'impression de regarder la télé.
Et puis, ce qui me scotche c'est que tout ça soit passé par mon fil de téléphone, au nez et à la barbe des douaniers Rousseau. Sans que les postières me regardent par le trou de l'écouteur, comme dans cette vieille rengaine de Thiéfaine.
Après les trois saisons de Fargo, après la saison 3 de Twin Peaks (assez inconfortable, il faut bien le dire), je viens de regarder à nouveau la saison 1 de Légion.
6 mois après ma première vision, je n'avais conservé aucun souvenir du fond de l'affaire, tellement j'avais été subjugué par l'esthétique.
C'est vrai que depuis ma lobotomie préfrontale, ma mémoire n'est plus ce qu'elle était, mais le récit de Noah Hawley est aussi expressément confus.
C'est pour mieux nous embobiner, et puis nous rembobiner après.
En tout cas, c'est vrai que Légion, je ne m'en lasse pas.
Je me demande si après la saison 1 de Légion, je ne vais pas regarder la saison 1 de Légion.
Regarder Légion, c’est comme tirer le Yi King.
Tout y reste ouvert à toutes les interprétations.
Après ça, je reverrai avec plaisir la saison 1 de Légion American Gods, tout aussi pyrotechnique mais un peu plus légère dans ses implications, plus fictionnelles que métaphoriques.
Mais ça se bouscule un peu au portillon.
J'ai regardé la saison 1 de Handmaid's Tale (je me rends compte que je regarderais n'importe quoi avec Elisabeth Moss) puis, mal conseillé par le Monde des Séries, la saison 1 de Tin Star (Tim Roth est bien, les paysages de l'Alberta sont très beaux, mais le scénario est un peu débile), j'ai attaqué la saison 3 de Rick et Morty, mais la dérision me fatigue. Bien qu'à partir de l'épisode 6, ça redevient drôle.
J'ai fait une pause en regardant quelques films classiques non vus, Les enfants du paradis, Les chiens de paille, des films qui manquaient à ma culture, des fois ça fait du bien de ne pas s'embarquer dans 10 fois 52 minutes avant de savoir si c'est bien.
Est-ce que ça m'a rendu moins con ? oui et non.
J'ai eu de bonnes expansions de conscience en regardant Black Mirror, Deadwood, Shameless, Bron, The Killing, The State, The Booth At The End, Name Dropping (cette série n'existe pas, c'est juste un commentaire).
Piquerai-je du nez devant The Deuce, Le bureau des légendes, Real Humans, Philip K Dick’s Electric Dreams ?
455 séries ont été diffusées aux Etats-Unis en 2016.
Si c'est un pic de production, il est impossible à éponger de mon côté du pipeline.
C'est moins intense que la méditation, lire des livres, ou une bonne conversation entre amis qui tourne à la rixe à fleurets plus ou moins mouchetés, mais on passe parfois de bons moments. 
Comme j'en avais marre de mater tout seul, j'ai récemment réussi à embarquer ma femme dans la S01 de Top of the Lake, mais je sens que je vais le regretter tellement elle va trouver ça grave (en fait je voulais voir la saison 2, et la 1 date de 5 ans, donc fallait rafraichir cette foutue mémoire) et j'attaquerais bien Electric Dreams, si entretemps je ne me lance pas dans Mindhunter, la série produite par David Fincher sur les serial killers des années 60, qui ne vont sans doute pas changer grand chose à ma vie.
Surtout que y a la saison 3 de Mr Robot qui vient de démarrer. La 1 était insoumise et la 2 hallucinatoire.
Et on trouve déjà les volumes 3 et 4 de sa musique profondément névrotique au bas de cet article.
C'est à peine croyable.
Du coup, y'a des soirs où je fais relâche, et où je reprends Jérusalem, le roman d'Alan Moore.
C’est vraiment du costaud.
A partir de la page 400, les chapitres décrivent les actions d’un seul personnage en continu, c’est déstabilisant, on n’était pas habitué. On recule pour vérifier que c’est bien la suite du chapitre précédent, mais oui. Et ça devient assez jubilatoire, alors qu’avant c’était un peu compliqué de jubiler.
Le problème c’est que pour atteindre la page 400, c’est comme pour obtenir des résultats de la méditation de pleine concierge, faut mouliner.
Et pendant que je me détoxais d'Internet, j'apprends que 80% des insectes ont disparu et que Macron a supprimé l'ISF.
Ah ben bravo les mecs.

American Gods Original Soundtrack (2017)
http://download-soundtracks.com/television-soundtracks/american-gods-soundtrack-by-brian-reitzell/

Mr Robot Original Soundtrack (2017)
volumes 3 et 4
https://www.mediafire.com/file/8ah2noc0bl7xt67/Mr.%20R.OST%20Vol.%203%20MQ.zip

https://www.extreme-down.pro/musique/soundtrack/47929-mac-quayle-mr-robot-vol-4-original-television-series-soundtrack.html

Après ça, je peux bien me couvrir la tête d'un seau de cendres en écoutant le Kronos Quartet quand ils font un album à moitié folk et à moitié musique médiévale, c'est bien tard. 
Le mal est fait.



Allez, cyber-kenavo. 
Bon, au départ je voulais dire du mal de Robert Fripp.
Ca sera pour la prochaine fois.
A moins que d'ici là, je reprenne internénette.

jeudi 9 novembre 2017

Alan Moore et l'éternalisme

A part ça, je suis en train de lire le Jérusalem d’Alan Moore.
J'en vois pas le bout, mais j’ai trouvé un extrait sympa :
c’est un démon qui explique la vie à un jeune bambin récemment décédé, vers la page 450.
« Seule la vie existe, en fait. La mort est une illusion de perspective qui afflige la troisième dimension. Ce n’est que dans le monde mortel à trois côtés qu’on considère le temps comme quelque chose qui passe et disparaît derrière toi dans le néant. Tu penses au temps comme à quelque chose qui sera un jour dépassé, fini. Mais vu depuis un plan supérieur, le temps n’est rien de plus qu’une autre distance, de même que la hauteur, la largeur ou la profondeur. Tout dans l’univers de l’espace et du temps se produit en même temps, tout arrive en un glorieux super-instant avec l’aube des temps d’un côté et la fin des temps de l’autre. Toutes les minutes dans l’intervalle, y compris celles qui marquent les décennies de ta durée de vie, sont suspendues dans la grande bulle immuable de l’existence pour l’éternité.
«  Imagine ta vie comme un livre, une chose solide dont la dernière ligne est déjà écrite depuis que tu l’as ouvert à la première page. Ta conscience progresse tout au long du récit depuis le début jusqu’à la fin, et tu es de plus en plus absorbé dans l’illusion des événements qui se déroulent et du temps qui passe à mesure que ces choses sont vécues par les personnages du drame. En réalité, toutefois, tous les mots qui composent le texte sont fixés sur la page, et les pages reliées dans leur ordre immuable. Rien dans le livre ne change ni ne se développe. Rien dans le livre ne bouge à part l’esprit du lecteur qui se déplace de chapitre en chapitre. Quand l’histoire est finie et que le livre est refermé, il ne prend pas feu aussitôt. Les personnages de l’histoire et leurs revers de fortune ne disparaissent pas sans laisser de trace comme s’ils n’avaient pas été écrits. Toutes les phrases qui les décrivent sont encore là dans le volume solide et inchangé, et tu as tout loisir de relire l’ouvrage aussi souvent que ça te plaît.
« Il en va de même pour la vie. Ma foi, chaque seconde de vie est un paragraphe que tu reliras un nombre incalculable de fois et dans lequel tu trouveras de nouvelles significations, même si la formulation reste la même. Chaque épisode demeure inchangé à sa place fixe dans le texte, et chaque moment dure donc éternellement. Des moments de béatitude extrême et des moments de profond désarroi, suspendus dans l’ambre infini du temps, tout le paradis ou l’enfer dont le premier prédicateur venu peut rêver. Chaque jour et chaque acte est éternel, petit. Vis-les de façon à pouvoir vivre avec eux éternellement. »

Moore, on s'en doute, est adepte de l’éternalisme.
" Depuis que j’ai eu 50 ans, je me suis beaucoup questionné sur ce que pourrait être la vie après la mort. Évidemment, s’il y a juste la mort, c’est la même chose pour tout le monde, et il n’y a pas grand-chose à en dire. Mais s’il y a une possibilité d’une vie après la mort… quel genre de vie cela pourrait-il être ? Comme tout ce qui ressemble à du marbre ou à de l’or me fait penser à une salle de bains des années 1980, j’ai d’emblée exclu toutes les notions traditionnelles de paradis. Quant à la possibilité de réincarnation avec un autre moi-même qui renaîtrait de l’autre côté du monde, sans avoir gardé mes souvenirs, qui ne me ressemblerait ni physiquement, ni intellectuellement, ni même émotionnellement… cela ne m’intéresse pas davantage.
J’ai donc commencé à imaginer une solution qui pourrait me satisfaire. J’ai décidé que ce que j’aimerais vraiment serait tout simplement de retrouver ma belle petite maison, ma femme, mes amis, mes enfants, mes petits-enfants… fondamentalement, ma vie, avec tous mes livres, toutes les expériences, bonnes et mauvaises, que j’ai traversées. J’ai ensuite étudié la nature du temps telle que la définissent Einstein ou Stephen Hawking. Ils l’envisagent tous les deux comme une sorte de solide, ce que l’on appelle un univers-bloc. Or, si nous vivons dans un bloc solide, éternel, inamovible, au moment de notre disparition physique, notre conscience ne peut sans doute aller nulle part ailleurs, sauf à retourner à son commencement pour tout recommencer.
- Vous voulez dire que tout ce qui existe, existera toujours ?
- Exactement. Et je ne suis même pas sûr que les notions du passé et du futur aient le moindre sens. Nous sommes dans un continuum où tout est simultané, et chaque fois que l’expérience de nos vies se répétera, il se produira exactement la même chose. Pourtant, nous avons toujours la sensation que c’est la première fois.
Cette théorie n’est-elle pas une manière de vous réconforter, de ménager votre pression artérielle ou quelque chose de ce genre ?
- Peut-être. Mais je voulais surtout proposer un autre choix que le néant, un autre scénario que ceux proposés par les courants religieux. L’éternalisme me semble être un très bon système de croyance parce qu’il ne se concentre pas sur un au-delà probablement imaginaire, mais sur la vie que l’on mène, le « ici et maintenant ». Penser que la vie que tu vas mener sera la même pour toujours t’oblige à la rendre la plus heureuse et la plus accomplie possible. Cela évite les pièges dans lesquels sont tombées les générations précédentes. Je pense à ma grand-mère qui a toléré une pauvreté insupportable toute sa vie parce qu’elle croyait qu’après sa mort, elle irait au paradis. Je comprends que ça ait pu la réconforter, et je crois que c’est pour cela que beaucoup de pauvres ont cru en la pensée chrétienne. C’était une sorte de palliatif qui rendait leur existence plus supportable. Mais cela les a aussi empêchés de faire quoi que ce soit pour changer leur situation.
Si ces religions ont des aspects libérateurs, elles sont aussi « des menottes forgées par l’esprit », comme le disait William Blake. Je voulais créer une autre alternative, plus rationnelle. Cette théorie est effectivement assez proche de ce qu’Einstein a fini par croire, et qui résultait de ses recherches. Le Troisième Livre de Jérusalem s’ouvre sur une citation de lui qui dit que la mort n’est qu’une « illusion persistante de l’éphémère ». Trois mots qui résument parfaitement ce que j’essaie de dire. Si l’on n’a qu’une seule vie, la passer à avoir peur de la fin serait juste un énorme gâchis. Alors que la version que je propose, qui n’exige pas un Dieu, mais n’empêche pas un Dieu non plus, me semble être l’idée la plus saine que j’ai entendue. Nietzsche avait d’ailleurs proposé une idée tout à fait similaire…
Est-ce vrai ou non ? Cela n’a aucune importance. Mais si vous vivez en croyant que c’est vrai, vous aurez sans doute une vie meilleure."

http://www.ladn.eu/tech-a-suivre/homme-augmente/alan-moore-publie-son-roman-jerusalem-interview/

Sur le plan psychologique, c’est une bonne affaire.
Sur le plan financier, son Jérusalem est à 28,80 €.
Un million de mots (j’ai compté).
C’est donné.

mercredi 8 novembre 2017

Godspeed You! Black Emperor - Asunder, Sweet and Other Distress (2015)

L'autre jour à la station de télévision régionale où je refais des vacations dans l'espoir toujours déçu de finir ma carrière dans le service public, tel un Pessoa du XXIème siècle, y'avait une scripte gentille comme tout qui se dépêchait de partir à Rennes pour aller voir un concert.
- Et tu vas voir qui, de ce pas si pressé ?m'enquis-je d'un air ingénu.
- Godspeed You! Black Emperor
- !!!
J'aurais pas cru ça d'elle. Qu'une musique aussi sombre et chargée ait l'heur de lui plaire. C'est important, de créer du lien social au sein de l'entreprise : c'est comme ça que j'ai appris qu'ils avaient déjà sortis deux albums depuis la dernière fois que je les avais vus.
J'en ai encore la chair de poule.

https://godspeedyoublackemperor.bandcamp.com/album/asunder-sweet-and-other-distress

mardi 7 novembre 2017

Phantom Of The Paradise Soundtrack (1974)

J'avais oublié à quel point ce film et sa B.O. hantaient ma non-oeuvre.
En plus mon CD mp3 était rayé, il a fallu que je repasse au Shopi.

" Roll on thunder shine on lightnin' 
the days are long and the nights are frightnin'
Nothing matters anyway and that's the hell of it
Winter comes and the winds blow colder 
well some grew wiser you just grew older
And you never listened anyway and that's the hell of it
Love yourself as you love no other 
be no man's fool be no man's brother
We're all born to die alone 
y'know that's the hell of it"

Rhâââ lovely !

http://download-soundtracks.com/movie_soundtracks/phantom-of-the-paradise-soundtrack-by-paul-williams-va/





 The Hell Of it - Paul Williams -

Roll on thunder, shine on lightning
The days are long and the nights are frightenin'
Nothing matters anyway,
And that's the hell of it
Winter comes and the winds blew colder
While some grew wiser, you just grew older
And you never listened anyway,
And that's the hell of it
Good for nothing, bad in bed
Nobody likes you and you're better off dead
Goodbye, we've all come to say goodbye (goodbye)
Goodbye (goodbye)
Born defeated, died in vain
Super-destructive, you were hooked on pain
Though your music lingers on
All of us are glad you're gone
If I could live my life half as worthlessly as you
I'm convinced that I'd wind up burning too
Love yourself as you loved no other
Be no man's fool and be no man's brother
We're all born to die alone, you know, that's the hell of it
Life's a game where they're bound to beat you
And time's a trick it can turn to cheat you
And we only waste it anyway,
And that's the hell of it
Good for nothing, bad in bed
Nobody liked you and you're better off dead
Goodbye, we've all come to say goodbye (goodbye)
Goodbye (goodbye)
Born defeated, died in vain
Super-destructive, you were hooked on pain
And though your music lingers on
All of us are glad you're gone

Fansub :

Roule le tonnerre, éclate la foudre
Les jours sont longs et les nuits sont flippantes
Plus rien ne compte désormais,
Et c'est le pied 
L'hiver arrive et les vents sont plus froids
Si certains ont gagné en sagesse en grandissant, toi t’es juste devenu vieux 
Et de toute façon, tu n'as jamais écouté 
Et c'est le pied 
Bon à rien, mauvais au lit
Personne ne t’apprécie et tu ferais mieux de mourir
Au revoir, nous sommes tous venus te dire au revoir (au revoir)
(Au revoir au revoir)
Né vaincu, mort en vain
Super-destroy, tu étais accro à la douleur
Bien que ta petite musique persiste en écho
Nous sommes tous heureux que tu sois parti
Si je pouvais vivre ma vie rien qu’à moitié aussi absurdement que toi
Je suis convaincu que moi aussi je finirais aussi par brûler
(sous-entendu « en enfer », NdT)
Tu t’aimais comme tu n'as aimé aucun autre
Tu n’as été dupe de personne ni le frêre de quiconque
Nous sommes tous nés pour mourir seuls, tu sais, c'est le pied 
La vie est un jeu où ils sont programmés pour te battre
Et le temps est un sale tour qui peut tourner pour te baiser
Et nous le gâchons de toute façon,
Et c'est le pied 

Bon à rien, mauvais au lit
Personne ne t’apprécie et tu ferais mieux de mourir
Au revoir, nous sommes tous venus te dire au revoir (au revoir)
(Au revoir au revoir)
Né vaincu, mort en vain
Super-destroy, tu étais accro à la douleur
Bien que ta petite musique persiste en écho
Nous sommes tous heureux que tu sois parti


en résumé :
"dans ton Q la balayette, 
avec le manche et l'étiquette"


lundi 6 novembre 2017

Valérian et la Cité des mille planètes (2017)


Ca ne me dit trop rien de regarder le dernier Besson.
Le télécharger avant tout le monde, c'était fun, mais les quelques images que j'en ai vues semblent une triste caricature de la saison 3 de Rick et Morty (qui n'a commencé à m'amuser qu'à l'épisode 6, mais c'est une autre histoire).


Ceci dit, pour ceux qui sont arrivés ici pour ça,
le film est là :
https://rarbgmirror.xyz/torrent/29vksn4

et les sous-titres en français ici :
https://www.opensubtitles.org/fr/subtitles/7148750/valerian-and-the-city-of-a-thousand-planets-fr

dimanche 5 novembre 2017

Spiritualized - Fucked Up Inside (1993)


Fucked Up Inside is a 1993 live album by the British space rock band Spiritualized. It was originally available only via mail order, and the name comes from the song "Medication".
Recorded on the first Spiritualized US tour at the Crest Theatre in San Diego and the Hollywood Palladium, Los Angeles, CA 21 November 1992.

https://www.mediafire.com/file/581rvibn1p21afx/SD_FUI.zip