lundi 18 novembre 2013

These New Puritans - Field of Reeds (2013)


Après la débauche d'hier, un rappel à l'ordre et à la musique des sphères.
Paradoxalement, ces nouveaux puritains ont la citrouille assez félée pour laisser entrer la lumière.
Lu dans les Inrocks :
A l’époque de Beat Pyramid (2008), ils n’avaient que 18 ans et certains leurs collèrent une étiquette post-punk (synonyme : fourre-tout) en raison d’une lointaine filiation avec d’anciens maîtres en convulsions comme The Pop Group ou The Fall. Le virage amorcé avec le prodigieux Hidden(2010) les a entraînés vers des horizons moins encombrés de références, même si à l’occasion de Field of Reeds les noms de Talk Talk ou de Robert Wyatt, voire des Nits de la période Ting, auront servi de repères à l’intérieur de ce qui s’impose d’évidence comme un chef-d’oeuvre déboussolé et grandiose. Jack Barnett se refuse toutefois à parler de “mutation”, préférant le terme plus doux d’“évolution”. “Le vrai changement, c’est qu’auparavant je me sentais à distance de ma musique, il y avait comme un mur entre elle et moi. J’ai l’impression que ce mur a volé en éclats et que je vis en permanence à l’intérieur de ces chansons, qu’elles m’habitent en retour totalement, parfois jusqu’à la déraison.”

Du Wyatt, oui, du Talk Talk période Spirit of Eden, oui, et puis ce sont des jeunes, aussi, ça fait du bien.

3 commentaires:

  1. Le premier ne m'avait pas laissé un souvenir impérissable, je vais tout de même remettre le couvert, même si je me méfie des Inrocks; j'ignore quelles drogues ils s'envoient mais, à les lire, il y a trois chefs-d'oeuvre qui sortent chaque semaine!

    RépondreSupprimer
  2. Heu.... parce que tu sors pas trois chefs d'oeuvre par semaine, toi, p'têtre ?

    RépondreSupprimer
  3. Il y en a bien plus que trois par semaine... Les inrocks sont bien en dessous de la réalité.

    RépondreSupprimer