vendredi 29 mai 2009

Accro au cyber-porno (2008)


un reportage de Florence Fernex et François Roulet réalisé pour la Télé Suisse Romande.
Sans complaisance ni voyeurisme, et en mettant l'accent sur les voies du sevrage et du rétablissement.
Youpie.

http://www.megaupload.com/?d=P3EUES6F

dimanche 24 mai 2009

ZZ TOP - El Loco (1981)


A mon pas humble avis, voici le dernier album audible et sympathoche des trois barbus qui crachouillaient un blues - rock plutôt inspiré et mélodieux dans les 70's et se sont complètement fourvoyés rock FM les 3 décennies suivantes... dur, dur d'être un texan !
A noter qu'on trouve maintenant sur le marché un DVD Blu-Ray® d'un concert enregistré à Houston en 2008 où ils reprennent tous leurs vieux tubes, dont l'image est belle à pleurer, bien qu'ils aient cradifié le son comme si c'était enregistré sous la pluie à travers un sac de couchage.
Il était d'ailleurs bien tard pour enrayer alors l'effondrement de la civilisation.

http://www.megaupload.com/?d=07UUB4WZ

mercredi 20 mai 2009

Steve Roach - Dynamic Stillness (2009)


Dynamic Stillness, c'est tout à fait moi, ça...
De la grosse nappe sans tache, qu'on peut écouter au restaurant, donc...
si on aime la soupe de légumes, ceux qui sont mixés dans l'assiette et ceux qui l'ingurgitent en écoutant ceux qui sont mixés dans les platines.

http://www.megaupload.com/?d=GCWO6LDL

dimanche 17 mai 2009

Charlélie Couture "quoi faire ?" (1982)


Comme le disait la pythie quand elle venait en mangeant :
"Finalement, l'unique problème, c'est maintenant. Demain est inconcevable, hier n'existe plus, le monde, on voit bien qu'il est vaporeux, mais par contre, que vais-je faire maintenant tout de suite ? Une fois qu'on a viré le reste, c'est l'unique problème. Il se cachait derrière tous les autres, mais il me semble maintenant qu'il n'y a jamais eu que celui-là, prenant les formes de demain, hier, là-bas... Quand rien ne s'impose vraiment, une fois que toutes les obligations ont disparu, il me reste à savoir ce que je vais faire de tout de suite. Et là je n'arrive plus à choisir. En fait je me suis toujours trouvé des trucs à faire immédiatement tout de suite pour éviter ce choix cornélien, mais quand je n'ai plus rien à faire, il se repose. Je dirais aujourd'hui que c'est le seul problème qui me reste, mais comme il ne se pose ni demain ni hier mais immédiatement tout de suite à chaque instant à chaque seconde, il n'y a que lui. Si je ne choisis rien, tous les choix possibles se pressent dans mon esprit, si je choisis, tous les choix que je n'ai pas faits se pressent semblablement. C'est la pression des "choses vaguement à faire", arroser les plantes, ranger ma chambre, faire la vaisselle, payer les factures... Rien n'est urgent, mais tout devra être fait, ça c'est sûr. La plupart des gens n'ont jamais ce problème, et maintenant je suis à peu près certaine que c'est pour ne jamais l'avoir qu'ils s'occupent sans arrêt à ceci ou cela. Quand on lit une revue, on doit la terminer. Cela repousse à dans une heure le choix cornélien. Le principal est qu'il ne se pose jamais tout de suite mais toujours plus tard. Pareil avec la télé, avec les livres. C'est pour ça que j'évite les revues, la télé et les livres. ça ne fait que repousser à tout à l'heure le vrai problème. On va me dire que c'est le problème du sens de mon existence sur terre, mais non pas du tout, le sens de mon existence je le connais, c'est de devenir Dieu. Et ce qui me fait dire que c'est le bon, c'est qu'il n'implique que moi. Si j'échoue, tout le monde s'en foutra et si je réussis, tout le monde s'en foutra aussi. ça ne concerne que moi. Mais après, il me faut intégrer le rangement de ma chambre et le paiement des factures dans ce vaste et ambitieux projet, et c'est là que ça se complique."

Dès 1982, Charlélie Couture partageait ce dilemne.

http://www.megaupload.com/?d=RI24PQSB

mardi 12 mai 2009

Les Stilettos - "Les dix plus grands succès des Stilettos" (1980)

lu et approuvé ici :

Stilettos, c’est un peu l’âme du rock à Bordeaux. Du moins, la face joyeuse, insouciante et désinvolte. Celle qui, à Nantes, donnera Elmer Food Beat. Mais à Bordeaux, on n’est pas là pour rigoler… Cofondé par José Ruiz et Dominique Nougaro, Stilettos développe son côté iconoclaste dans une cave au centre ville que le groupe partage avec Standards et Gamine dont l’ex instituteur José Ruiz est un peu le grand frère à tous. En 1978, le premier 45t est auto produit avec Thierry Derigon à la batterie. Un disque qui recueille quelques bonnes critiques et démange les oreilles de Patrice Banc-Francart qui le programme régulièrement sur France Inter. Résultat : le second 45t est enregistré par Dominique Blanc-Francart, le frère de… Le disque sort chez CBS et Stilettos commence à fricoter avec le petit monde du show biz : Brigitte Fontaine, Francis Cabrel… En 1980, l’album « Les dix plus grands succès des Stilettos » est dans la boîte. Les concerts se succèdent en première partie où en tête d’affiche. Le groupe place un titre sur la compilation « Les bruits défendus » et un autre en 1983, « Les voleurs de jouets », produit par Chris Wilson et Robin Wills sur « Snapshott(s) ». Mais à partir de 1984, même si aucune dissolution n’est officielle, chacun part jouer à droite et à gauche. En 1991, Stilettos se reforme pour un concert unique. Idem en 2004.

A ranger entre Starshooter et Ticket

Que sont-ils devenus ?
Nito Suarez rejoint Gamine en 1980. Il est aujourd’hui décédé.
José Ruiz et Thierry Derigon suivent la trace de Nito Suarez en 1985 au sein de Gamine pour deux tournées et le maxi « Harley Davidson ». José Ruiz tâte ensuite du journalisme musical puis entre à Radio Bordeaux Région en 1986.

http://www.megaupload.com/?d=9KIMF836

J'ajouterais personnellement et présentement que "le dernier rock avant la crise" est un standard inusable, mais que tout l'album est aujourd'hui témoin de cet esprit du temps qui soufflait déjà où il voulait à l'époque.

Le peer est derrière nous

http://www.ecrans.fr/Le-Peer-est-derriere-nous.html

lundi 11 mai 2009

Starshooter - "Starshooter" (1978)


oooh fane de chichourle, que de souvenirs...
de les avoir vus en concert à la fète des Jeunesses Communistes au printemps 78, en compagnie de téléphone et d'higelin, reste un souvenir lumineux, malgré la vigoureuse négativité du disque.
J'ai emprunté le vynil rip, mais j'ai inclus "get baque" que le producteur n'avait pas osé sortir sur l'album, craignant l'ire des fans des Beatles.
Alors qu'aujourd'hui, que faudrait-il pour les réunir ?
deux balles de plus.
J'ignore combien de balles il faudrait pour réunir les membres de starshooter, mais sans doute autant que ceux de téléphone.
Méditons sur l'impermanence.

http://www.megaupload.com/?d=OE7JAJHO

dimanche 10 mai 2009

Le cas Lovecraft (1998)


Lors de sa diffusion sur France 3 puis sur Arte, et lors de sa projection en mai 1999 à la faculté Charles V de Paris, ce documentaire de 45 mn réalisé en 1998 par Patrick Mario Bernard et Pierre Trividic a été sévèrement critiqué par certains spécialistes du genre fantastique et de Lovecraft en particulier, qui y ont vu un portrait partiel, voire orienté de l'écrivain américain. Dans le Visage Vert, Michel Meurger écrit: «Le naturalisme appuyé du film, les charcutages crépusculaires, illustrent une stratégie tendant à dresser une véritable biographie patogène d'H.P.L. [...] Le vieux cliché du 'solitaire de Providence' est ici réactivé sous une forme radicale.» Gilles Ménégaldo ajoute: «Ce portrait de Lovecraft laisse une fâcheuse impression de confusion, d'à peu près et de répétition. Il irrite le connaisseur de l'oeuvre et il n'est pas sûr qu'il incite le profane à la lecture tant l'accent est mis sur le biographique, avec un amalgame constant entre la vie et la fiction, ce qui dénote une approche quelque peu contestable de la littérature.» (Le Visage Vert n°7, Losfeld 1999, p.156-158). Aujourd'hui encore, ce documentaire est assez régulièrement critiqué sur les forums consacrés à l'Imaginaire où on reproche notamment aux auteurs de dissimuler leur ignorance du sujet sous un esthétisme toc et une psychologie de bazar, pour reprendre les termes souvent employés.

Dans le but de réaliser ce qu'ils appellent une biographie psychique de Lovecraft, les auteurs ont indéniablement privilégié certains aspects de sa vie (notamment la période new-yorkaise, révélatrice de ses phobies racistes) au détriment de certains autres, sans doute moins favorables à leur propos.
On s'étonne effectivement que les dernières années de la vie de Lovecraft soient ainsi passées sous silence quand on sait, notamment grâce aux travaux de S.T. Joshi, le biographe de Lovecraft, à quel point cette période a été fertile en rencontres, voyages et remises en question de ses dogmes de jeunesse (voir à ce propos: A Dreamer and a Visionary: Lovecraft in his time, S.T. Joshi, Liverpool University Press, 2001).

Le Cas Lovecraft apporte néanmoins un éclairage inédit et passionnant sur les relations de Lovecraft au temps, à la durée et au changement. D'un point de vue technique, ce documentaire constitue enfin une intéressante réussite esthétique, même si on peut sans doute y trouver certaines concessions à des modes graphiques -- voire infographiques -- passagères, notamment une iconographie médicale omniprésente, comme le souligne encore Michel Meurger.



http://clefargent.free.fr/hpl.php



le cas lovecraft.part1.rar
le cas lovecraft.part2.rar
le cas lovecraft.part3.rar
le cas lovecraft.part4.rar

samedi 9 mai 2009

Walt Disney - Der Fuehrer's Face (1944)


Donald Duck contre les nazis...

"En raison de l'importance de la propagande dans ce film et de la vision de Donald en uniforme nazi, ce film n'avait pas été édité en vidéo pour le public jusqu'en 2004."
Etonnant !

http://www.megaupload.com/?d=ILHWGCBS

samedi 2 mai 2009

La Boite Noire (1958)

CD03 / 1958

01. art blakey & the jazz messengers - rocket 88 06:15
02. bo diddley - i'm a man 03:06
03. ary lobo - pedido a padre cicero 02:57
04. lonnie donegan - rock island line 02:27
05. yma sumac - bo mambo 03:20
06. oum kalsoum - ya rohi 06:37
07. celia cruz & la sonora matancera - celia 02:20
cruz & la sonora matancera
08. dinah washington - blue skies 07:51
09. boris vian - je bois 03:30
10. cuarteto d'aida con la orquesta de chico o 02:19
farill - oye mi ritmo
11. esquivel & his orchestra - boulevard of 03:04
broken dreams
12. anjos de inferno - vatapa 02:45

http://www.megaupload.com/?d=X6BMG6TV