dimanche 11 novembre 2018

Le groupe Odeurs sur la scène du Théâtre de l'Empire à Paris (1979)

Suite à l'écoute du podcast de l'émission d'Antoine de Caunes consacrée à Ramon Pipin, je me suis rappelé cette nuit que j'avais dû voir son groupe Odeurs passer à l'émission Chorus (je vous parle d'un temps que les moins de 50 ans ne peuvent connaitre que par oui-dire)
et donc en trois clics crac crac ça m'a couté 1,99 € sur le site de l'INA, et à mon avis ça va pas rester en ligne longtemps, après on peut faire des variantes, flouter le logo, tronquer les tags, mais bon j'ai plus quatre ans et demi quand même...
Cet extrait du concert fut diffusé le 01 avril 1979, peut servir d'intermède le 11 Novembre, car comme vient de me l'écrire un ami épargné par la pluie c'est la r'mise triste mais y a l'sun et malgré la brièveté et la relative raideur de la prestation scénique, je me rappelle avec émotion le concert de l'Elysée-Montmartre 1980 et ses inconcevables mises en scène felliniennes des chansons des deux premiers albums du groupe.

vendredi 9 novembre 2018

Ramon Pipin - Nous sommes tous frères (2016)

Je ne suis pas très fan de l'album de Ramon Pipin " Nous sommes tous frères " de 1985, mais disons que lui ne serait certainement pas très fan de cette période-là de ma vie, alors faut pas trop la ramener non plus. La mise à jour qu'il a faite de la chanson éponyme en clip en 2016, avec le mauvais goût revendiqué qui le caractérise depuis ses débuts, est assez croquignolette, en particulier le quizz en cheap morphing sur les vilains du siècle, vers la fin du morceau. On y croise du beau immonde. J'ai fait des trucs dans le même style, et franchement, là, j'aurais pas fait pire.



Il a sorti un disque en 2016, on peut en écouter des extraits ici.
Que dire d'autre ?
S'il n'avait pas été lui, je n'aurais pas été moi.
J'ignore si c'est énorme, mais c'est comme ça.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ramon_Pipin



mercredi 7 novembre 2018

The Acid – Liminal (2014)

Au panthéon des tafioles anglaises qui laissent suinter leur mal-être sur des nappes de synthés dépressives avant de les graver sur des galettes de vynile mou et odorant, j'accueille aujourd'hui The Acid, repérés sur les 4h30 de la massive bande-son de Sharp Objects, et justement je sens une filiation avec Massive Attack même si c'est dans une version ramollo qui évoque peut-être plus James Blake, je ne sais pas, je ne suis pas un professionnel.
"Desolate post-dubstep, post-punk, post-just-about-everything, Liminal is a pallid, vaporous shape-shifter, phasing through genres with phantasmic disregard."
Je n'invente rien, je l'ai lu sur un blog.

Au firmament des lâches et des cyber_veules qui mettent leur musique à disposition du vulgum pecus sans comprendre la notion de dette karmique, nous retrouvons dans le peloton de tête les aimables bâtards de exystence.net mais les fichiers ne sont plus dispos, flûtalors.
les Youpins de chez Israbox, qui doivent être aussi youpins que moi
https://www.isrbx.com/3136510702-the-acid-liminal-2014.html
mais les liens sont pétés aussi
il faudra donc se résoudre à chercher ailleurs que chez ce pauvre Warsen dont l'échoppe est vide mais les mains pleines, de quoi on se le demande bien.
Sans doute sur Spotify.



https://en.wikipedia.org/wiki/The_Acid

samedi 20 octobre 2018

Odezenne - Au Baccara (2018)

Avoir acheté les précédents albums d'Odezenne me donne-t-il le droit de mettre en partage ce "Au baccara" qui vient de sortir ? Non. Et pourtant, en download pur on ne trouve que des faux fichiers avec des codes d'accès qui vous incitent à souscrire à une offre mobile juste avant de féconder votre bécane avec leurs virus, c'est scandaleux tellement c'est moral.
J'ai été alerté de sa sortie par Télérama, et je ne l'ai trouvé en écoute que sur les Inrocks. C'est la totale. Mêmes réticences que pour les précédents, il y a une poésie très originale, mais la musique est un peu frugale, et il me semble y avoir une certaine complaisance envers les expériences karmiquement néfastes.
lien vers la boutique

EDIT : finalement, même chez les inrocks on ne peut pas écouter l'album, il n'y a que chez spotify.


mercredi 10 octobre 2018

Frank Zappa - Suicide Chump (1978)

Je n'aime pas trop ce slogan, qui m'évoque le pire de Rémi Gaillard :
"c'est en faisant n'importe quoi qu'on devient n'importe qui"
Il ne faut pas opposer artificiellement comme je le faisais jadis dans l’article précédent d'avant-hier les Anciens et les Modernes, monter le bourrichon des pochettes de disques sur lesquelles on déchiffrait les paroles des chansons et descendre en flammes les clips youtube farcis de commentaires où le bon goût le dispute à l’érudition. 
Il y a aussi plein de disques sur lesquels on n’a jamais pu lire les paroles des chansons parce qu’ils ne les avaient pas mises, et grâce à internet, outil de la connaissance relativement absolue on peut aujourd’hui les trouver et commencer à les traduire pour augmenter la plasticité de son cerveau et retarder le déclin cognitif, ce qui est une façon polie d’évoquer un sujet délicat à aborder en ma présence puisqu’il s’agit de faire reculer l’âge auquel on radotera tout seul sur son blog, et que j’ai commencé il y a une bonne dizaine d’années sur celui-ci, sans parler des autres pour lesquels il y a prescription. 
Hier par hasard j’ai découvert une chanson de Frank Zappa parlant à mots couverts d’un sujet délicat à aborder en ma présence puisqu’il s’agit des gens qui ratent leur suicide, sujet traité sur le mode de la franche rigolade, quelque part entre Gotlib et Hara-Kiri (le journal). 

« Trouve-toi un pont et fais le grand saut 
Arrange-toi juste pour réussir du premier coup 
Car il n'y a rien de pire qu'un suicide raté » 
Frank Zappa, « Suicide Chump »

Un truc qu’on ne pourrait sans doute plus faire aujourd’hui, et que même avant-hier c’était franchement osé.


Grâce à internet, j’ai alors assez rapidement :

- découvert les 4 albums officiels sur lesquels la chanson apparait dans des formats variés
ainsi qu’un certain nombre d’albums pirates présentant des versions mutagènes qui dès lors commencèrent à exciter ma convoitise.

- compris que pour les paroles de pochette c’était sans doute cuit, ancien Zappatique Anonyme aujourd'hui rétabli je suis bien placé pour savoir que jamais Zappa n’inscrivait les paroles sur les pochettes de ses albums live.

- envisagé une autre approche plus transdisciplinaire (j’ai tapé « Suicide Chump lyrics » dans google) et du coup j'ai eu la traduction de la chanson en prime, ce que je n'aurais jamais eu sur la pochette du disque

- pris conscience avec effarement qu’il existait des Gardiens du Temple Zappaien qui disposaient de téraoctets de concerts pirates restaurés et mis à la disposition du public assez fouineur pour y accéder (je n’ai pris que le strict nécessaire, à savoir 27 Gigas)

- Eu la révélation tardive (il était déjà 23h40 avec ces conneries) d’une version live alternative et absolument géniale de la chanson mais dont les paroles semblaient diverger radicalement de la version officielle, bien que la frontière ait toujours été floue chez Zappa, en particulier il était question de sentir les chaussures d’un nain (I think I'll even smell Midget's shoes)



- Poursuivi comme un forcené mes investigations chez les Zappatiques pour dégoter une version intégrale de ces paroles alternatives jusqu'à ce que je les trouve



Promptement déniché chez les obsédés du signifiant l'explication sur l'odeur de chaussures du nain, puisqu'il s'agissait en fait d'Arthur "Midget" Sloatman (one of Gail's brothers) et que Adrian Belew l'a mentioned in his blog entry about joining Zappa's band. 

- Comparé l'approche classique de Zappa et l'approche moderne de Thiéfaine du suicide :  
[Erratum Corrigare] chez Zappa, il ne s’agit pas de brocarder l’aspirant à l’Annihilation, dans l'intro parlée de la version de Suicide Chump interprétée au Palladium de NYC le 1978 10 31 téléchargée sur le site des Zappatiques et consommée sur place tellement j’avais acquis ce soir-là de plasticité cérébrale, il ne parle que des gens qui prétendent vouloir commettre un suicide, et qui n’arrivent à rien faire correctement, et pourquoi est-ce que toujours ils fuckent it up, pourquoi ne peuvent-ils get it over with, et why vous appellent-ils à 4 in the morning pour vous dire combien ils ont tout raté… il se rit de l’égo pleurnichard qui proclame vouloir en finir, mais se soucie de ne pas abîmer son visage pour qu’on puisse l’identifier, et lui prodigue ce simple conseil : si c’est ça que tu veux, vas-y, fais-le.
C’est le conseil qu’on m’a donné un jour où j’en avais besoin, et ça m’a bien calmé.
L’attitude de Thiéfaine est plus ambiguë : l’Univers est ontologiquement défectueux (le monde est à l’agonie et mon pétard est enrayé) mes désirs sont condamnés à rester insatisfaits, c’est donc l’impasse existentielle totale. "Je n'ai plus rien à perdre, mais j'en veux pour ma fin".
Raison de plus pour ne pas aller le voir à son "Préretraite Tour 2018" malgré les bons moments que j'ai pu passer avec lui dans ma jeunesse.
Aah, Hubert-Félix, que n'es-tu resté poète surréaliste, et que ne me suis-je méfié des ordinateurs en renonçant à la boisson.

[Edit] 
j'ai collecté les 4 versions de la chanson dans un fichier zip :
https://www.mediafire.com/file/1773m877dnuckfo/Suicide_Chump_.zip/file
largement de quoi être dégoûté à vie.

lundi 8 octobre 2018

Spiritualized‎ - I Think I'm In Love (1997)

Ce soir j'ai cassé des huitres sur le rebord du trottoir, pas avec un démonte-pneu comme Thiéfaine mais avec une masse, c'est plus pratique, et c'était pour que mes poules fassent des oeufs plus fermes et plus beaux, elles arpentent le terrain d'un pas satisfait mais compassé, contentes que la pelouse repousse avec la joie imbécile du paysan devant l'ondée récente mais cachant leur joie pour ne pas se faire engueuler parce qu'elles y creusent des trous d'obus dignes de Verdun en 1916.
Et aujourd'hui je n'ai pas regardé les postières par le trou de l'écouteur, j'étais content de moi. Allez, encore un peu de psychédélisme, puisqu'après tout, si j'avais le choix, moi aussi j'irais bien établir un campement en 1967 et réchauffer des marshmallows dans ma cuiller en écoutant le Jefferson Airplane.
Heureusement que choisir, c'est renoncer.
Des fois c'est même renoncer à choisir, mais souvent c'est parce qu'on a mis trop de marshmallows dans sa cuiller.
Jadis, je ne comprenais pas comment on pouvait prétendre apprécier tel ou tel artiste qui chante en étranger sans comprendre les paroles. C'est pourquoi mon niveau d'anglais a longtemps eu du mal à s'élever au-delà du vocabulaire des Sex Pistols puis du Pink Floyd, dont les explicites lyricques étaient miséricordieusement gravées sur les pochettes des vinyles, en cette époque bénie des pionniers de la culture de masse. Aujourd'hui je connais encore quelques jeunes qui lisent Youtube couramment et qui me disent qu'ils font pareil, mais je ne les crois qu'à moitié.
Ils disent ça pour me faire plaisir.
C'est pourquoi quand je réalise un clip de Dédé et Mireille je fais bien attention à mettre les paroles dessous, pour que les jeunes n'aient pas envie de prendre de la drogue en l'écoutant.
Je sens bien qu'avec Spiritualized‎, il faudrait faire le même travail. Même si Jason Pierce prétendait à une époque "prendre de la drogue pour faire de la musique à écouter en prenant de la drogue", je crois qu'il faut réévaluer cet auteur à l'aune du fait que que même france inter me bassine avec son dernier album, ce qui signifie soit qu'il va mourir soit que son dernier disque est affreusement mainstream.
Et s'il se met à faire des chansons populaires, les affreux jojos de la Lésion étrangère s'acharneront à en faire quelque chose de crypté et d'élitiste.
Le seul disque de Spiritualized que j'aie écouté avec acharnement et une furieuse envie de prendre de la drogue, c'est "Ladies and Gentlemen We Are Floating in Space" qui m'a l'air aussi fondamental dans son genre et aussi révélateur de son époque que le Infected de The The 10 ans plus tôt.
Oooh punaise, toutes les drogues de sainte aise qu'on prenait en 1997, le MDR, le PCPP, le PMU, la poussière d'angle, les endives breizhées, y'en a qui sont jamais redescendus, pires que Vaughn Bodé.

I Think I'm In Love est extrait de l'album précité.
C'est tout à fait la version CD single remixée par les Chemical Brothers, qui étaient à la pharmacopée ce que les frères Sisters sont au western. En 97 je venais de quitter Paris et me retrouvais au fin fond de la cambrousse, j'étais aussi rave qu'un céleri, et si les outrances du breakbite ne m'étaient pas familières je savais encore reconnaitre un bon disque quand j'en croisais un (le "Dig your own hole" des Chemical) même si j'y voyais un lointaine filiation d'avec les hallucinés d'antan.
Musicalement, nous sommes proches du pandémonium multiorgasmique, et à d'autre moments on flotte simplement dans l'espace comme c'était prévu dans le programme.



http://www.mediafire.com/file/5gmcc14nqjl01wi/I_Think_I%27m_in_Love.zip/file


et comme promis, les paroles, qui parlent de drogue, de complaisance et de lucidité.

I Think I'm in Love
Spiritualized

Sun so bright that I'm nearly blind
Cool cause I'm wired and I'm out of my mind
Warms the dope running down my spine
But I don't care about you and I've got nothing to do
Free as the warmth in the air that I breathe
Even freer than DMT
Feel the warmth of the sun in me
But I don't care about you and I've got nothing to do
Love in the middle of the afternoon
Just me, my spike in my arm and my spoon
Feel the warmth of the sun in the room
But I don't care about you
And I've got nothing
I think I'm in love
Probably just hungry
I think I'm your friend
Probably just lonely
I think you got me in a spin now
Probably just turning
I think I'm a fool for you babe
Probably just learning
I think I can rock and roll
Probably just twisting
I think I wanna tell the world
Probably ain't listening
Come on
I think I can fly
Probably just falling
I think I'm the life and soul
Probably just snorting
I think I can hit the mark
Probably just aiming
I think my name is on your lips
Probably complaining
I think I have caught it bad
Probably contagious
I think I'm a winner baby
Probably Las Vegas
Come on
I think I'm alive
Probably just breathing
I think you stole my heart now baby
Probably just thieving
I think I'm on fire
Probably just smoking
I think that you're my dream girl
Probably just dreaming
I think I'm the best babe
Probably like all the rest
I think that I could be your man
Probably just think you can
Come on
I think I'm in love



des trucs qu'il faudra que je lise plus tard sur l'artiste quand j'aurai le temps de réévaluer son oeuvre au lieu de lutter contre le réchauffement climatique :
https://pitchfork.com/reviews/albums/spiritualized-and-nothing-hurt/
https://kexp.org/read/2018/8/23/kind-madness-jason-pierce-spiritualized-new-album-and-nothing-hurt/



dimanche 7 octobre 2018

100 albums de Thiéfaine

J'ai décliné l'offre impromptue qui m'a été faire d'aller voir Thiéfaine fêter ses 40 ans de carrière la semaine prochaine. Assister à la ola de hordes de sexagénaires en furie reprenant "Vive la mort" à la coda d'Alligators 427, c'est au-dessus de mes forces. Par contre, j'ai découvert un réservoir conséquent de pirateries dont il aurait été victime au cours des ans.  C'est pas infondé, comme rumeur. Ce qui est le plus rigolo, c'est les maquettes et les live du tout début, quand ni la voix ni les textes, et encore moins la musique, ne laissaient augurer d'un quelconque succès. Quand Thiéfaine était un Aznavour débutant du French No Future. Et puis hier, en réécoutant les versions originales des chansons psychédéliques travesties en complaintes molles dans la bande-son de Légion, je me suis dit qu'Hubert-Félix avait été un digne rejeton de ce psychédélisme sixties, en tout cas au début, avant que le Lautréamont sous acide se transforme en  Hubert Selby de la débine.

Sans compter la dette karmique accumulée en incitant les jeunes à boire du Pschiiitt orange et à fumer des cigarettes mal roulées.

samedi 6 octobre 2018

Noah Hawley & Jeff Russo - It’s Always Blue : Songs from Legion (2018)


Après avoir survécu à la saison 2 de Légion, encore plus cryptée que la 1, à tel point que je me demande si ce n'est pas plutôt elle qui m'a regardé en se demandant pourquoi je faisais si grise mine, comme dans la blague sur l'abîme que Nietzsche avait piquée à Lovecraft, j'ai trouvé du combustible pour raviver ma légionnellose hors-saison : une collection de chansons psychédéliques (Jefferson Airplane, Cream, Talking Heads, The Dead Aznavours on Acid) orchestrées de façon déprimante, tiédasse et généralement ramollie par le créateur et le musicien attitrés de la série.

- le preview de l'album
https://jeffrusso.bandcamp.com
où on peut aussi l'acheter avec des bitecognes si on en a acheté avant avec du vrai argent.

- les endroits plus discrets où on peut se le procurer discrètement sous pli discret :
https://www.musikfestival.info/download/noah-hawley-jeff-russo-its-always-blue-songs-from-legion-2018/
ou
https://newalbumreleases.xyz/noah-hawley-its-always-blue-songs-from-legion-2018-download/
ou
https://musicriders.blogspot.com/2018/08/noah-hawley-jeff-russo-its-always-blue.html

Je pense que je vais finir par prendre un abonnement qobuz : l'offre illégale est bien trop importante (quoi qu'assez confuse depuis la disparition de WhatCD) pour parvenir à faire quelque chose d'intelligent chez soi le soir après le turbin (quand y'en a) à part downloader comme un âne en croyant défier Babylone.
Un autre problème se pose : quand les illustrateurs sonores des séries télévisées contemporaines auront recyclé l'intégralité de la production discographique des années 50 à 70, il faudra que l'équivalent américain du CNRS envoie dans le passé des groupes de maintenant pour y forger de nouveaux tubes afin que les illustrateurs sonores des séries télévisées y trouvent du nouveau grain à moudre. Avec Trump qui sabre tous les budgets scientifiques, c'est pas gagné.

vendredi 5 octobre 2018

Pétillon, tant que nous pouvons

René Pétillon pétillait tellement qu'il n'est jamais resté figé dans une forme ou un esprit particuliers, ce qui avait parfois tendance à déstabiliser sa femme, à la douleur de laquelle nous nous associons.
Son graphisme et son humour ont constamment évolué, tout au long de sa carrière.
Voici une histoire courte parue dans Métal Hurlant n°45 en Octobre 1979.
Si vous cliquez sur les vignettes, à mon avis ça sortira mieux, surtout si comme moi, vous avez égaré vos lunettes, cle quyi mee cvonhtrainnt à unb rédacgtionnell succinctg.










jeudi 4 octobre 2018

Sharp Objects Unofficial Soundtrack (2018)

"Sharp Objects", la mini-série de HBO dont tout comme vous j'ignorais l'existence avant de la connaitre grâce à Télérama, est inspirée d'un roman écrit par l'auteur de Gone Girl, qui fut récemment adapté au cinéma par David Fincher dans son style habituel, fluide et glacial. Je ne sais pas si vous suivez, mais c'était alléchant, d'autant plus que le monsieur patate du Monde des Séries était très content.
Le roman, que je n'ai pas lu, est sans doute inhumainement étiré, au mépris des lois de l'élasticité, tout au long des huit heures que dure la série soi-disant mini, plongeant le spectateur de bonne volonté le plus averti dans un coma nauséeux, et pourtant tout à l'heure quand il a téléchargé la série il était réveillé, lucide et conscient, mais il a maintenant l'impression que quelqu'un lui a appliqué un chiffon imbibé de trichloréthylène et d'éther sur l'endroit de son organisme où les voies respiratoires viennent reprendre un peu d'oxygène quand elles le peuvent, mais non, ça va pas être possible, alors il passe ces huit heures de télédiffusion en apnée, c'est long huit heures en apnée, je ne sais pas si vous avez essayé, et au sortir de chaque épisode, pas question d'en regarder deux d'affilée ça serait d'une imprudence vertigineuse, il faut aller s'aliter préventivement parce que la torpeur menace de briser en les faisant chuter au sol ces menus objets que l'on tient entre ses doigts en priant pour que ça s'arrête, télécommande de l'écran plasma 72 pouces, fragments de tablette de chocolat à l'orange aux éclats de pistache, et si on pouvait passer à autre chose, plutôt réécouter 100 vieux albums de Thiéfaine en faisant de la méditation de pleine conscience, plutôt regarder la saison 2 de Top of The Lake avec les moues les plus masos d' Elisabeth Moss, et pourtant Amy Adams joue bien, l'image et le montage sont raffinés, il y a des séquences assez réussies sur cette famille toxique, mais alors si vous saviez combien l'intrigue se traine péniblement d'une scène à l'autre comme si elle souffrait d'une intoxication polymédicamenteuse, vous lui mettriez une balle dans la nuque et l'enterreriez au fond du jardin, les personnages se meuvent dans une mélasse géographico-psychique qui semble avoir englué toute la ville, mais la bande-son est assez géniale, avec des vieux Led Zep, du rock indé, du Bach, de l'east-listening, bref, la soupe multi-vitaminée habituelle, mais confectionnée avec originalité, c'est souvent le risque avec ce type de produits, et cette compilation assemblée nuitamment par des geeks audiophiles vient de sortir, attention, elle est non-officielle, hein, ça reste entre nous.

http://download-soundtracks.com/television-soundtracks/sharp-objects-unofficial-soundtrack/