Un parcours chaotique et partial à travers le rock français (volume 2)

La gloire !
Je m'en méfie tellement, de cette trainée suceuse de tout-à-l'égo, que j'ai occulté la récente publication de ma contribution à une anthologie de rock d'ici.
Là :
http://les-bruits-magiques.blogspot.fr/2015/03/artistes-divers-le-rock-dici-volume-5.html

et je voudrais maintenant me vanter de l'avoir tue ?
Quelle honte.
J'aggrave mon cas :
j'avais encore assez de cartouches pour nourrir un second opus.
Dont acte.
Moins indispensable, même vu de ma fenêtre, quelques pépites quand même, bien que ça tire sur la variété et le n'importe naouak.
Henri Salvador, par exemple, n'a jamais été très rock (sinon dans les années 60) mais sa chanson sur "les voisins",  appartenant à sa période disco-infamante, c'est carrément punk, dans l'esprit en tout cas.
De la même façon, Jacques Brel ou Ray Ventura n'ont jamais été classés de leur vivant au rayon "rock" dans les bacs des disquaires, me diront les puristes.
Le rock, c'est une question d'Esprit, leur répondrai-je malicieusement, et que Ma Volonté soit Fête, si elle sait garder des dimensions modestes au sein de ces colonnes trop souvent endeuillées.
Et tout dans cette sélection est ainsi Allah venant.
Voilà voilà.
En bon chercheur d'or, je vais pas cracher dans la soupe, vu que je la rebois après.
C'est du propre.











Commentaires

  1. Ah, si tout le monde pouvait avoir ta conscience professionnelle!

    RépondreSupprimer
  2. Je ne peux pas changer les autres.
    Déjà me changer moi, c'est les travaux d'Hercule.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire