Eric Stephenson, Simon Gane - They're not like us (2016)


C’est décidé, c’est aujourd’hui que « Syd » mettra fin à ses jours. Elle n’en peut plus d’entendre toutes ces voix dans sa tête, de ressentir toutes les émotions de la foule… 
Elle recherche le silence, la paix, et l’unique moyen de l’obtenir est de sauter du haut de cet immeuble. 
Mais Syd n’est pas folle, elle est juste télépathe. 
Et comme d’autres, elle doit apprendre à contrôler ses pouvoirs. C’est pour cette raison que le mystérieux The Voice apparaît devant elle et lui propose de rejoindre sa communauté secrète. 
Alors qu’elle s’imaginait utiliser ses dons pour faire le bien, Syd réalisera vite que ses camarades ont une tout autre manière de vivre : mensonges, agressions, vols et meurtres. Si elle veut rester parmi eux, Syd devra faire un choix décisif et irréversible. 
Mais pourquoi vivre dans l’excès et la violence ? 
Parce qu’ils le peuvent !

Une BD avec des adolescents dysfonctionnels, meurtris, marginaux, et affligé de super-pouvoirs qui les handicapent plus qu'autre chose.
Le premier tome de "They're Not Like Us" s'intitule en v.o. "Black Holes for the Young".
Il vient de paraitre en français sous le titre "No Future".
Voilà pourquoi je préfère lire les comics en v.o.
C'est marrant, le champ lexical de la série est beaucoup plus réduit que sur Nowhere Men, du même Eric Stephenson.
D'habitude les auteurs sont raccords d'une oeuvre sur l'autre.
Alan Moore, par exemple, c'est trop costaud pour moi en v.o.
Là, ça va.
Faut dire que les "djeun'z" du San Francisco de They're Not like Us sont moins instruits que les scientifiques de Nowhere Men.
"L'avantage d'être intelligent, c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile alors que l'inverse est totalement impossible", me répond Woody Allen.
Pour les gens intelligents (dont je ne suis pas, je tiens à le préciser et j’en apporterai la preuve plus bas) c’est sans doute une volupté de faire l’imbécile.
Alors que pour les imbéciles, c’est un effort soutenu, potentiellement générateur de souffrance, que de réfléchir.
Mais personne n’est tout blanc, personne n’est complètement noir. 
Sauf Trump quand il signe ses décrets.
Il faudrait commencer par définir l’intelligence.
Vivre c'est choisir, et l'intelligence est une aptitude aux choix justes. Il va de soi qu'aucun organisme vivant ne saurait être dépourvu d'intelligence : L'amibe sait choisir ses aliments, l'oiseau sait choisir les matériaux de son nid, la chienne sait choisir les comportements de ses tâches maternelles, le junkie du téléchargement illégal sait choisir les films qu’il veut télécharger sans mettre à mal son ratio. Sans aptitudes à des choix justes, aucun de ces organismes ne survivrait une heure. Ces animaux ont manifestement été dotés d'une intelligence. Or, en dehors de l'information héréditaire transmise par leurs géniteurs, leur intelligence est faite tout entière de leur sensibilité aux signaux qu'ils reçoivent de leur environnement. 

Chez les humains, la sensibilité est le facteur presque unique de l'intelligence, car notre espèce est pauvre en instincts, mais un deuxième facteur entre en jeu : l'intellect, dont les pouvoirs sont à la fois énormes, étroitement limités et immensément dangereux.
Les choses se sont bougrement compliquées avec l'émergence de la conscience : devenue autonome, l'intelligence consciente allait nous engendrer des aptitudes aux choix faux !
Et nous allions jouir de la liberté de devenir stupides. 
Je dois reconnaitre que je ne m’en suis pas privé.
Les infortunés héros de They're Not Like Us ne sont pas spécialement intelligents non plus, ni bien intentionnés, et leurs passés respectifs transpirent les traumatismes.
Un peu comme les membres des forums de téléchargement illégal, quoi.
Le scénariste dévoile progressivement ses cartes, rendant addictive la lecture et même attachants certains personnages, bien qu’ils soient flippés, arrogants et stupides.
Le fait que la plupart des personnages féminins soient des bimbos anorexiques dessinées avec beaucoup de charme joue sans doute dans la sympathie que je leur porte.

On en veut aux z’imbéciles parce qu’on les soupçonne de pouvoir faire mieux mais de préférer se vautrer dans la bauge de leur ignorance.
On en veut aux z’intelligents de ne pas nous transmettre leurs secrets de beauté intérieure et de nous enfumer la tronche, ces batards.
C’est une socialité de mépris mutuel.


Et voilà, c'est comme ça / Oh bien sûr y a pas d'quoi / En signe de joie / Se passer les paupières / à la crème de chester / avec une tringle à rideau d'fer 
(Pierre Dac, «La tyrolienne haineuse»)

Il faudrait pouvoir raisonner comme dans le bouddhisme kadampa : 
« Bénis soient les imbéciles, car ils nous enseignent la compassion ».
Alors que, il faut bien l’avouer, ce qui nous rend le bouddhisme sympathique, c’est ce moine birman qui s’est fait choper avec 4,6 millions de comprimés de méthamphétamine.
Heureusement que les disciples indélicats ne jettent pas l'opprobre sur la doctrine.

Pour en revenir à They're Not Like Us, vous pouvez acheter le tome 1 en français à pas cher, je crois qu'il y a une promo à 10 € en ce moment chez les libraires.
Vous pouvez aussi voler les tomes 1 et 2 en v.o. ici, et ensuite, bourrelé de remords, les acheter en dur chez ces enfoirés d'amazon.

Generation after generation, it's the same old S.O.S.: There's no hope for the future, because young people think only of themselves. They have no respect for authority. They think they know everything. They are arrogant. They are reckless. They want to tear the world apart. In a time full of possibilities, yet rife with disappointment, the youth are changing. They look the same, but they act different, think different, and have abilities we can only dream of. They're not like us.


Commentaires