Amon Tobin : Dark Jovian (2015)

Amon Tobin fut un génie de l'électro drum'n'bass quand je n'y connaissais rien.
Dans ses albums des années 90 (Bricolage, Permutation, Supermodified) je comprenais qu'il avait emprunté des parties de batterie jazz, de basse ralentie, qu'il avait samplé des tas d'instruments et qu'il triturait tout cela pour en faire quelque chose de radicalement nouveau.
Il a ensuite obliqué vers la recherche sonore fondamentale, j'étais moins preneur.
Là il est allé très loin.
Dans l'espace.
Près de Jupiter.
Comme Dave Bowman dans 2001, l'Odyssée de mes spasmes, je ne pense pas qu'il revienne.
Ca frise le dark ambient.


Amon Tobin - Dark Jovian from Misha Shyukin on Vimeo.

C'est étonnant.
Ce gars qui a jadis bâti sa réputation sur la fractalisation du tempo et la nucléarisation du beat percussif, qui se ballade maintenant dans les espaces infinis, dont la musique évoque irrésistiblement des images spatiales (2001, Solaris)...
Qu'est-ce qu'on va s'autoriser à être en écoutant une telle musique, si on prend le temps de l'écouter ?

https://amontobinmusic.bandcamp.com/album/dark-jovian

Commentaires

Articles les plus consultés