dimanche 22 janvier 2012

Alabama 3 - Exile on Coldharbour Lane (1997)

In the American deep south during the 1930s, two black men were hung for allegedly raping a white woman. Their case becomes a symbol for miscarriages of justice and they went down in history as the Alabama 2.

Over half a century later in South London, the son of a Welsh Mormon preacher meets the offspring of a Glaswegian trades unionist at an underground acid house party and they embark upon the mischievous miscegenation of Hank Williams, gospel and acid house.

Expanding in the mid '90s into a Brixton based collective, they called themselves Alabama 3 and continue to be one of the most joyous, righteous, provocative and inspirationally delinquent bands Britain has ever spawned. 

Mon opinion à moi que j'ai :
Disciples rosbifs & zarbis d'Odeurs qui font une fixette sur la dope, les prédicateurs, les losers pas magnifiques pour un sou, les abus de boisson et leurs conséquences sociales, les groupes de rétablissement spirituel en 12 étapes, en les passant à la moulinette d'hymnes rudement entraînants qu'on croirait concoctés par des fondamentalistes chrétiens borderline, voici leur premier et meilleur album à mon goût, accessible anglicistes chevronnés. Les autres n'y entendront
Une fois qu'on a les titres des songs, on trouve les lyrics un peu partout sur le net et on se poile encore plus passque des fois c'est dur à entraver, la langue de J'expire.
Alabama 3 est surtout passé à la postérité pour la chanson du générique des Sopranos, l'interminable série quasi-entomologique sur une famille italo-américaine de mafieux, présente sur le skeud dans une version plus longue et assez enjouée.
Après cette rudement bath galette, ils ont un peu perdu la niaque au fil des ans, mais il faut bien naître quand on a tété. Et il parait qu'en concert, c'est formidable.

“The thought of not having Alabama 3 fills me with horror”
Stephen King

“A monumental waste of time”
NME

"I don't need no freaky, deeky, fractal geometry, crystal silicon chip. 
 I ain't walking on lay lines, reading no High Times put me on another bad trip. 
 Timothy Leary, just check out this theory, he sold acid for the F.B.I.  
Well, he ain't no website wonder, the guru just went under, you can keep your California Sunshine.
'Cos the righteous truth is, there ain't nothing worse than some fool lying on some Third World beach wearing spandex, psychedelic trousers, smoking damn dope pretending he gettin' consciousness expansion. 
I want consciousness expansion, I go to my local tabernacle an' I sing with the brothers and sisters"



http://www.mediafire.com/?tfutnny2m1e 

Leur site 


Allez en paix. Et sinon, foutez-la moi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire