jeudi 18 janvier 2018

Compilation - Avis de grand frère (2018)

J'voudrais pas la ramener avec ça, mais je pense qu'au niveau météo, on a mangé notre pain blanc. On n'en est pas encore au niveau de la Californie, noyée sous des coulées de boues après des incendies dévastateurs, mais on sait que les Californiens sont des fornicateurs gauchistes qui méritent bien le châtiment qui leur tombe sur la figure en direct des Cieux Courroucés, et pourtant Trump les avait bien prévenus, les télévangélistes aussi, mais que voulez-vous, ces gens-là n'ont d'oreilles que pour le Grateful Dead et autres hippies complètement ringardisés par l'effet de serre.
Donc c'est un avis de grand frais en cours pour toutes les zones, de Gladden à Hudshire en passant par Fisher Bank et Dogger Bank, l'étrange mélopée de tous les machins au Nord de l'Irlande qu'on entendait sur la météo marine grandes ondes quand on était en mer petits, et qu'on naviguait en Manche, courte ou longue, mais ça nous a pas rendu plus humbles. Quand on entendait ça, avis de grand frais en cours, on n'en menait pas large, car ce n'était pas annonciateur de beau temps, et nous avions appris par coeur l'échelle Beaufort, sur laquelle le grand frais se situait entre force 6 et 8, promesse de secouage pouvant aller jusqu’au raoul.
Notre Père, qui n'est pas aux Cieux puisqu'il vient encore de me pourrir le dernier réveillon, nous faisait la Sainte Lecture de l'échelle Beaufort du marin approximatif, qui était parue dans la revue Bateaux, et nous trouvions cela fort drôle.


Heureusement voici l'avis de grand frère, qui va tout résoudre.









http://www.mediafire.com/file/o3rxt6aedp8626o/avis%20de%20grand%20fre%u0300re.zip


[Edit] 
Et voilà, j’ai encore oublié l’essentiel. 
Je trouve une astuce vaseuse pour titrer ma compile, je la poste, et sans plus attendre, je prends deux ris sous cape dans la grand-voile, et je tente de regagner la côte avant la tempêteau mépris des sémaphores, je rigole dans ma barbe imberbe, et j’oublie d’aborder la vraie question.
« L’avis de grand-frère » ne se justifie que si j’évoque La tempête Eleanor qui a balayé la France les 2 et 3 janvier, dont le bilan a été porté à 7 morts. 
Bienvenue sur ma tombe, les gars.
J'espère qu'à votre enterrement, quelqu'un va avoir la bonne idée de réciter ce petit texte :

« La mort n'est rien : je suis seulement passé, dans la pièce à côté.
Je suis moi. Vous êtes vous.
Ce que j'étais pour vous, je le suis toujours.
Donnez-moi le nom que vous m'avez toujours donné.
Parlez-moi comme vous l'avez toujours fait, n'employez pas un ton différent.
Ne prenez pas un air solennel ou triste.
Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.
Que mon nom soit prononcé à la maison comme il l'a toujours été, sans emphase d'aucune sorte, sans une trace d'ombre.
La vie signifie tout ce qu'elle a toujours été. Le fil n'est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de vos pensées, simplement parce que je suis hors de votre vue ?
Je ne suis pas loin, juste de l'autre côté du chemin. » 

un Warsenien Anonyme démonte ici l’imposture qui consiste à l’attribuer à Péguy.
On s’en branle, comme il est dit quelque part dans la compile.
Enfin, une source fiable nous dit que c’est de Canon Henry Scott-Holland (1847-1918), traduction d'un extrait de "The King of Terrors", sermon sur la mort (1910).
Quelquefois attribué à Charles Péguy, d'après un texte de Saint Augustin.
On s’en branle une seconde fois, avec un début de lassitude.
Mais le texte est pas mal, dans de telles circonstances, 
Je te le dis en tant qu’utilisateur occasionnel
(le moins souvent possible, quand même)
Revenons à nos tempêtes.

Le grand-frère présumé, à mon avis de grand frêre de ma soeur, c’est la tempête David qui balaie actuellement le nord de l’Europe.
Alors pourquoi j'ai pas baptisé ma compile "Avis de David", tout simplement ? Hé bien parce que nous pourrions dire que c'eut été débile et abscons. 
Pas de ça chez moi.
Et nous voici donc une fois de plus face à nos responsabilités éditoriales : 


les ouragans et les tempêtes portent tous des prénoms, d’homme ou de femme. 
Et pourquoi donc les ouragans et les cyclones ont-ils des noms féminins ? 
est-ce que ça serait pas un peu sexiste, et weinsteinien ?
Et la bonne question ne serait-elle pas “pourquoi les femmes ont-elles des noms de cyclone ” ?
Voici comment les deux principaux organismes qui baptisent les ouragans au niveau mondial les choisissent.

http://abonnes.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/09/07/irma-harvey-jose-comment-sont-nommes-les-ouragans_5182473_4355770.html?

Et pourquoi les cyclones du genre féminin sont les plus meurtriers ?

http://abonnes.lemonde.fr/planete/article/2014/06/02/pourquoi-les-cyclones-du-genre-feminin-sont-les-plus-meurtriers_4430561_3244.html

Comme ça, on ne pourra plus jamais prétendre que je raconte n’importe quoi.
Non mais sans blague.


10 commentaires:

  1. Purée, j’ai Forest for the Trees dans la CDthèque.

    RépondreSupprimer
  2. C'est très bien. Je t'en félicite. Mais l'as-tu écouté ?

    RépondreSupprimer
  3. En fait non, j’achète des CD pour mettre dans le cerisier.

    RépondreSupprimer
  4. Celui-ci n'effraiera pas que les merles. J'ai lu dans les Inrocks à l'époque de sa sortie que de santé fragile, le leader du groupe était rentré à l'HP peu après l'enregistrement. Ou peu avant, ça commence à remonter. Mais ça s'entend bien dans le disque.

    RépondreSupprimer
  5. Alors il faudra que je le décroche de l’arbre pour vérifier.

    RépondreSupprimer
  6. Réponses
    1. J'ai encore quelques compils des Inrocks mais je trouvais ce mag trop... Bobo. (J'préfère Telerama vois-tu)

      Supprimer
    2. Les Inrocks se veulent une version branchouille et d'jeun'z de Télérama. Mais à une époque pas si lointaine, quand sortit l'album de Forest for the Trees, en 1995 je crois, c'était une très chouette revue.
      http://jesuisunetombe.blogspot.fr/2015/12/rencontres-transs-muzikales-de-rennes.html

      Supprimer
  7. Evidemment, si à l'époque tu n'étais encore qu'une crypto-lueur dans l'oeil de ton père, ça ne doit pas t'évoquer grand chose.

    RépondreSupprimer