dimanche 14 janvier 2018

Hans Zimmer & Benjamin Wallfisch - Blade Runner 2049 Soundtrack (2017)

Il n' y avait que Hans Zimmer, ce gros bourrin teuton de la bande originale de blockbuster hollywoodien, pour pouvoir commettre une telle épopée sonore, propre à faire mouiller leur culotte à tous les vendeurs de home cinema du rayon électro-manager et armes de destruction massive de chez Darty.
Il revendique clairement le lourd héritage de Vangelis "Pépètes en Acier", tout en poussant l'histoire un cran plus loin, à condition que votre ampli soit gradué jusqu'à 11, comme dans Spinal Tap.
Et le film, me direz-vous ?
Il réconcilie les dickiens avec le cinéma.
Et avec Harrison Ford.
Ni moins, ni moins.


https://soundcloud.com/ahmad_mohammad/blade-runner-2049-soundtrack-hans-zimmer-benjamin-wallfisch

[Edit] 
Journal de visionnage visionnaire du capitaine Warsen, à bord de l’Enterprise, on the Road to Nowhere.

Il parait que le Director’s Cut de BR 2049 est en préparation, et qu’il dure 8 heures.
Villeneuve a réintroduit dans la continuité narrative toutes les chutes des plans dans lesquels Ryan Gosling attend, près de la photocopieuse à clones (une sorte d’imprimante 3D du futur) que sorte sa nouvelle bien-aimée, flambant neuve et prête à satisfaire tous ses désirs les plus secrets sans aucun court-circuit au moment crucial.
J’aime bien Ryan Gosling, parce que dans tous les flims que je regarde dans lesquels il officie, il joue un personnage en déréliction, dans un monde en déréliction. 
Du coup, dès que je le vois j’ai une déréliction aussi, ce qui n'est pas pour me déplaire.
Hier soir, j’étais fin prêt, j’avais réussi à en regarder un bon quart d’heure dans la journée sans m’endormir, au prix d’une petite sieste préventive, et puis les filles ont soudain pris possession de la télé pour regarder Michael Douglas dans Liberace et être subjuguées par ce vieux pédé, et j’ai été obligé de me rabattre sur mon ordi et d’écrire un nouvel article hypertélique.

——————
A y est.
K. a vu le film (tout le monde sait que dans l'intimité, on m'appelle K. Enfin, moi je m'appelle K. Quand je m'appelle. Mais ça sonne souvent oKupé).
Une fois l’exaltation du visionnaire visionnage en 1080p HD retombée, ce film est quand même à mon sens bourré de défauts raidibitoires :
- les filles virtuelles ou réelles y sont super-jolies, donc déjà il me réconcilie avec les filles, ce qui n'était pas une mince affaire. 
- ensuite, il me réconcilie avec Ridley Scott, qui a produit le film sans éprouver le besoin de le saloper de ses immondices habituels, qu'on ne peut tous mettre sur le dos des maladies du 4ème âge.
- de plus, il me réconcilie avec Denis Villeneuve, avec lequel je n'étais pas fâché, mais quand même.
Ca aurait pu être l'occasion.
- ce film prouve enfin, 36 ans après sa mort, qu'on peut quand même faire du bon cinéma avec Dick et sa soeur morte en bas âge, ce dont K. se réjouit, et c'est pas trop tôt, ça fait quand même 36 ans que j'attendais de jouir, le doigt sur la télécommande avec mon pantalon baissé, au risque de m'enrhumer dans les courants d'air.
- et ultimement, ce film me réconcilie avec Harrison Ford, et ça, ça me débecte profondément.
Allez, je vous laisse, je vais aller fêter ça aux cyberputes.
Joie et bonheur pour 2018 !
—————
Pendant ce temps, dans le virtuel, un ami me fait une boutade à propos du terme de déréliction, employé un peu a l’aveugle quelques posts plus haut et quelques jours plus tôt à propos de Ryan Gosling, parce que finalement, je dois te l’avouer, j’ai une approche très tactile du langage quand je suis dans l'élation.
Donc mon ami, que certains d’entre vous ne méconnaissent pas comme Louis-Julien Poignard, président du Groupe de Réalité Réelle Ratée, me maudit d’avoir dû compulser Petit Robert pour y confirmer le sens du mot déréliction : “joie profonde provoquée par un sentiment de solidarité avec une communauté soudée et résolument engagée dans une démarche optimiste de construction de l’avenir”.
Il se moque : chez moi la déréliction c’est plutôt un Sentiment d'abandon et de solitude morale, voire au plan théologique une épreuve de la vie mystique dans laquelle le fidèle a le sentiment d'avoir perdu la grâce, d'être dédaigné pour l'éternité.
Mais alors c’est pas mon Poignard pour rien, cet ami, parce que finalement je réalise que ce diable d’homme-en-quête-de-son-humanité de Ryan Gosling, soit dit sans spoiler divulgâchage, dans Blade Runner 2049 € TTC, il joue sur les deux tableaux, car il parvient à incarner les deux significations un peu hasardeuses que nous attribuons à cette foutue déréliction de mes deux, enfin trois avec mon kyste, mais j'irai me le faire enlever quand j'aurai rencontré la bouddhiste noire à gros seins de mes rêves sur Adultfriend finder, tous les deux donc, mais à nous deux on en a cinq, avec nos efforts réunis de disapointed mélenchonists qui la ramènent pas trop avec la réalité ratée, ahanant de concert autour du treuil d’ancre pour remonter 25 kgs de fonte sémantique coincés sous un rocher d'inconscient qui nous vaudra sans doute un bon lumbago dans les rues de Ciutadella, significations que nous empruntons à différentes marques de poudre à laver le cerveau d’internet, parce que s’il fallait chercher le sens des mots par nous mêmes, ça serait aussi hasardeux que d’enfermer des singes avec des machines à écrire en faisant confiance aux statisticiens qui ont prédit qu’en 500 000 ans ils avaient une chance non négligeable de réécrire tout Shakespeare, mais quand même, Ryan Gosling il est trop fort, parce qu’en plus on ne peut aimer Blade Runner 2049 € TTC que si on avait conchié le Blade Runner 1, ce qui était mon cas, et le regarder comme un préquel un peu foireux et chichiteux.
Et franchement mon ami je pense que sa définition il l’a piquée à un Macron pré-électoral, ce qui veut dire que il se moque encore de mon peu d’instruction et j’ai bien de la peine à ne pas en prendre ombrage, ou alors plus logiquement c’est parce que il abhorre me voir laisser trainer ma ligne à l’arrière du bateau dans l'espoir d'attraper des maquereaux car il les préfère vivants dans l'océan, mais il serait bien content peut-être maintenant si je remontais un Macron des grands fonds et que je le laisse l’étriper et le finir à coups de marteau et de faucille, mais c’est un peu tard, c’est devant l’urne qu’il faillait la jouer Marine, si le voilà comme je le suspecte tout pénétré du désagréable sentiment d’être gros-jean comme devant par derrière, il ne peut que s’en prendre à Poignard, y’a déjà assez d’embrouilles comme ça en loucedé au sein du GRRR, mais c’est vrai qu’en ce moment la réalité elle est moins ratée que d’habitude, c’est un peu déstabilisant mais c’est quand on va s’habituer qu’il faudra redescendre, je vois bien le coup venir, et j’attends son tapuscrit pour en faire un résumé succinct, mais c’est pas gagné, en attendant ça me reposera les yeux des poudres à laver d’Internet.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire